Critique de film

pub

Nightmare Detective

"Akumu Tantei"
affiche du film

Une vague de suicides sâ

pub

Les critiques à propos de ce film

Critique de Nightmare Detective - One, two, the Nightmare Detective’s coming for you...
Par : Seb Lecocq
Tags : Asiatique

Synia Tsukamoto est un de mes réalisateurs fétiches, un de ceux dont je vois chaque film les yeux fermés et un de ceux dont j’achète les dvds quoi qu’il arrive. Tetsuo fait partie de mes dix films préférés et représente pour moi le meilleur film de science-fiction/ anticipation jamais réalisé. C’est dire si je tiens le bonhomme en haute estime. Il est aussi une source d’inspiration et une légende pour des dizaines de réalisateurs japonais, américains et européens. Son cinéma, de Tetsuo à Gemini, c’est-à-dire 6 films et presque autant de chefs-d’œuvre, n’a cessé d’être pillé et d’inspirer de nombreux films. Tsukamoto est un self made man parfait sur Tetsuo, c’est simple il a tout fait. Cependant, depuis quelques films, Tsukamoto a fait évoluer son style vers des horizons moins « cybernétiques » . La grosse coupure s’est faite avec Gemini et Snake Of June mais surtout avec Vital dont je ne suis absolument pas fan. Haze, son dernier film en date, remettait quelque peu les pendules à l’heure mais ce Nightmare Detective emprunte lui aussi nouvelle direction.

Apres l’ère "underground cyber punk" et l’ère "auteurisante", Nightmare Detective semble ouvrir une ère plus classique voire même plus péjorativement « grand public » (les termes entre guillemets sont à prendre avec de grosses pincettes). Mais attention on parle malgré tout toujours de Tsukamoto ! Nightmae Detective n’est donc pas un film pour toute la famille, entendons-nous bien, les scènes de suicides sont violentes et bien réalisées, parfois gore et l’ambiance générale est glauque et dépressive. La scène de découverte des premiers cadavres est d’ailleurs un des temps fort du film, découpage, gestion du suspense et de l’espace, tension, tout y est géré à la perfection avant d’enfin comprendre ce qui s’est passé.

Seulement cette fois, on voit poindre ci et là quelque envie de simplicité chez Tsukamoto, son film est somme toute linéaire et de facture classique même si chaque plan respire la style de son auteur : caméra portée, montage saccadé, scènes oniriques, filtres bleus, plan urbain sorti tout droit de Tokyo Fist etc etc…mais le tout est cette fois mixé avec beaucoup de gros plans sur les yeux des personnages, beaucoup de champs contre-champs basés sur le regard des protagonistes, introduits pour montrer que la confrontation est avant tout psychologique là où avant Tsukamoto basait les relations entre ses personnages sur le plan physique et sexuel. Cette fois, ça se passe dans la tête et dans les rêves… A ce titre la comédienne principale, l’idole Hitomi n’est peut-être pas le choix le plus judicieux au premier abord vu son jeu que je qualifierais de « figé » pour rester courtois, limité à une expression, mais malgré tout ça elle possède un indéniable charme désenchanté presque dépressif qui sied bien au ton général du film, et surtout, elle porte très bien les talons hauts.

Tsukamoto démontre bien l’envie d’ouverture de son cinéma à un public plus large. Un changement d’approche intéressant pour le réalisateur même si on le sent parfois peu à l’aise dans le genre purement fantastique psychologique. Autre point noir (faudra penser à les percer après - ndlr), le personnage titre est très peu exploité malheureusement : il est perçu plus comme un moyen utilisé par la police pour résoudre l’enquête que comme un vrai personnage à part entière et sert plus d’artifice que de véritable moteur à l’intrigue. Au delà de ça, le film explore toujours les thèmes chers au réalisateur comme le rapport à la mort, l’aliénation due à la société japonaise et le suicide social ou même physique, cette fois-ci.

Nightmare Detective est donc bien un film de Tsukamoto, un bon film même, mais un Tsukamoto encore différent qui emprunte une voie encore nouvelle et apporte une vision neuve de son univers. Un bon Tsukamoto donc mais j’espère toujours un retour à la fureur libératrice et libertaire de ses premières oeuvres.

Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Récentes critiques

affiche du film
The Babysitter
2017
affiche du film
Ça
2017
affiche du film
The Black Room
2016
affiche du film
Spider-Man: Homecoming
2017
affiche du film
Okja
2017
affiche du film
Underworld: Blood Wars
2016
affiche du film
Wonder Woman
2017
affiche du film
Pirates des Caraïbes : La vengeance de Salazar
2017
affiche du film
The End
2016
affiche du film
Small Town Killers
2017

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage