Scream queen

Nicola Fiore

23 janvier 2009 | Par : Gore Sliclez

Ce qu’il y a d’agréable avec ces starlettes du cinéma indie c’est leur franchise et cette faculté qu’elles ont pour certaines de ne jamais se prendre au sérieux. Ici pas de star capricieuse qui après deux métrages vous snobe ou vous sélectionne. Dans leur volonté parfois naïve et candide elles apparaissent souvent charmantes et naturelles et font penser aux pin-up des années cinquante. Mais ne vous y trompez pas, elles savent d’où elles viennent et parviennent à garder le cap, sachant pertinemment vers où aller et comment y arriver ! Nicola Fiore en fait partie. Aux States, cette charmante italo-américaine est parvenue à se faire un nom dans le milieu fermé du cinéma indépendant horrifique parvenant à s’immiscer dans la cour des favorites des reines Debbie et Monique, ouvrant ainsi les portes de la Troma de l’ami Lloyd. Tout doucement, sa filmographie s’enrichit et celle-ci devrait parvenir dans l’avenir à se placer en haut de l’affiche. Voici donc l’interview de celle qui sera la Scream Queen de la semaine et ça... c’est rien que pour vous ! Et comme on dit déjà...enjoy !!

- Quelles sont les origines de votre nom ?

Italien, Sicilien en fait ! Mon père est de Sicile et ma maman est du nord de l’Italie. Mon prénom vient du côté de mon grand-père paternel qui emmena toute sa famille aux Etats-Unis. J’ai toujours pensé que c’était cool de s’appeler comme un homme. Nicola sonne plutôt féminin mais masculin en même temps.

-Vous avez été bassiste, projectionniste, model et maintenant actrice. Vous avez toujours eu envie d’être une artiste ?

Quand j’étais petite fille je voyageais beaucoup avec mes parents qui étaient musiciens et jouaient dans les même groupes. Nous étions en bus et faisions une série d’hôtels. Je me rappelle que je faisais des shows de play-back pour le groupe quand ceux-ci étaient tous bourrés après les spectacles. J’adorais les faire rire. Mes parents m’ont mis à la danse quand j ’étais enfant. Je recherche toujours l’épanouissement créatif que ce soit la danse, la musique, ou le film.

- Comment était votre rencontre avec Lloyd Kaufman ?

J’ai rencontré Lloyd en février 2008 à la projection de Poultrygeist à Orlando, Floride. Je venais de travailler avec Debbie Rochon (ndlr : Debbie su tu nous entends...) et je connaissais donc son travail. Le rencontrer fut assez étrange parce que nous nous sommes entendus très vite et étions sur la même longueur d’ondes. Nous avons le même sens de l’humour et nous nous amusons énormément en travaillant.Il est mon préféré...

- Qu’aimez-vous dans le cinéma indépendant ?

C’est le cinéma indépendant qui m’a trouvé en fait. Je travaillais comme projectionniste dans un cinéma quand j’ai rencontré des amis qui prenaient des cours de cinéma dans la même école. Mon ami Chris est un fou du genre horreur et ramenait toujours le magazine Fangoria pour travailler et parler des films d’horreur. Je lui ai confié que je n’avais jamais réellement vu de films de ce genre auparavant et là il s’est soudainement ennervé et a commencé à m’instruire sur tel ou tel réal ou tel et tel tueur et ce qu’il a fait dans le film etc. Chris a écrit les deux premiers films d’horreur que j’ai fait. Quelques années plus tard, j’ai rencontré Dustin Hubbard (For Christ’s Sake) et il m’a raconté un script qu’il avait écrit sur un tueur controversé. Je lui ai parlé de mon travail avec Chris et nous avons commencé à discuter. C’était étrange de prendre part ainsi au projet, d’y contribuer, de l’aider et d’y jouer... Ce que j’aime dans ce ciéma là ce sont les fans, ils sont géniaux !

- Pouvez-vous parler un peu de Budget Pictures ?

Low Budget Pictures (égalemment connu sous LBP) est une compagnie cinématographique qui a commencé il y a 20 ans déjà et initiée par Chris Seaver justement. Celui-ci a toujours été un fan du genre et a travaillé avec les studios Troma et directement avec Troma’s Edge TV. LPB est un vaste univers de personnages étranges comme Teen Ape, Mulva, Heather & Puggly, et BoneJack.
C’est de la comédie horrifique et complètement hillarant ! J’ai vu Mulva 2 avec Debbie Rochon et c’était génial ! Chris a fait un truc génial en carricaturant Kill Bill 2 et en réinventant le personnage avec une actrice différente. Je savais qu’il fallait que je travaille avec lui après avoir vu son film et ce fut alors excitant quand nous avons fait "Terror at Blood Fart Lake" ensemble. Le film est tellement drôle que je suis impatiente que tout le monde puisse le voir ! Vous pouvez vois des extraits sur www. lowbudgetpictures. net

- Comment est votre collaboration avec Debbie Rochon ou Monique Dupree ?

Travailler avec Debbie fut le tournant de ma carrière, passant du hobby à quelque chose de sérieux. Nous avons beaucoup de scènes ensemble dans "For Christ’s Sake" et elle était vraiment encourageante et j’écoutais tous ses conseils. J’ai vu ce qu’elle a déjà fait dans sa carrière et je me dis que j’aimerais travailler avec des jeunes réalisateurs qui apprécieraient de m’avoir sur le tournage comme elle fit avec nous. Nous avons encore travaillé ensemble quelques semaines plus tard pour Dead End. Monique fut vraiment providentielle pour "For Christ’s Sake" ! Nous avions une scène parfaite pour elle et elle s’est avérée justement être en Floride au bon moment pour participer au film. Je n’ai pas travaillé avec elle en tant qu’actrice mais en tant que productrice du fil. Elle est incroyable ! Elle m’a également encouragée et m’a donné de nombreux conseils concernant ma façon de me promouvoir ce qui était pour moi assez étrange auparavant.

- Quelles sont vos ambitions dans le cinéma ? Tourner avec un grand réal ?

Il y a une quantité de réalisateurs avec qui j’aimerai travailler. Timo Rose d’Allemagne, Ivan Zuccon d’Italie. Ma plus grande ambition est de continuer ce que je fais et de rejoindre mes fans à travers le monde. J’espère tellement faire des films un peu partout...

- Quel est votre réalisateur et film préférés ?

C’est dur ça (ndlr : en effet...) ! J’aime beaucoup Dario Argento et "Suspiria". Sans doute la Italian connection (rires). Je pense que la manière qu’il laisse les choses entrer dans votre imagination est futée. C’est notre imagination qui crée la crainte.

- Quels sont vos projets pour 2009 ?

Je serai fort occupée cette année. Je travaille avec Forbidden Films pour le film « The Chainsaw Sally Show". Je vais également tourner avec Chris Seaver pour quelques projets avec Low Budget Pictures dont un avec le scénariste Matthew Jason Walsh qui sera une comédie. Un film avec Linnea Quigley intitullé "Post Mordem America 2021" où je joue Beth, une tueuse névrotique atteinte du syndrôme Gilles de la Tourette. Ça risque d’être sympa !! Un autre film intitulé "Hellstorm" dont l’histoire se déroulera lors d’une tempête. Un film d’arts martiaux à New York avec Jim Haggarty et enfin du travail égelement avec la Troma et Lloyd.

- Pouvez-vous parler un peu de Dead End and For Christ’s Sake ?

"For Christ’s Sake" raconte l’histoire d’une équipe de chercheurs qui parviendrait à cloner l’ADN du Christ. C’est un scénario plutôt intelligent et.. d’horreur comme vous l’imaginez ! Plusieurs semaines après que Debbie soit partie elle nous a appellé pour nous dire qu’elle allait à Sarasota en Floride faire un film intitulé "Dead End" avec Linnea Quigley. Elle nous a demandé de venir travailler avec elle et d’interpréter des zombies. Le film est une comédie très années 80. Il existait une scène pour laquelle le réalisateur Erik Matthews n’avait pas encore casté la bonne fille. La scène Go-Go était en fait un hommage au personnage de Linnea dans "Return of the Living Dead". J’ai demandé pour la jouer malgré le fait que je n’étais pas préparée puisque je revenais du film précédent.

- Que connaissez-vous de la France ?

Excellente nourriture, personnes et le meilleur vin du monde ! Étant New-Yorkaise, je peux imaginer qu’il existe une ville plus belle encore que Big Apple et c’est Paris. Peut-être irai-je un jour plus tôt que prévu... Je l’espère en tout cas !

- Quelques mots pour les geeks français ?

J’espère vous rencontrer un jour ! J’adore rencontrer des fans de films horrifiques cultes à travers le monde ! Envoyez-moi des messages, j’espère ainsi a pprendre à parler le français et pourquoi pas le pratiquer dans un film...Le temps pour tuer !

GALERIE

Ajouter un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Image du jour

Récentes critiques

affiche du film
Ça
2017
affiche du film
The Black Room
2016
affiche du film
Spider-Man: Homecoming
2017
affiche du film
Okja
2017
affiche du film
Underworld: Blood Wars
2016
affiche du film
Wonder Woman
2017

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage