Festival NIFFF de Neufchatel (Suisse)

NIFFF 2014 - It Follows, le frisson de l’année

Sommets de trouille atteints...

Attention, événement : alors que 2014 rimait avec Oculus et, dans une moindre mesure, Deliver us from Evil, le film à venir de Scott Derrickson, le cinéma de trouille a trouvé son maître avec It Follows, qui a récemment fait grand bruit lors du Festival de Cannes.

Repéré par les programmateurs du NIFFF, le métrage n’aura pas tardé à faire frissonner l’assistance. It Follows suit une jeune fille qui, après avoir fait l’amour avec son nouveau petit copain, se retrouve ligotée par ce dernier. Celui-ci semble traumatisé et lui explique qu’il lui a refilé une malédiction : après avoir fait l’amour avec lui, elle sera suivie par une personne qui peut prendre différents visages et qui veut sa mort.

Dès une scène d’entame qui restera sans nul doute dans les mémoires, tant par son aspect punchy que mystérieux et son funeste dénouement, It Follows fait montre de ses indéniables qualités. Bercée par un score très carpenterien, qui fait office à lui seul de gros coup de boutoir asséné au spectateur, l’oeuvre multiplie par la suite les scènes d’angoisse du plus bel effet. Sans céder une seule fois à la mode des jumpscares, le film de David Robert Mitchell, qui ne s’était distingué jusque là que par la seule comédie dramatique The Myth of the American Sleepover, distille au fil de ses séquence un sentiment de stress permanent.

Le métrage porte d’ailleurs son titre à merveille puisque "Ca (vous) suit" en marchant, ce qui transforme l’ensemble en une gigantesque course poursuite aux apparitions incessantes dont la lenteur instillent elle aussi un sentiment très particulier, façonné par l’envie d’en découdre de l’entité. Si les contacts avec celle-ci sont relativement rares, les quelques séquences d’attaque sont particulièrement efficaces et leur mise en scène s’avère être parfaite.

Objet d’une tension permanente et d’un travail très soigné au niveau de l’image et du son, It Follows, qui sera distribué par Metropolitan FilmExport, est sans conteste le film de trouille de l’année et se démarque totalement des créations horrifiques de ces dernières années.

Image du jour

Récentes critiques

affiche du film
Ça
2017
affiche du film
The Black Room
2016
affiche du film
Spider-Man: Homecoming
2017
affiche du film
Okja
2017
affiche du film
Underworld: Blood Wars
2016
affiche du film
Wonder Woman
2017

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage