Orient express

ORIENT EXPRESS - Super Noypi

8 décembre 2009 | Par : Seb Lecocq

X-Mens Philippins

L’œuvre

Super Noypi fait partie des superhero movies si chers aux Philippins. Peu de personnes le savent mais ceux-ci sont friands, consommateurs et créateurs d’une multitude de super-héros. Bien qu’originales, leurs créations ne sont bien souvent que des décalques ou des ersatz d’héros à super-pouvoir existants. Depuis quelques années, grosso modo les années deux mille, on a vu fleurir dans le pays une vague de films mettant en scène des vengeurs costumés à super-pouvoirs tels que Lastikman, Gagmboy ou encore Exodus. C’est aujourd’hui Super Noypi qui nous intéresse, film s’inspirant librement des célèbres X-Mens américains. Il faut savoir qu’aux Philippines le gouvernement encourage et soutient la création de films du genre, on se souvient d’ailleurs de la déclaration du premier ministre local affirmant que « voir Exodus au cinéma était un acte patriotique ». Voilà qui laisse rêveur n’est-il pas. Ces films sont souvent munis d’un budget confortable en vue des standards locaux évidemment et Super Noypi ne déroge pas à la règle, le réalisateur se voyant confier assez d’argent que pour mener à bien son entreprise « patriotique ».

Success Storiz

S’il ne fut pas le plus gros succès de tous les temps au pays, Super Noypi ne connut pas moins un franc succès lors de sa sortie en salles et remporta vingt millions de pesos philippins. Le film doit son succès au caractère tout public de son film, mettant en scène des ados et quelques stars locales comme Jennylyn Mercado, Katrina Halili ou John Prats. Une part de ce succès est aussi due aux qualités intrinsèques du film et à son statut de blockbuster local. Bien que le cinéma philippin soit une des grandes inconnues dans nos régions, leur industrie est fructueuse, riche et vivace. De plus en plus de films sont produits et quelques réalisateurs ou comédiens locaux commencent doucement à se faire un nom parmi les cinéphiles aventureux et avides d’exotisme. Je pense notamment à Erik Matti ou Mel Chiongo sans parler des anciens Eddie Romero, Gerardo De Leon et Lino Brocka. Le film qui nous intéresse aujourd’hui ne déroge pas à la règle et est totalement inconnu par chez nous et n’a, à ma connaissance, jamais été projeté en Europe, une bonne raison donc de découvrir ce film et ce cinéma-là.

Chinopsis

Six adolescents amis d’enfance découvrent une combattante venue du futur dans leur jardin. Ils apprennent que leurs parents sont les deux super-héros les plus connus du pays et qu’ils ont été kidnappés par un dangereux dictateur. Petit à petit, les six adolescents vont découvrir qu’eux ici possèdent des super-pouvoirs. Et avec l’aide de Lia, combattante du futur, ils vont tout faire pour venir en aide à leurs parents.

Asian Star

Quark Henares n’est certes pas le plus connu des réalisateurs philippins, ni le plus doué pourtant son parcours est parfaitement représentatif de celui de la plupart de ses jeunes confrères. Il a d’abord appris son art en réalisant des publicités pour la télévision locale avant de s’attaquer à l’industrie de la musique en réalisant un paquet de clips et autre vidéos pour les stars et starlettes locales. C’est en 1999 qu’il franchit le cap et passe à la fiction en signant un court métrage « A Date With Jao Mapa ». Trois ans plus tard, en 2002, il franchit un nouveau cap en signant son premier long métrage « Gamitan », une comédie policière dans la veine des films de Guy Ritchie. En 2000, il enchaine avec « Keka » avant de s’atteler a Super Noypi en 2006. Il n’a plus rien signé de neuf depuis lors.

Critique

La vie est parfois très moche et injuste avec vous. C’est un fait. Imaginez-vous le dernier jour d’école, dans huit heures vous êtes en vacances. Fini les cahiers, les contrôles et les profs, bonjour farniente, grasses matinées, soleil et petite pépées. Imaginez qu’en ce jour béni des dieux, vous croisez dans votre jardin une jolie créature court vêtue. Cette créature se présente à vous sous les traits d’Aubrey Miles, vous vous dites logiquement que vous êtes le gars le plus chanceux du monde. Seulement voilà, bardaf c’est l’embardée quand cette ravissante créature vous annonce qu’elle vient du futur, que vos parents sont les deux super-héros les plus célèbres et adulés du pays mais que malheureusement ils ont été kidnappés par un très vilain dictateur. La journée prend une tournure inattendue et le rêve se transforme peu à peu en cauchemar. C’est ce genre de mésaventures que vont vivre nos valeureux héros philippins.

Soyons clairs d’entrée de jeu, Super Noypi ne brille pas par l’originalité débordante de son scénario, ce dernier suit gentiment les sillons du superhero movie traditionnel, super-héros dont les grands pouvoirs entrainent de grandes responsabilités. Là où cette production se démarque de la masse, c’est par la nature de ses protagonistes : une bande d’étudiants hétéroclites que rien ne prédestinait à une telle destinée. Pourtant, c’est dans l’adversité qu’on découvre vraiment qui on est et quelle pire épreuve que de voir ses parents à deux doigts de la mort ? Nos jeunes héros vont donc se découvrir des pouvoirs hors du commun et vont apprendre à s’en servir devant nous, ce qui occupera une bonne première moitié de film. Super Noypi suit le même schéma que X-men premier du nom, mais en plus rapide et moins chiant. Henares donne le ton et signe sa note d’intention des la première scène du film : ses deux armes seront l’humour et l’action. Quand Singer se parait d’un sérieux quasi papal, son homologue philippin joue la carte du divertissement quasi familial mené tambour battant et carburant au rythme d’un gag à la minute, montre en main.

Après la découverte des pouvoirs, voici venir la phase d’apprentissage et d’entrainements. Les héros maitrisent leurs pouvoirs respectifs et apprennent maintenant à interagir ensemble. Cette phase est cruciale pour le film car elle pose les bases de la crédibilité de l’histoire. Si les héros ne savent pas se battre, le spectateur ne croira pas une seconde à ce qui se déroule sous ses yeux. Et force est de constater que si les capacités physiques des comédiens philippins n’égalent pas celles de Tony Jaa ou Donnie Yen, la mise en scène d’Henares camoufle parfaitement les lacunes de son casting et fait plus que jamais illusion. Ou comment prouver par A plus B qu’un bon cadrage est synonyme d’une bonne scène de baston. Et niveau cadrage Hénares s’y connait. Il maitrise aussi bien les cadres classiques que les plans décadrés ou obliques. Il alterne aisément les styles de mise en scène afin de coller au mieux à son intrigue et à ses scènes d’action. Et si la première moitié du film faisait la part belle à la comédie, l’action se taille la part du lion dans la deuxième heure. Combats, fusillades, cascades, courses poursuites, tout y passe avec un égal bonheur, exploitant au mieux les pouvoirs et capacités de chaque personnage.

On pourrait bien sûr lister les défauts du film, défauts inhérents aux conditions de production locale. On se contentera de se laisser aller et de prendre du plaisir devant cette histoire de super héros originale et rafraichissante possédant cette touche de folie douce caractéristique du cinéma tagalogs. Effectivement, certaines scènes semblent too much, certains effets spéciaux sonnent horriblement faux en regard des grosses machines américaines mais pour une production philippine, ceux-ci sont d’un niveau tout à fait acceptable. Il est des fois, dans une vie de cinéphage où il faut laisser son esprit critique et chagrin dans sa poche pour se contenter d’ouvrir grandes les mirettes afin de profiter au mieux d’un spectacle à la naïveté quasi enfantine certes mais diablement réjouissante. Super Noypi fait partie de ces films bancals et imparfaits mais sacrément attachants.

Disponibilité

Vous vous en doutez, le film n’est bien sur pas disponible par chez nous. Comment faire pour le voir via des moyens légaux ? Et bien le film est disponible en dvd philippin et édité chez Regal Films. Le film est au format et possède des sous-titres anglais.

Ajouter un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Image du jour

Récentes critiques

affiche du film
The Black Room
2016
affiche du film
Spider-Man: Homecoming
2017
affiche du film
Okja
2017
affiche du film
Underworld: Blood Wars
2016
affiche du film
Wonder Woman
2017
affiche du film
Pirates des Caraïbes : La vengeance de Salazar
2017

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage