Critique de film

pub

VHS

"V/H/S"
affiche du film

Quand un groupe de petits criminels est embauché pour récupérer une vidéo dedans une maison délabrée, au milieu de nulle part, ils réalisent vite que le travail ne va pas être aussi facile qu'ils le pensaient. Dans le salon, un corps sans vie se tient devant une assemblage de plusieurs téléviseurs, entouré de piles de cassettes VHS. Alors qu'ils les visionnent une à une pour chercher la bonne, les brigands vont assister à d'effrayants spectacles...

pub

Les critiques à propos de ce film

Critique de VHS - Nouveau modèle du genre
Par : Quentin Meignant
Tags : NIFFF 2012, Found footage

Présenté en première européenne lors du NIFFF 2012, l’anthologie horrifique VHS constitue un double événement. Tout d’abord, il s’agit d’un des premiers assemblages de courts found footages et, ensuite, elle émane d’une production du site Bloody-Disgusting, l’une des adresses phares de tous les amateurs d’horreur. En effet, les décideurs du média avaient demandé en leur temps à quelques grands espoirs du cinéma de genre made in USA de s’atteler au périlleux exercice que constitue le found footage, sous-genre baffoué depuis quelques années par des productions peu inspirées au sommet desquelles trônent les peu recommandables Paranormal Activity. Désirant se démarquer de la vague commerciale provoquée par la franchise d’Oren Peli, les réalisateurs David Bruckner, Glenn McQuaid, Ti West, Adam Wingard, Joe Swanberg, Matt Bettinelli-Olpin, Tyler Gillett, Justin Martinez et Chad Villella, les quatre derniers nommés évoluant ensemble sous le nom de Radio Silence, ont donc donné naissance à VHS, dont l’action principale met en scène un groupe de marginaux, qui vivent de vidéos violentes publiées sur internet, reçoivent un contrat particulier : ils doivent se rendre dans une maison et trouver une VHS qui vaut une petite fortune. Après avoir découvert le cadavre du propriétaire des lieux, les hommes visualisent des cassettes sur place afin de trouver celle qu’il leur faut. Mais les bandes, autant que la maison, sont pleines de surprises.

Aborder le thème du found footage dans le but d’en faire une anthologie avec des histoires bien distinctes n’a rien d’évident et, pourtant, hormis quelques petites maladresses de départ, qui sont néanmoins synonymes de respect des réals par rapport au genre exploité, VHS s’avère être une machine bien huilée. Hormis une narration principale peu compréhensible (l’aventure des marginaux n’apporte que fort peu de surprises et semble un peu surfaite), les différentes interventions de chacun des cinéastes apporte une pierre non-négligeable à l’édifice.

A ce titre d’ailleurs, les différents segments ont le mérite de s’attaquer à divers sous-genres de l’horreur, faisant même parfois preuve d’inventivité, comme la première partie en atteste avec une créature à mi-chemin entre le chat et le vampire. Plein de surprises, VHS ne délaisse pas le côté graphique, pourtant en général mis de côté dans l’univers du found footage, et se laisse aller à quelques séquences sanguinolentes de qualité. Variée et riche en thématiques, la production Bloody-Disgusting parvient donc sans problème à ses fins, à savoir redorer le blason du found footage.

Fruit du travail d’un site internet et de bons faiseurs de séries B, VHS atteint un niveau que le spectateur n’espérait sans doute pas. Non seulement il constitue à ce jour l’un des meilleurs found footages contemporains mais, en plus, il se décline telle une déclaration d’amour au cinéma de genre.


Critique de V/H/S - On rembobine et on efface !
Par : Fred Pizzoferrato

Le film à sketches étant, apparemment, revenu à la mode (comme en témoigne, entre autres, The Theatre Bizarre, Chillerama, The ABC’s of death, Profane Exhibit, etc.), il n’est guère étonnant de le voir se combiner à une autre mode, plus récente mais tenace, celle du found footage.

Malheureusement, alors que le format « court » laissait espérer une utilisation plus intéressante du procédé (s’il est difficile de le justifier sur la durée d’un long-métrage, le found footage - de gueule, oui, il importe de faire cette blagounette à chaque chronique d’un nouveau film de ce style - semble, en effet, plus crédible sur une vingtaine de minutes), le résultat s’avère une terrible déception.
Evitant le côté inégal de la plupart des « films à sketches », V/H/S se montre constant dans la médiocrité, chacune des histoires étant d’une incroyable faiblesse. Confiant dans leur concept, les différents cinéastes ne paraissent jamais se soucier de proposer un scénario consistant ni même des personnages intéressants. La bande de réalisateurs se repose par conséquent entièrement sur le procédé du found footage aux images neigeuses et tremblotantes pour accoucher de vignettes saignantes, vaguement provocantes et voulues modernes mais en réalité dénuée de la moindre inspiration. Les cinq épisodes dispensent, chacun, quelques jump-scare basiques, une poignée de scènes gore et une pincée de nudité mais seule subsiste, au final, une impression de gâchis généralisé.

Le premier volet (« Amateur Night ») montre trois crétins imbibés d’alcool draguant des filles avant de ramener deux demoiselles dans leur chambre d’hôtel…mais l’une des deux se révèle une créature inhumaine, croisement entre un vampire et une succube, avide de sang frais. Longuet, prévisible et inintéressant en dépit de sa durée réduite. Un vrai supplice !

« Second Honeymoon », signé Ti West (l’excellent et nostalgique The House of the devil) suit pour sa part le voyage d’un jeune couple dans les contrées reculées du Far West américain. Ils croisent la route d’une étrange jeune fille qui les épie la nuit et s’introduit dans leur chambre pour les observer. Un segment insipide dont le pseudo twist, sorti de nulle part ne relève pas l’intérêt, d’autant que l’ensemble parait interminable avec ces images « volées » qui rappellent l’infâme Paranormal Activity. Horrible !

Un poil moins raté, mais toutefois loin d’une réussite, « Thursday the 17th » promène aux abords d’un lac réputé hanté par un maniaque une bande de jeunes décidés à révéler au monde son existence. Médiocre mais regardable avec beaucoup d’indulgence, cette pseudo parodie de Vendredi 13 reste le moins mauvais sketch de la série…ce qui renseigne surtout sur le niveau désastreux des quatre autre !

Le suivant, « The Sick Thing that happened to Emily when she was younger », bénéficie, au moins, d’un jump scare relativement efficace en milieu de sketch mais le final foireux et l’abandon complet du concept de la vhs maudite (le segment est entièrement filmé à la webcam !) n’incite guère à l’indulgence pour cette nouvelle resucée (une de plus !) de Paranormal Activity.

Enfin « 10/31/98 » est un petit sketch consacré à Halloween. Il traite d’une bande de copains en virée qui aboutissent dans une demeure maudite peuplée de créatures fantomatiques. Les fêtards finissent par découvrir une jeune fille qu’une troupe de satanistes s’apprêtent à sacrifier. Sans intérêt.

Comme toute anthologie horrifique qui se respecte, V/H/S propose également une intrigue de liaison (« tape 56 ») au sujet d’une bande d’abrutis (leur principal amusement consiste à agresser des filles en pleine rue pour soulever leurs vêtements et filmer leur poitrine !) allant dévaliser une maison pour y dérober une mystérieuse cassette vidéo. Ce segment, d’une totale platitude et dénuée de la moindre résolution, ne parvient jamais à susciter le moindre intérêt mais donne furieusement envie de baffer ses irritants protagonistes.

Entièrement filmé à la shaky-cam, truffé d’effets vidéos excessifs et fatiguant (image rayée, neigeuse, tremblotante et parasitée bien au-delà de l’acceptable ou même du naturel), V/H/S fatigue rapidement, d’autant que les scénarios ratés et les comédiens catastrophiques plombent toute possibilité d’empathie pour des personnages antipathiques et insupportables.

Conçu comme une « bande démo » pour ses cinq cinéastes, V/H/S échoue complètement dans cette opération « séduction » et s’apparente surtout à une compilation de mauvais courts-métrages de fin d’étude artificiellement trafiqués pour posséder une patine « rétro » atrocement exploitée.

Prometteur sur le papier, V/H/S est, au final, une totale déception et la vision de ces piteuses historiettes donne envie au spectateur d’user de la télécommande afin de recréer davantage le visionnement nostalgique d’une cassette vidéo. Bref, rien à sauver de cette entreprise misant uniquement sur la technique et les bricolages (shaky cam, found footage) au détriment de tout le reste ! Le pire film d’horreur de l’année ?


Commentaires sur le film

bah merde alors...

0 etoiles

Le trailer m’avait fait bandé, et je cherchais grandement sa date de sortie en france... j’irai quand même me faire mon opinion. ^^

13 décembre 2012 à 23:12 | Par bourbour

5 etoiles

coups de coeurCoup de coeur !

Très très bonne surprise... un film vraiment bien réalisé, des effets spéciaux bien réussis. Un petit bémole pour quelque incompréhension scénaristique. J’espere voir plus de films aussi bien faits, pour le genre.

27 février 2013 à 03:02 | Par Theddy Weed

4 etoiles

coups de coeurCoup de coeur !

Un excellent film pour tous les amateurs de "found footages"

20 avril 2013 à 02:04 | Par Jack Haube

3 etoiles

Film très correct à mater un soir d’halloween, bien supérieur aux insipides Paranormal Activity.

9 juin 2013 à 08:06 | Par Jo

0 etoiles

daube Daube !

sans plus , pas de trame visible bref déçue

11 septembre 2013 à 02:09 | Par justine

0 etoiles

daube Daube !

pouri

17 septembre 2013 à 23:09

0 etoiles

daube Daube !

Complètement inintéressant ! C’est plat, incompréhensible, fatiguant pour les yeux et très ennuyeux.....

18 octobre 2013 à 17:10 | Par mdr

1 etoiles

Je me suis arrêté a la fin de la troisième VHS me demandant quel était le fil conducteur du film et ayant trouvé ma réponse ici j ai gagné une bonne demi heure de mon temps...

23 octobre 2013 à 01:10 | Par Bestial

0 etoiles

Complètement à chier !

4 avril 2014 à 00:04 | Par lillie

0 etoiles

A côté paranormal activity est un chef d oeuvre !

4 avril 2014 à 00:04 | Par lillie

Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Récentes critiques

affiche du film
The Babysitter
2017
affiche du film
Ça
2017
affiche du film
The Black Room
2016
affiche du film
Spider-Man: Homecoming
2017
affiche du film
Okja
2017
affiche du film
Underworld: Blood Wars
2016
affiche du film
Wonder Woman
2017
affiche du film
Pirates des Caraïbes : La vengeance de Salazar
2017
affiche du film
The End
2016
affiche du film
Small Town Killers
2017

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage