Critique de film

pub

Punisher (The)

"The Punisher"
affiche du film

Ancien membre de la Delta Force, puis agent spécial au FBI, Frank Castle s'apprête à se retirer pour mener une existence paisible auprès de sa femme et de son jeune fils. Lors de son ultime mission, les choses tournent mal et le fils de Howard Saint, puissant businessman et magnat de la pègre, est tué. Ivre de vengeance, Saint organise le massacre de Frank et de toute sa famille. Mais ce dernier survit. Désormais, il n'a plus qu'un but : faire payer le coupable à hauteur de son crime. Il va mettre tous ses talents au service de sa mission la plus personnelle et la plus destructrice...

pub

Les critiques à propos de ce film

Critique The Punisher - Ca c’est de la punition !
Par : Quentin Meignant
Tags : Super-héros, Vigilante

The Punisher avait déjà fait l’objet d’une adaptation signée Mark Goldblatt (déjà auteur d’un court sur le sujet un an plus tôt) en 1989. A l’époque la Marvel n’avait pas encore réellement investi les studios de cinéma et le film fut dès lors produit par par la New World Pictures. N’agréant pas du tout les studios producteurs d’Iron Man, Spider-Man et compagnie, le film de Goldblatt fut rapidement remis en question et c’est en 2004 que la Marvel Entreprises décida d’offrir au Punisher une nouvelle chance de charmer un public conquis par l’univers du héros de comics. Nous retrouvons donc Frank Castle, agent du FBI, qui, pour sa dernière mission, doit démanteler un réseau de trafic d’armes. Lors de la mission, le fils du puissant mafieux Howard Saint est abattu. Une vengeance terrible attend alors Frank qui voit toute sa famille se faire massacrer. Bien décidé à se venger, le héros va rendre la vie dure à Saint. Le Punisher est né.

Il s’agit là de la première réalisation de Jonathan Hensleigh, plus connu pour ses talents de scénariste (Jumanji, Armageddon) que de metteur en scène (seulement deux films : The Punisher et Bienvenue dans la jungle). Toujours est-il qu’on sent l’envie de bien faire dès les premières minutes avec une séquence d’action efficace aux dialogues savoureux. Dès cet instant, la tension monte et la vengeance de Saint arrive sur la pointe des pieds. Cette dernière, jouissant d’une mise en scène froide et plutôt crue (ce qui est rare pour un film Marvel), offre un véritable moment d’horreur avec un massacre à la fois spectaculaire et réaliste de toute une famille innocente. Thomas Jane se montre d’ailleurs irréprochable et constitue la clé de voûte de l’action durant cette séquence alternant courses rythmées, meurtres aux mouvements impeccables et, surtout, tristesse. Le héros est pris aux tripes et, rien qu’au regard qu’il lance à l’horizon, on sent que le Punisher, véritable tueur empli de haine, est déjà né.

La suite du métrage s’oriente dès lors vers le vigilante incroyablement rythmé naviguant entre scènes d’humour, de désespoir et, surtout, scènes de fusillades en tous genres traitées de manière jouissive par Hensleigh. Des séquences de bastons hors du commun nous sont proposées, agrémentées d’une bande originale entraînante, desquelles ressortent toute la rage et la pugnacité du héros de comics. L’adaptation est précise et les sentiments développés par l’œuvre ne font que renforcer la puissance du personnage principal. En restant froid, dur et ferme, le Punisher fédère par une certaine irrévérence mais surtout par sa capacité à être monsieur tout le monde. L’alternance entre cette apparence modeste, éloignée des super-héros en collants, et la folie meurtirère qui s’empare du personnage lors des scènes d’action conquit véritablement le spectateur jusqu’à un dénouement spectaculaire.

Rythmé de bout en bout, à la fois poignant et jouissif, The Punisher est sans conteste l’un des fleurons de la Marvel. A la fin du métrage, le spectateur n’a plus qu’une idée en tête : aller voir le deuxième épisode qui sortira à la fin de l’année 2008 (le 11 mars 2009 chez nous). Frank Castle est en tout cas un héros qui nous a donné bien du plaisir et Hensleigh peut se vanter d’avoir véritablement lancé la saga The Punisher.

Commentaires sur le film

2 etoiles

LE défaut du film : le Punisher ne punit personne ! Il se contente de se défendre face à 2/3 gus envoyé par le bad guy pour l’éliminer (quand il ne déjeune pas avec ses voisins... WTF ?). C’est seulement ds le dernier 1/4h que le réalisateur se souvient qu’il tourne un Punisher et que le film devient sympa. Hélas à ce moment il est trop tard... Mieux vaut revoir la version avec Dolph Lundgren. Malgré ses défauts ça au moins c’est du Punisher.

19 août 2013 à 14:08 | Par jigsaw

Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Récentes critiques

affiche du film
Ça
2017
affiche du film
The Black Room
2016
affiche du film
Spider-Man: Homecoming
2017
affiche du film
Okja
2017
affiche du film
Underworld: Blood Wars
2016
affiche du film
Wonder Woman
2017
affiche du film
Pirates des Caraïbes : La vengeance de Salazar
2017
affiche du film
The End
2016
affiche du film
Small Town Killers
2017
affiche du film
The Circle
2017

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage