Critique de film

pub

Transfer

"Transfer"
affiche du film

Transfer met en scène un couple de personnes très âgées qui s’aime encore passionnément et qui a peur d’affronter la mort. Une solution s’offre à eux lorsqu’une société de biotechnologie de pointe leur propose un service révolutionnaire : transférer leur âme, psyché, souvenirs et tutti quanti dans le corps de jeunes gens en parfaite santé. Sauf que les nouvelles enveloppes en question sont… noires !

pub

Les critiques à propos de ce film

Critique de Transfer - Les Dossiers de l’écran reloaded
Par : Alan Deprez (Vivadavidlynch)
Tags : BIFFF 2011

Il est de ces films dont le succès en festival, où ils glanent au passage un nombre non négligeable de récompenses (comme lors de l’édition 2011 du BIFFF, où Transfer décrocha le Méliès d’Argent), résulte d’un consensus mou et d’un besoin (presque) vital du public de s’épandre sur de grands sujets ; une façon comme une autre de se donner bonne conscience. Transfer en fait partie, déroulant une réflexion pesante qui, sous couvert du genre (une fable science-fictionnelle/d’anticipation), adopte une démarche moralisatrice, faussement subtile, pour nous exposer l’éternel clivage Nord/Sud, nantis/pauvres, Europe/Afrique, etc.

A travers ce couple bourgeois de personnes âgées en fin de vie, qui décide (forte somme à l’appui) de transférer leurs âmes dans de jeunes corps d’africains beaux et sveltes, Transfer nous assène ses grandes vérités, avec la subtilité d’un pachyderme dans un magasin de porcelaines. Ici, la bourgeoisie (Anna & Hermann) passe ses journées à jouer du violon et disputer des parties de tennis, pour tuer le temps entre deux petites sauteries mondaines, tandis que les habitants de contrées défavorisées (Sarah & Apolain) n’hésitent pas un instant à vendre leur corps (donc à céder leur intégrité physique) pour nourrir la famille restée au bled. Heureusement, notre couple de septentenaires sera bien vite en proie aux affres du doute et d’un dilemme épineux, se questionnant de plus en plus sur le bien fondé de leur démarche et l’humain derrière leurs nouvelles « enveloppes corporelles »… Ouf ! La morale est sauve…

Qui plus est, cette allégorie du temps qui passe (caractère fugace de l’existence) évite rarement les clichés et idées reçues (Apolain, se rebellant contre ses nouveaux « propriétaires », les nommera par exemple « démons blancs »). Alors certes, Transfer nous offre un scénario ciselé et un peu plus intelligent que la moyenne (pas difficile), mais ne brille pas non plus par sa technique. Il n’y rien de très cinématographique là-dedans, peu de prises de risque dans la réalisation de Damir Lukacevic (dont c’est le troisième long), hormis quelques beaux mouvements de caméra. L’ensemble se révèle plutôt lisse, plat et ampoulé ; d’une facture « téléfilmesque ». A l’écran, l’interprétation est assez juste et sensible ; Hans-Michael Rehberg (entraperçu dans La liste de Schindler) incarne un Hermann parfait, au jeu merveilleusement nuancé, aux côtés de la touchante Ingrid Andree (abonnée aux productions télé) et de la belle Regine Nehy (le néo-WIP Boot Camp de Christian Duguay, avec la muy caliente Mila Kunis, Lakeview Terrace & Death at a Funeral de Neil LaBute). Principal point faible du film : le bellâtre black musculeux B.J. Britt (le B horrifique Sutures, le consternant Vampires Suck), au jeu stéréotypé ; il est vrai peu aidé par une caractérisation à la louche…

Téléfilm de luxe, Transfer s’avère un candidat idéal pour feu Les Dossiers de l’écran de l’ORTF ou en introduction d’un débat sociologique en milieu scolaire. Bassement didactique, tel l’exposé d’un élève appliqué, chouchou du professeur. Si vous cherchez de la sci-fi d’anticipation profondément réflexive et cinématographique, replongez-vous dans le magnifique Bienvenue à Gattaca d’Andrew Niccol, THX 1138 de Lucas, Fahrenheit 451 de Truffaut, ou encore l’attachant Cold Souls (programmé au BIFFF 2010).


Commentaires sur le film

0 etoiles

daube Daube !

22 août 2012 à 17:08

Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Récentes critiques

affiche du film
The Babysitter
2017
affiche du film
Ça
2017
affiche du film
The Black Room
2016
affiche du film
Spider-Man: Homecoming
2017
affiche du film
Okja
2017
affiche du film
Underworld: Blood Wars
2016
affiche du film
Wonder Woman
2017
affiche du film
Pirates des Caraïbes : La vengeance de Salazar
2017
affiche du film
The End
2016
affiche du film
Small Town Killers
2017

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage