Festival NIFFF de Neufchatel (Suisse)

NIFFF 2013 - Compte-rendu du 12 juillet

Après quelques projections moins convaincantes le 11 juillet, c’est du bon pied que nous avons tardivement entamé la journée du 12, sur le coup de 17h30 (la sieste en festival, c’est un véritable luxe !) avec Haunter, le retour aux affaires de Vincenzo Natali. Cinéaste reconnu par sa profession, notamment eu égard au succès de Cube et à des oeuvres étonnantes telles que Nothing ou Cypher, Natali prouve une fois de plus son amour pour le néant et l’originalité. Il crée pour ce faire une ghost story qui multiplie les canons du genre tout en les assemblant de manière inédite. Malheureusement, la sauce ne prend pas réellement, tant au niveau de l’angoisse, quasi inexistante, que du rythme général, vraiment faible. Reste à apprécier à sa juste valeur le casting et notamment l’impeccable prestation Abigail Breslin.

La séance suivante est par contre une véritable torture. Non pas que 7 Cajas soit mauvais, mais la chaleur ajoutée à une vessie trop pleine et l’impossibilité de sortir de la salle sans déranger des dizaines de personnes (un monde incroyable pour un film paraguayen) viennent quelque peu saper la projection. Les quelques belles idées de mise en scène sont pourtant louables dans ce jeu du chat et de la souris étiré sur une heure trente. Parfois drôle, parfois haletante, l’oeuvre connaît néanmoins de nombreuses longueurs tout à fait évitables.

Il n’en va guère de même pour Tulpa, giallo très court mené tambour battant par le passionné Federico Zampaglione. Le réalisateur transalpin, qui désirait rendre hommage à ses modèles en matière de giallo, emballe un ensemble certes imparfait mais dont les effusions sanguinolentes et l’intrigue en elle-même suffisent à en faire une réussite. L’érotisme, pourtant omniprésent, constitue le point noir du film vu la maladresse de sa mise en scène mais le physique très avantageux (votre humble serviteur est encore tombé amoureux - NDLR) de l’héroïne, campée par Claudia Gerini, suffit à rattraper le coup.

Une journée sans mauvais film, ce qui fait plaisir par rapport à la veille (à lire ICI), mais sans véritable canon incontournable... si ce n’est l’actrice transalpine.

Image du jour

Récentes critiques

affiche du film
Jessie
2017
affiche du film
The Babysitter
2017
affiche du film
Ça
2017
affiche du film
The Black Room
2016
affiche du film
Spider-Man: Homecoming
2017
affiche du film
Okja
2017

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage