SPECTRES de Dean R. Koontz

27 octobre 2013 | Par : Damien Taymans |

Titre Spectres

Titre original Phantoms

Auteur Dean R. Koontz

Année 1983

Genre Horreur

Editeur Pocket

Année d’édition 2003

Note 4/10

Résumé

Dès leur arrivée à Snowfield, petite ville sans histoire nichée dans les montagnes. Jenny et sa jeune sœur Lisa avaient ressenti une impression de calme étrange, surnaturel. Il y régnait un silence total, un silence de mort. Jenny s’était d’abord refusé à le reconnaître. C’était pour cela quelle n’avait pas appelé dans les rues désertes. De peur que personne ne lui réponde. Mais, maintenant, si elle ne criait pas, c’était parce quelle avait peur d’être entendue par la Chose tapie dans l’obscurité.

Alors qu’elles débarquent dans la petite ville de Snowfield, Jenny et Lisa Paige se trouvent plongées en plein cauchemar. Des dizaines d’habitants ont disparu tandis que des cadavres boursouflés trônent ça et là dans les maisons désertes, curieusement abandonnées au moment du repas ou alors que la télévision est toujours allumée. Plus étrange encore, les deux soeurs entendent des voix d’enfants et des cris d’animaux, ressentent une présence auprès d’elles et découvrent des détails angoissants à chaque coin de la ville. Lorsque l’équipe du shérif Hammond et les ouailles de Copperfield arrivent sur place, les choses vont en s’empirant. Fantômes, monstres volants, poltergeists causent disparitions et meurtres. Quel est donc cet ennemi aux multiples formes, cet être protéiforme apparemment invincible ? Et qui est Timothy Flyte dont le nom est écrit sur le miroir d’une salle de bains fermée de l’intérieur ? Des mystères que vont devoir élucider les rares survivants que la présence maléfique a épargné. Mais pour combien de temps encore ?

Rédigé au début des années 80, ventre mou de la bibliographie de Koontz, Spectres est l’une des rares oeuvres du second maître de l’horreur à avoir connu les joies d’une transposition cinématographique sous la houlette de Joe Chappelle (Phantoms). Plus convaincant que son rejeton pelliculé, le roman séduit par son atmosphère mystérieuse et inquiétante, très proche des climats lovecraftiens autant qu’il déçoit par le manque de consistance accordée à ses personnages principaux. Réduits à de vastes ectoplasmes (hormis les soeurs Paige qui occupent le devant de la scène de bout en bout), certains persos ne sont réduits qu’à de simples faire-valoir que l’auteur dépeint avec force détails avant de les abandonner dans les affres de son récit et de les faire ressurgir au moment le plus inopportun (les crétins à la solde du démon).

D’ici à là, Koontz tient cependant en haleine le lecteur et le contraint à se poser, avec les héros, une multitude de questions à propos de cette masses protéiforme qui les menace et se montre capable d’imiter leur voix, de prendre la consistance de n’importe quel être vivant et de contrôler l’électricité au sein de la cité. Se perdant en conjectures, Koontz dévoile finalement une intéressante théorie avec son ennemi de toujours, lui faisant épouser les traits versatiles de Proteus, entité mythologique capable de se métamorphoser à l’envi, avant d’emprunter sur le tard une caractérisation des plus banale, au grand dam du club des monstres, heureux d’y accueillir un nouveau comparse.

Intéressant dans sa première partie, Spectres s’avère finalement assez pataud et plutôt convenu ensuite, imposant au lecteur quelque deux cents pages de bafouille fait de dialogues interminables et de répétitions indigestes, pour lui offrir un final bien décevant.

Ajouter un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Image du jour

Récentes critiques

affiche du film
The Babysitter
2017
affiche du film
Ça
2017
affiche du film
The Black Room
2016
affiche du film
Spider-Man: Homecoming
2017
affiche du film
Okja
2017
affiche du film
Underworld: Blood Wars
2016

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage