Critique de film

pub

Triangle

"Triangle"
affiche du film

Jess, une jeune femme souffrant de troubles mentaux, se retrouve embarquée avec son fiancé et des amis dans une petite virée en mer. Malheureusement, leur navire sera pris dans un dangereux tourbillon, et les rescapés nâ

pub

Les critiques à propos de ce film

Critique de Triangle - La parano de Smith
Par : Metzgerin

Attention, la critique qui suit contient des spoilers

Jess, mère d’un enfant autiste, confie son fils à une baby-sitter et décide de passer la journée à faire de la voile avec des amis. Mais dès le départ, elle se sent mal à l’aise et anxieuse pour des raisons qu’elle ne peut expliquer. Quand le bateau se retourne après une violente tempête, le groupe réussit à monter sur un navire qui passait par là. Une fois à bord, ils se rendent compte que le navire est pratiquement désert, et le groupe se trouve coincé dans un vortex de violents évènements qui défient notre notion du temps et de l’espace. Seul Jess comprend ce qui passe réellement… enfin presque.

Après s’être attelé à la réalisation d’un survival bien rodé et d’une comédie horrifique gavée à l’humour noir, Christopher Smith nous offre son troisième film, Triangle, bobine bien différentes de ses deux autres créations, car ne s’apparentant à aucune logique narrative classique. Les vingt premières minutes ne présentent pas d’ambiguïté particulière. Jess (Melissa George vue dans 30 Jours de Nuit) est une jeune mère vivant seule avec son fils autiste. Alors qu’elle arrive au port, ses amis trouvent son comportement étrange : elle-même ignore pourquoi ses pas l’ont amené à cet endroit, ne semblant initialement pas projeter de rejoindre ses amis pour faire de la voile durant le week-end. L’arrivée du paquebot, perdu en pleine mer, semble être l’occasion rêvée de quitter leur navire qui s’est retourné après une violente tempête. Il deviendra l’élément central du film, doté d’une aura particulièrement étrange. A l’image de l’hôtel de Shining, il est totalement vide, ses couloirs et sa salle principale rappelant étrangement celles chères au livre de Stephen King, adapté sur le grand écran par Stanley Kubrick. Cet intriguant bateau semble lui aussi abriter un esprit maléfique, qui se révèle n’être qu’une représentation des troubles qui perturbent Jesse.

En effet, la personne qui les poursuit, elle et ses amis, ne se révèle être qu’elle même, entraînant le spectateur dans une incessante et troublante tautologie. Le film se répète à l’infini dès l’instant où Jess regarde la mer et s’aperçoit, en compagnie de ses amis, sur la coque de leur bateau. La mise en abyme, un véritable cercle infernal a débuté. Cependant, pourquoi Christopher Smith a-t-il décidé d’appeler son film Triangle ? Est-ce en raison du nom du bateau ? Une référence au triangle des Bermudes ? Ou parce qu’il s’agit d’un troisième film ? A ce sujet, le réalisateur déclare : « A la base, le point de départ du film m’est venu avec l’image de la jeune femme regardant la mer depuis le pont du bateau, et se voyant en contrebas, sur la coque du voilier. Je voulais faire un twist final avec un triangle permuté avec les trois personnages, mais le film est parti dans une optique totalement différente. J’ai cependant gardé le titre initial. C’est un peu stupide, mais j’étais bloqué sur ce nom, je ne pouvais pas m’en séparer. J’aurais pu l’appeler Cercle mais ça n’aurait pas été terrible…Il n’y a pas vraiment d’explication narrative concernant ce film, mais je me disais que Triangle résumait plutôt bien l’histoire. » Une sorte de version horrifique de la comédie Un Jour Sans Fin, où Melissa George remplace Bill Murray, et où la marmotte est transformée… en mouette.

Inutile, donc, de désirer à tout prix de vouloir rationaliser ce film, dont l’histoire tient plutôt de la métaphore de la maladie mentale, du trouble incessant qui prend part dans l’esprit de Jess. Si elle semble, au premier abord, présenter une puissance psychologique, le mythe se fissure bien vite et laisse transparaître la fragilité d’une mère de famille qui élève seul son enfant, ce dernier étant, de surcroît, autiste. Difficile, dans une telle situation, de faire face avec force à un quotidien éreintant. Visiblement au bout du rouleau, Jess maltraite son fils, plus par épuisement que volontairement. « On peut dire que le bateau est une sorte de cauchemar que seule Jess peut comprendre » dit Christopher Smith. « C’est une sorte de punition envers son comportement. » La jeune femme semble partager les particularités mentales de son enfant, s’emmurant elle aussi dans le silence et l’incompréhension.

Triangle joue sur les faiblesses de son personnage principal, faisant du film de Christopher Smith une tautologie troublante, mais bien rodée et particulièrement efficace.


Critique de Triangle - Un film qui tourne en rond...
Par : Geoffrey Marmonier

En seulement deux films, Christopher Smith s’est imposé comme l’un des réalisateurs de genre les plus prometteurs du moment. Après s’être attelé par deux fois au survival, une fois de façon très sérieuse (Creep) et une fois dans le registre de l’humour (l’excellent Severance), il s’intéresse cette fois-ci au thème des boucles temporelles.

Triangle raconte donc le calvaire vécu par Jess (Melissa George), une jeune femme coincée dans une boucle temporelle se répétant indéfiniment. Mais le pire dans tout ça, c’est qu’elle assiste impuissante à l’assassinat de ses amis par une mystérieuse personne cagoulée. Une personne cagoulée, des boucles temporelles, une histoire de doubles, voilà qui doit vous rappeler quelque chose, si vous avez lu tout cet article. Car si selon les dires de Christopher Smith, il lui a fallu deux ans pour rédiger le script du film, il semblerait bien qu’il se soit très fortement inspiré de l’excellent Timecrimes de Nacho Vigalondo. Timecrimes qui est justement sorti il y a deux ans. Coïncidence ? Peu probable vu les ressemblances vraiment frappantes entre les deux œuvres. Et malheureusement pour Smith, la comparaison est loin de tourner à son avantage. Car il tombe dans à peu près dans tous les écueils que son confrère espagnol a habilement su éviter. Triangle est donc assez répétitif, lent, et souvent difficile à suivre. Mais surtout, il comporte une énorme incohérence scénaristique qui plombe totalement le film et ruine tous les éléments méticuleusement mis en place. Impossible ensuite de suivre sereinement le film tant ce problème est embarrassant.

Le film s’éloigne finalement de son modèle officieux sur la fin, mais le twist final est malheureusement vu et revu (on pourrait citer au moins une dizaine de films des années 2000 proposant le même twist), ce qui finit de plomber le tout. Reste tout de même une bonne performance de la jolie Melissa George, qui est en train de se bâtir une carrière solide dans le cinéma de genre (30 Jours de Nuit, WAZ, Paradise Lost), même si ce n’est pas toujours dans de très bons films.

On espère donc que ce n’est qu’un accident et que Smith se rattrapera vite avec le très prometteur Black Death


Critique de Triangle - Cartésiens s’abstenir
Par : Fred Pizzoferrato

Le cinéaste anglais Christopher Smith commence à devenir une valeur sure du cinéma d’épouvante : après l’efficace Creep et l’amusant Severance, il nous propose ici Triangle, un mélange d’horreur et de fantastique psychologique assez intriguant ayant généré un certain « buzz » dans les nombreux festivals où il fut projeté. Pourtant les bons échos voisinèrent très vite avec une série de critiques négatives pointant du doigt les côtés répétitifs du script et ses trous béants, sans oublier une tendance assez irritante a essayer de se montrer plus intelligent que le spectateur via de nombreuses références culturelles ou mythologiques assez mal amenées. Quoiqu’il en soit Triangle intrigue et ce dès les premières minutes…

L’histoire débute en suivant Jess, mère d’un enfant autiste, ayant décidé de s’offrir un week-end avec quelques connaissances. Quoique anxieuse et inexplicablement mal à l’aise, Jess embarque donc sur le «  Triangle », le yacht d’un de ses amis. En pleine mer, le vent tombe brusquement alors qu’un impressionnant orage s’annonce. Juste après avoir reçu un appel de détresse, le « Triangle » est retourné par les vagues. La tempête se calme heureusement et les naufragés finissent par monter à bord d’un énorme bateau apparemment abandonné et désert. Pourtant, les survivants ne sont pas tirés d’affaires pour autant car ils sont rapidement pris pour cible par un mystérieux tueur masqué.

Production atypique, Triangle dévoile rapidement l’identité de l’assassin, qui n’est autre que Jess elle-même, ou du moins une autre version d’elle-même, coincée dans une sorte de boucle temporelle. Le bateau, rappelant fortement l’hôtel de Shining, constitue en quelque sorte un purgatoire flottant dont Jess ne peut s’échapper. A partir de là, Christopher Smith brise complètement la linéarité de l’intrigue pour répéter les événements à plusieurs reprises, les éclairant chaque fois d’une nouvelle manière. Un procédé particulier, parfois un peu répétitif, et qui risque de s’avérer lassant même si on peut saluer Christopher Smith pour l’originalité de cette construction plutôt casse gueule. Toutefois, comme il le dit lui-même, Triangle ne se laisse pas rationnaliser, livrant une partie de ses clés au fur et à mesure de la projection, essentiellement d’ailleurs lors d’un final explicatif bien ficelé visuellement mais comprenant quelques points problématiques. Difficile, par exemple, de comprendre la véritable nature du personnage du taximan, lequel semble symboliser la mort ou du moins le passeur chargé de convoyer les âmes vers l’au-delà. Mais Christopher Smith ne se soucie pas de livrer toutes les explications de son scénario et privilégie une narration elliptique, très particulière mais aussi un peu confuse. Le cinéaste laisse donc le spectateur remplir les « blancs » avec sa propre sensibilité, quitte à paraître parfois prétentieux ou peu cohérent. Différents indices, notamment mythologiques, égrenés au compte goutte amènent cependant la réflexion dans une direction bien précise et, à ce titre, le twist final parait plus logique que surprenant même si, une fois de plus, certains éléments ne paraissent pas vraiment « faire sens ».

Débuté d’excellente manière (le visuel est bluffant et les prémices complètement déstabilisants), Triangle perd peu à peu de son intérêt alors que les situations déjà vues deux ou trois fois se répètent à nouveau. Englué dans une thématique d’inéluctabilité, Christopher Smith semble affirmer que les actes de l’héroïne seront sans effet sur le déroulement de l’action, aboutissant à une œuvre fataliste peut-être plus « profonde » philosophiquement que de coutume (on pense, vaguement, à une version horrifique de Un jour sans fin) mais assez peu passionnante à suivre.

Si Triangle constitue une œuvre de la maturité, tant au niveau de la mise en scène que du scénario lui-même, pour Christopher Smith, on peut regretter l’absence du ton ludique de ses précédentes réalisations. L’interprétation, pour sa part, s’avère correcte même si Melissa George (vue dans la série Grey’s Anatomy mais également scream queen en devenir via 30 jours de nuit, Amityville, W Delta Z ou Paradise lost) semble évoluer dans l’histoire de manière très détachée. Un effet peut-être voulu pour se conformer au ton général, partagé entre rêve et cauchemar, mais quelque peu irritant lorsque la seule caractérisation de son personnage consiste à répéter au détour de chaque scène « qu’elle a un enfant et qu’elle l’aime ».

Depuis sa sortie, Triangle semble diviser le public et la critique, certains criant au chef d’œuvre du cinéma d’épouvante intelligent, d’autres pointant les nombreux « trous » du scénario et l’aspect prétentieux et lassant du procédé. Disons simplement que Triangle cherche à se montrer original et refuse les procédés faciles de l’épouvante pour privilégier une voie moins empruntée, celle d’un thriller fantastique dans lesquels les aspects psychologiques prédominent sur le gore et les séquences brutales. Un choix risqué car, malheureusement, en dépit de toutes les bonnes résolutions de Christopher Smith, on peut trouver le résultat rapidement ennuyeux et se dire, à l’issue de la projection « tout ça pour ça ». Quoiqu’il en soit, Triangle mérite au moins une vision pour que chacun puisse se forger une opinion, le métrage pouvant certainement plaire à certains, ne serait ce que par son indéniable originalité.


Commentaires sur le film

faugjfjjdudufju7f

2 etoiles

31 décembre 2009 à 22:12
à chier !!

1 etoiles

daube Daube !

Je ne partage pas l’avis de la rédaction du site ! ce film à force de se répéter nous donne envie de zapper des passages ! Et que dire de la prestation Mélissa George aussi talentueuse qu’une "endive". Elle jouait mieux la méchante dans la série Alias.

En résumé, les amis passez votre chemin car vous serez agréablement déçus !

A bon entendeur...

31 janvier 2010 à 22:01 | Par pyramide du louvre psychologique
à renommer : rubiscube

0 etoiles

Quoi de plus désoeuvrant que donner un commentaire déplaisant pour ce film. Pas étonnant que Christopher Smith ne trouve pas de titre qui convienne à son film. L’histoire est à l’image du réalisateur. Incohérent !!! Un manque de travail évident et une copie à revoir pour un film qui se veut plus moralisateur qu’agréable à regarder !!!

31 janvier 2010 à 22:01 | Par eric noleau
Merci pour le spoiler

0 etoiles

Hum, je viens de lire la première critique (4 étoiles sur 5), merci beaucoup pour le joli spoiler. Franchement, c’est très limite. C’est ridicule de laisser voir la résolution de ce film sans avertir auparavant, car une critique est également là pour indiquer au spectateur potentiel si cela est un bon film, ou non. Évitez ça à l’avenir.

23 mars 2010 à 20:03 | Par Solan
magnifique découverte

5 etoiles

coups de coeurCoup de coeur !

Je ne connais rien de monsieur Smith, mais Triangle est un film qui m’a ouvert la porte à une fantastique psychologique que je cherche au cinéma depuis longtemps. Pas de répétition, pas de narrativité facile. Nous sommes plongés dans une maladie de l’émotion qui requiert trop de l’être. Un film sur nos limites. A conseiller pour spectateur curieux d’une bonne histoire qui ne se réduit pas à quelques mots.

25 juin 2010 à 03:06 | Par Antonio D’Alfonso
jtm

5 etoiles

coups de coeurCoup de coeur !

daube Daube !

jtm pour toujour unn jour toi tu recontrera unefillle ou homme de ta vie bis À€Œ

9 août 2010 à 09:08 | Par kim-possibe
critique

5 etoiles

coups de coeurCoup de coeur !

1) un scenario qui semble déjà vus, beaucoup de lacunes et de questions.
si ça correspond à un psycho-drame, c’est bien fait, on psychote dramatiquement !
2) point positif melissa georges est bonne, et j’ai manger des chips, par contre j’en ai mis plein sur mon bureau, alors que j’ai nettoyer tout à l’heure, mon chat joue avec le volet alors que j’écrit ce message, j’ai crus à un mirage ; j’vais me fumer un clop alors que le cendrier "bouchées à la reine" me regarde fixement.

Avec un pote, on à penser à faire un film avec une communauté d’hommes chenille, dont la tête ce reproduit avec la queue, et dont les plus forts sont choisis pour constituer l’arriére train afin de pouvoir ce redresser sur leur pattes arriére dans le but d’impressionner leurs victimes.
merde j’ai fais tomber mes cendres par terre....
disais-je, p

12 août 2010 à 02:08 | Par michmich
mauvais

0 etoiles

daube Daube !

1-peu importe les problèmes psychologiques de la fille,mais bordel ça ne justifie pas de faire un film aussi chiant !

1-peu importe les problèmes psychologiques de la fille,mais bordel ça ne justifie pas de faire un film aussi chiant !

1-peu importe les problèmes psychologiques de la fille,mais bordel ça ne justifie pas de faire un film aussi chiant !

Voila j’ai résumé le film, parce que je suis un ouf !!

16 juillet 2011 à 02:07 | Par A+
intrigant

2 etoiles

daube Daube !

Intrigant : c’est le mot qui pousse a regarder le film jusqu’au bout.
Irrationnel : c’est le mot car il n’y a rien a expliquer sur des évènements ou l’on reste dubitatif et qu’on cherche désespérément a trouver une explication .
Ce qui est sur, qu’on aime ou pas, c’est que ce film ne nous laisse pas indifférent...

26 août 2011 à 13:08 | Par Ryhuk
navet

1 etoiles

ce qui serait vraiment effrayant, c’est que ce film se repete en boucle dans la TV sans qu’on puisse y echapper !

tout s’enchaine sans structure, sans psychologie des persos, tout est cliché a mort, on s’ennuie, on ne comprend rien, bref, j’ai gaché un verbatim pour rien.

12 septembre 2011 à 22:09 | Par sapuduk
où est l’explication

2 etoiles

daube Daube !

1 les liens ???
2 explications (je cherche depuis 20 minutes sur le net une explication de ce film...)
3 qu’est ce qui est vrai, qu’est ce qui ne l est pas ??
4 AU SECOURS !!!!!!!!

5 février 2012 à 19:02 | Par malo

0 etoiles

daube Daube !

De la m****, moralité ? Il n’y en a pas. Les vingts premières minutes ok ! Pour le reste ? Catastrophique.

6 avril 2012 à 22:04 | Par KHRJKN

0 etoiles

daube Daube !

Incompréhensible ..

8 avril 2012 à 21:04 | Par lesion
 ?

1 etoiles

daube Daube !

J’suis comme un bon nombre de personnes ici, je n’ai rien comprit au film. Et c’est pourtant la deuxième fois que je le vois. Dommage, au départ, l’intrigue était bonne !

20 avril 2012 à 03:04 | Par RazX
pas mal, mais incohérent

4 etoiles

Bons acteurs, bien filmé et histoire prenante.
j’ai passé un bon moment.
Le film semble logique, mais à bien réfléchir il y a pas mal d’incohérences...
La plus grosse :
- L’héroine passe par 3 stades et fini par revenir au début. seulement elle découvre tout au début... alors qu’elle la déjà fait au moins 1 fois !

sinon à voir, vraiment un sacré bon film/

13 mai 2012 à 16:05 | Par gilles
Méli

0 etoiles

daube Daube !

la fin du film est incompréhenssible !! Smith aurai mieu fait de fair une fin qui a du "sens" !!!

12 décembre 2012 à 10:12

5 etoiles

coups de coeurCoup de coeur !

Excellent film de qualite, terreur psychologique qui embaume l’atmosphere.
Une fin qui laisse a chacun le choix de l’interpreter, comme je l’aime. :)
Bref, je recommande aux fan de Shining, ou Saw.

20 mars 2013 à 08:03 | Par aim

2 etoiles

coups de coeurCoup de coeur !

je cherchais quelques détails sur le film et je tombe sur une flopée de commentaires comme quoi le film est incohérent et tout pourris... euh vous êtes sûr ? parce que, d’accord y ’a des trous a combler soi même, mais des incohérences ...

tout pourris ? c’est vrai que niveau boucle temporelle on en bouffe depuis quelques temps déjà mais ça va, on évite le coup de voyageur temporelle qui veut sauver le monde...
effets spéciaux douteux ... faut arrêter de prendre les marvels et co pour références hein, on se laisse happer plutôt facilement

pour ceux qui se demande comment ça se fait que qu’elle à l’air de tout découvrir lors de son premier parcours... et sa putain de sieste où elle se réveille requinquer et dis ne pas se souvenir de son cauchemars, ça vous parle�

4 mai 2017 à 13:05 | Par flopitiflop

Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Galerie photos

photo 12789 photo 12790
Voir la galerie complète

Récentes critiques

affiche du film
Spider-Man: Homecoming
2017
affiche du film
Okja
2017
affiche du film
Underworld: Blood Wars
2016
affiche du film
Wonder Woman
2017
affiche du film
Pirates des Caraïbes : La vengeance de Salazar
2017
affiche du film
The End
2016
affiche du film
Small Town Killers
2017
affiche du film
The Circle
2017
affiche du film
K-Shop
2016
affiche du film
Extinction
2015

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage