Festival NIFFF de Neufchatel (Suisse)

NIFFF 2015 - Retour gagnant pour Anders Thomas Jensen

Famille recomposée...

On l’attendait depuis 2005 et son fabuleux Adam’s Apple , multi-primé au gré des festivals, le retour d’ Anders Thomas Jensen s’est opéré sur les écrans du NIFFF dans la soirée d’hier. Loin d’être inactif durant ces dernières années - l’homme a signé de nombreux scénarii, dont notamment ceux de The Salvation et Love is All You Need -, le metteur en scène danois revient avec son petit dernier, Men & Chicken.

L’œuvre suit deux frères pas gâtés par la nature qui voient leur paternel décéder. La vision d’une casette vidéo posthume leur apprend que leur père n’était pas leur géniteur. Bien décidés à rencontrer leur père biologique, ils décident de se rendre sur l’île d’Ork, peuplée de 41 habitants - seuil limite pour encore être considéré comme un véritable village. Ils y découvrent leur grande famille constituée de frères complètement barrés vivant en marge de la communauté. Le sanatorium où est installée la fratrie cache pas mal de secrets, tous plus dingues les uns que les autres.

Sur base de ce pitch d’enfer, Anders Thomas Jensen n’éprouve aucune difficulté à créer ce qu’il fait de mieux : une galerie de personnages totalement barrés, des situations rocambolesques au possible et, surtout, une bonne humeur de tous les instants malgré des sujets qui pourraient "fâcher" tels que l’inceste ou encore la zoophilie.

Ce dernier sujet prend d’ailleurs une place prépondérante dans le récit de Jensen, la chose étant pénalement punie depuis seulement deux gros mois par les instances judiciaires danoises. Pris avec légèreté, cet attrait pour les animaux prend un tour tout particulier dans le final du métrage laissant place à un dénouement assez inattendu et mettant dans le mille au niveau des émotions.

Complètement dingue dans sa première partie, notamment grâce au retour des acteurs fétiches de Jensen et à une caractérisation parfaite de personnages évoluant de manière loufoque au gré de situation souvent absurdes, Men & Chicken revêt donc au fil de son déroulement un aspect bien plus touchant et réfléchi qui transforme littéralement l’ensemble. La maestria narrative du metteur en scène danois semble ne pas connaitre de limites et Men & Chicken rejoint donc le panthéon des belles réussites qu’étaient déjà Les Bouchers Verts et Adam’s Apple .

Quentin Meignant

Image du jour

Récentes critiques

affiche du film
Blair Witch
2016
affiche du film
Blood Father
2016
affiche du film
Nerve
2016
affiche du film
Les Visiteurs - La Révolution
2016
affiche du film
Dernier train pour Busan
2016
affiche du film
Les dents de la mer 4: la revanche
1987

Concours

Sondage