Critique de film

pub

Le Retour des Morts-Vivants 3

"Return of the living dead III "
affiche du film

Curt est le fils du colonel Sinclair, un scientifique qui a dédié sa vie à un étrange projet de recherche. Julie est une splendide adolescente dont Curt est éperdument amoureux. Quand Julie meurt dans un accident, Curt utilise le projet de son père pour la ramener à la vie...

pub

Les critiques à propos de ce film

Critique de Le retour des morts-vivants 3 - Grand spectacle ou critique ?
Par : Quentin Meignant
Tags : Zombies

Le moins que l’on puisse dire est que ce film commence très fort : une scène de laboratoire dont les morts-vivants sont dignes de Romero ! Ensuite, hélas pour nous, la cadence redescend peu à peu et ne doit reprendre que dans la deuxième partie du film.

Néanmoins, cela reste regardable même si le scénario aurait pu être mieux travaillé. L’apparition de la véritable épidémie arrivant à la fin du film et n’étant pas très développée, on reste un peu sur sa faim pour un film qui s’appelle « Le retour DES morts-vivants ».

Les acteurs, par contre, mettent du cœur à l’ouvrage et la très belle Melinda Clarke joue à merveille son rôle de zombie, tiraillée entre l’amour qu’elle porte à son petit ami et l’envie de le manger…

Bien sûr, nous avons droit à un film de zombie assez léger mais ce métrage vaut surtout pour la question qu’il soulève : « Les progrès de l’armement menacent-ils l’humanité ? » Il est certain que tout ceci est irréel mais en ces temps troublés, si l’on y pense bien, cela donne un caractère plus impressionnant, plus « réel » au film…

Une bonne série B donc, avec ce qu’il faut de morale pour ne pas que le film sombre dans les profondeurs abyssales de certains films de Morts-vivants…


Critique de Le retour des morts-vivants 3 - Un retour gagnant !
Par : Damien Taymans

Lancée quelques années après le Zombie de Romero, la franchise des Retour des morts-vivants démarrait sous d’agréables auspices avec le premier volet de Dan O’Bannon. Le retour des morts-vivants, à défaut d’être réellement efficace, réussissait au moins le pari d’être drôle. Mettant en scène des zombies putréfiés, le métrage proposait un mélange assez sympathique d’humour noir et de gore dans la désorganisation la plus totale. Bordélique mais humoristique, le premier tome avait quelques atouts indéniables pour charmer son public, contrairement à sa séquelle directe, véritablement indigeste. Flambeau repris par Wiederhorn en 1988 de manière tout à fait maladroite. Souhaitant continuer la saga dans la lignée du précédent, le réalisateur s’est enfoncé trop profondément dans le gros humour qui tache, alignant des séquences entières avec des gags tirés des moins bons recueils de blagues que l’on trouve dans les toilettes de toute maison bien tenue.

Il devenait donc urgent de redresser une franchise qui avait déjà sombré dès son deuxième épisode. Pour ce faire, Brian Yuzna, qui vient de signer sa Fiancée de Re-Animator, est appelé aux commandes aux côtés de son producteur Gary Schmoeller. Choix intelligent puisque Yuzna prend le risque de quitter l’esprit de la saga pour effectuer un virage à 180 degrés. L’humour crasseux laisse sa place à un humour noir plus à propos du thème traité. De même, le ton du métrage contraste radicalement avec ceux qui composaient la franchise jusque-là.

Si les deux premiers épisodes avaient mis l’accent sur l’humour campagnard qui vient avec ses gros sabots, le troisième volet est davantage centré sur une histoire dramatique. L’évolution de ce jeune couple dont l’un est un jeune homme et sa compagne un zombie est traité de manière très sérieuse, très concrète. L’humour rase-bitume abandonné, Brian Yuzna, qui n’est pas en reste côté poilade (ses Re-Animator le prouvent aisément) décide de doter son métrage d’une ironie incisive.

Il faut dire que le scénario se prête admirablement à cette intronisation de l’humour noir qui vient saupoudrer agréablement cette transfiguration du mythe de Romeo et Juliette. La relation charnelle des deux amants tournera elle-même à l’horreur lorsque le corps de Julie commencera à muter pour devenir celui du mort-vivant. Bien plus, l’héroïne s’automutile pour s’empêcher de manger de la viande humaine. Mais quel est réellement son but ? Tenter d’oublier sa condition de morte-vivante ou bien, submergée par cette condition, essaie-t-elle de se détruire physiquement afin de repousser les assauts potentiels de son amoureux ? Quoiqu’il en soit, la grande idée de Yuzna réside dans cette mise ne lumière de cette zombification et des tourments qui l’accompagnent, bien avant des œuvres plus profondes comme Moi, zombie.

A l’instar de la Jenifer de Dario Argento, Julie (la magnifique Mindy Clarke) provoque chez les personnages (et certainement chez les spectateurs) un mélange amer d’excitation et de répugnance. Son corps atrocement mutilé et transformé à l’excès n’a jamais été aussi excitant que lorsqu’il apparaît sous ce nouveau jour lors d’une scène prodigieuse de beauté (apparition théâtrale dans l’encadrement d’une porte). Erotique et diabolique, la créature amène sinon l’excitation au moins la curiosité, deux sentiments qui se révèlent fatals de toute façon pour les personnages qui les ressentent.

Bien entendu, Le retour des morts-vivants 3, s’il rehausse le niveau de la franchise, n’est pas pour autant un chef-d’œuvre ultime. Le métrage souffre même de certaines incohérences scénaristiques (le fiston se balade à l’aise dans les bâtiments militaires, Julie n’écoute pas ses conseils mais le clochard oui, …) et accuse quelques longueurs lors de scènes dialoguées assez ennuyeuses. De même, on pourra reprocher à Yuzna de ne se concentrer que sur le mal-être de l’héroïne zombifiée ou d’être avare en actions durant son histoire.

Mais ce ne sont là que diatribes inconsidérées qui ternissent l’image d’un métrage assez sympathique dans l’ensemble et qui se laisse regarder sans aucun problème et parvient même à proposer un traitement singulier très intéressant.


Oeuvres liées :

Le retour des morts-vivants (1984)
Le retour des morts-vivants 2 (1987)
Le retour des morts-vivants : Necropolis (2005)
Le retour des morts-vivants 5 : Rave mortel (2005)

Commentaires sur le film

0 etoiles

ai il fau plus de mport vivan ou quoi la

21 juillet 2009 à 22:07

Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Récentes critiques

affiche du film
Jessie
2017
affiche du film
The Babysitter
2017
affiche du film
Ça
2017
affiche du film
The Black Room
2016
affiche du film
Spider-Man: Homecoming
2017
affiche du film
Okja
2017
affiche du film
Underworld: Blood Wars
2016
affiche du film
Wonder Woman
2017
affiche du film
Pirates des Caraïbes : La vengeance de Salazar
2017
affiche du film
The End
2016

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage