Renvoyez la censure !

RENVOYEZ LA CENSURE !

23 octobre 2011 | Par : Darkness Fanzine

The Bunny game interdit à la vente au Royaume-Uni

Le British board of film classification (BBFC) n’en finit pas de faire parler de lui depuis les rebondissements entourant la sortie le 7 octobre 2011 de The Human centipede 2 (full sequence) du réalisateur Tom Six. Cette fois-ci, cette vénérable institution britannique vient de rejeter la demande d’exploitation en vidéo du film de Adam Rehmeier The Bunny game (2010) dans tout le Royaume-Uni, estimant que l’histoire insoutenable décrivant les violences sexuelles subies par une jeune prostituée kidnappée et humiliée dans un semi-remorque sur une route de Los Angeles, enfreignait la loi. Le BBFC, néanmoins disposé à examiner une version allégée du film, justifie sa décision en précisant que « l’accent mis sur la nudité tend à érotiser ce qui est montré  » ajoutant que « l’esthétique du film pourrait encourager certains spectateurs à partager le plaisir que prend l’homme dans l’humiliation de la femme ». Rappelons à toutes fins utiles que le Video recording act de 1984, confie au BBFC le soin de veiller à ce qu’un film ne puisse occasionner un préjudice quelconque aux spectateurs ou à la société, en The bunny gameencourageant « une vision déshumanisée des autres, l’insensibilité envers les victimes » et le « plaisir dans la douleur et l’humiliation d’autrui  ». A priori, les gardiens britanniques semblent avoir agi conformément à leur mandat.

Souvenons-nous également qu’en juin dernier, les mêmes arguments avaient conduit le BBFC à interdire The Human centipede 2 (full sequence), les sages condamnant Tom Six pour avoir représenté des êtres humains en « objets destinés à être brutalisés et dégradés pour l’amusement et l’excitation sexuelle du personnage principal » et, accessoirement pour le plaisir des spectateurs. Finalement, la Commission britannique reviendra sur sa décision en octobre 2011 moyennant une interdiction aux moins de 18 ans et 32 coupures totalisant 2 minutes et 37 secondes d’images décrivant notamment un homme se masturbant à l’aide de papier de verre, des lèvres agrafées à des fesses, la mise à mort d’un nouveau-né ou encore le calvaire d’une femme violée par un homme entourant son pénis... de fil barbelé !

A la différence de la Commission de classification des œuvres cinématographiques, laquelle en France doit communiquer un avis sur la classification des films au ministre de la Culture qui seul dispose du droit d’attribution du visa d’exploitation en salles, le BBFC est entièrement compétent, non seulement pour délivrer l’autorisation de projection en salles, mais aussi pour permettre leur sortie en vidéo. La nuance est importante pour au moins trois raisons majeures :

Première raison – En France, le ministre de la Culture peut passer outre l’avis de la Commission. En aggravant la proposition formulée – ce qui n’arrive presque jamais depuis plus de vingt ans – ou le plus souvent, en allégeant la la demande de restriction qui lui est faite. Ce fut le cas pour le film Martyrs (2008) de Pascal Laugier, d’abord proposé à l’interdiction aux mineurs de 18 ans en juin 2008, puis finalement interdit aux moins de 16 ans, avec avertissement.

Deuxième raison – Depuis 1990, la Commission de classification ne The human centipede (full sequence)dispose plus de la possibilité de subordonner l’attribution d’un visa d’exploitation à des coupures. Pourtant, la pratique montre que l’autocensure a remplacé les injonctions de la Commission. Ainsi, The Lost door (2008) de Roy Stuart est interdit aux mineurs de 16 ans après que le réalisateur ait finalement proposé une version édulcorée du film initialement présenté à l’avis de la Commission. La tendance chez les distributeurs français consiste « plus fréquemment que précédemment à opérer des coupes dans des films français dits d’horreur afin d’éviter une classification trop élevée. Il en est ainsi de La Horde (2008) de Yannick Dahan et Benjamin Rocher, qui a fait l’objet d’une interdiction aux moins de 12 ans avec avertissement et qui, sans ces coupes, aurait sans doute été interdit aux moins de 16 ans  » reconnaît Sylvie Hubac, ancienne présidente de la Commission de classification dans un rapport publié en 2010.

Troisième raison – La Commission de classification n’est pas compétente pour autoriser la sortie d’un film directement sur le marché de la vidéo. En effet, aucun organisme n’assure à ce jour en France une quelconque classification des DVD. Du coup depuis 1998, une loi oblige l’éditeur ou le distributeur d’un film sortant en vidéo à avertir les acheteurs du contenu de l’œuvre proposée à la vente. Un transfert de responsabilité que les tribunaux pourront apprécier, en cas de litiges. Ainsi, The Human Centipede (first séquence) (2009) de Tom Six est vendu partout en France depuis le 13 octobre dernier, avec la mention « interdit aux moins de 16 ans » apposée en très petits caractères au verso du DVD.

Après Snuff 102 (2006) de Mariano Peralta, le très contesté A Serbian film (2009) de Srdjan Spasojeviċ, The Human centipede 1 et 2 de Tom Six et maintenant The Bunny game de Adam Rehmeier, une génération de jeunes cinéastes paraît vouloir faire bouger les lignes de la bienséance, en provoquant et en choquant par tous les moyens. La volonté de dénoncer une société cruelle et injuste, un message politique fort ou tout simplement une façon de faire de l’argent grâce à la publicité engendrée par les retombées médiatiques ? Pour l’heure, il semble encore difficile de le dire.

Toujours est-il que la France est encore épargnée par ces scandales jusqu’au jour où, un distributeur plus zélé que les autres, proposera à l’avis de la Commission un film insoutenable, dépassant tout ce qui lui a déjà été montré. Ce jour là, pourrait-elle être amenée à proposer au ministre une interdiction d’exploitation totale en France pour « atteinte à la dignité humaine » ? L’avenir nous le dira certainement plus tôt que certains semblent vouloir le croire...

Commentaires

THE BUNNY GAME c’est surtout insoutenable tellement c’est chiant. Il y a pas de scénario (le réal l’a d’ailleurs confirmé au LUFF), juste une suite de scènes. Très pénible.

28 octobre 2011 | Par Olivier

The bunny game passe au Razorreel pour ceux qui sont intéressés

25 octobre 2011 | Par Damien

L’avenir appartient à ceux qui ont le veto ! disait Coluche

24 octobre 2011 | Par shinji

Le magazine britannique Uncut répertoriait les dégâts de la censure anglaise pour les VHS et DVD. Il semble qu’une nouvelle limite ait été franchie.

24 octobre 2011 | Par médusa man

Ajouter un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Image du jour

Récentes critiques

affiche du film
The Babysitter
2017
affiche du film
Ça
2017
affiche du film
The Black Room
2016
affiche du film
Spider-Man: Homecoming
2017
affiche du film
Okja
2017
affiche du film
Underworld: Blood Wars
2016

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage