Critique de film

pub

Zombies

"Wicked Little Things"
affiche du film

A la mort de leur père et mari, deux jeunes filles et leur mère héritent du seul bien familial, une vieille maison perchée dans les collines du fin fond de la Pennesylvanie. Cette demeure se situe près d'une mine abandonnée où, en 1913, des dizaines d'enfants ont péri dans un accident, victimes de la négligeance du propriétaire. Une fois installée, alors que la plus jeune des filles déclare rencontrer chaque soir une certaine enfant nommée Mary, la mère fait la connaissance de Hanks, le voisin, un étrange personnage qui affirme que, toutes les nuits, les enfants reviennent à la vie pour se venger.. et dévorer les vivants.

pub


Trailer - Zombies (2006)
Par : Damien Taymans

Les critiques à propos de ce film

Critique de Zombies - De si petites choses
Par : Damien Taymans
Tags : Zombies, Fantômes, Enfants tueurs

Un groupe de mineurs (des gamins, quoi !) envoyés dans la mine trouvent la mort au début du vingtième siècle en raison de la négligence des adultes responsables de l’extraction. Raison pour laquelle les dits marmots, vénères comme pas deux, reviennent hanter les habitants des abords de l’ancienne mine pour leur faire payer leur cher tribut. Moment choisi par une mère veuve et ses deux moutards pour s’installer dans une de ces maisons, située en plein territoire sinistré.

Wicked Little Things, joliment rebaptisé Zombies dans nos contrées histoire de passer inaperçu dans le flot de titres éponymes, est la nouvelle incursion dans le genre de J. S. Cardone qui officia récemment comme réal sur l’imbuvable suite de 8mm, intitulée pour le coup 8mm2, ultimes perversions et comme scénariste sur le Prom Night de Nelson McCormick, création PG-13 plus que contestable. Film de fantôme conventionnel, le métrage reprend les personnages stéréotypés de toute bonne production horrifique, incorporant pour le coup des figures essentiellement féminines (l’air du temps diront les machistes convaincus) qui luttent contre l’esprit de jeunes non-morts venus faire passer sur leur monde environnant une haine refoulée depuis quelques années. Un casting convaincant dont les deux rôles principaux sont interprétés par l’égérie du réal, Lori Heuring, aperçue dans 8mm2 et Prom Night et la jeune Scout Taylor-Compton, la Laurie Strode de le Halloween de Rob Zombie. Passé une mise en situation peu efficace (du sang sur les portes, des rats, mon dieu !), qui a pour seul mérite de seriner continuellement la légende du pays tout en semant par-ci par-là quelques éléments angoissants, l’œuvre de Cardone entre enfin dans le vif du sujet, remplaçant pour ce faire les évocations floues par des apparitions de chair et d’os, permettant au passage aux marmots sur les nerfs de faire l’une ou l’autre victime, adulte de préférence, en lui éclatant la tête dans la grâce d’un hors-champ destructeur.

Abusant de suggestions, Cardone se brûle les ailes et se montre bien incapable de susciter le moindre intérêt via ses accumulations de séquences prédictibles à outrance rendues par une mise en scène des plus académiques. Seule éclaircie au tableau : l’utilisation des décors ténébreux faite par Cardone qui n’hésite pas à capter l’énergie particulière de ces milieux sylvestres particulièrement inquiétants eu égard de la taille monumentale des arbres qui les composent et de l’épaisse nappe de brouillard qui baigne ces troncs ébènes, contrastant avec l’aspect blanchâtre des petits zombies/fantômes dont la chorégraphie principale, qui consiste à les faire marcher lentement et en groupe dans ces lieux désolés, s’avère aussi efficace que celle utilisée dans le clip de Thriller de Michael Jackson (l’une de mes principales sources de frayeurs lorsque j’étais moi-même fébrile et innocent), comparaison d’autant moins vaine que les maquillages du présent film et du court de Landis cumulent de nombreuses similarités.

Wicked Little Things s’embourbe trop facilement dans les sentiers horrifiques classiques, refusant à chaque instant de s’en écarter pour opter pour un scénar filiforme d’un classicisme effarant, une trame d’une linéarité déconcertante et des caractères conventionnels au possible. Pas déplaisant mais pas convaincant non plus, le film de Cardone pèche par excès de sécurité.

Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Galerie photos

photo 35752 photo 35751 photo 35750
Voir la galerie complète

Récentes critiques

affiche du film
The Babysitter
2017
affiche du film
Ça
2017
affiche du film
The Black Room
2016
affiche du film
Spider-Man: Homecoming
2017
affiche du film
Okja
2017
affiche du film
Underworld: Blood Wars
2016
affiche du film
Wonder Woman
2017
affiche du film
Pirates des Caraïbes : La vengeance de Salazar
2017
affiche du film
The End
2016
affiche du film
Small Town Killers
2017

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage