Festival NIFFF de Neufchatel (Suisse)

NIFFF 2012 - Troisième jour

Sophie et ses cannibales

On est dimanche, le soleil brille et on est déjà à la troisième journée du NIFFF et pas de regret dans ma sélection jusqu’à présent… mais le vent va malheureusement tourner.

A peine arrivée que je file direction le cinéma Rex pour la séance de Eddie : The Sleepwalking Cannibal (il faut avouer que le titre est quand même super prometteur) de Boris Rodriguez. L’arrivée dans une petite ville perdue du Canada d’un peintre connu en manque d’inspiration, Lars, va chambouler la vie d’Eddie, un muet légèrement attardé. Pour pouvoir sauver l’école d’art où travaille maintenant Lars, celui-ci va devoir recueillir Eddie et faire face à ses crises de somnambulisme cannibalesque (je ne vous gâche rien en vous l’avouant, c’est dans le titre). Pas juste une histoire avec du sang et des entrailles gratuits (même si on adore ça), le film aborde aussi le thème de la créativité artistique et du point de non-retour. Nous avons affaire ici à un mélange de Hulk sans la couleur, de Jekyll et Hyde avec de l’humour et de la Belle et la Bête sans le « Happy Ending » et on en redemande. Bien écrit, le film n’est jamais lassant, lent ou monotone et l’humour noir et sarcastique fait grincer les dents juste comme on aime. Bon, la réalisation est un peu flémarde et on aurait apprécié un peu plus de mobilité mais ce point négatif est vite mis à la porte par le côté divertissant du film. Il faut mettre en évidence le très bon casting et surtout Dylan Smith dans le rôle d’Eddie qui rend cette grosse brute très attachante. Ce film ne va pas vous changer la vie mais si vous voulez vous mettre quelque chose de sympa sous la dent, vous en aurez pour votre argent.

Le temps de rejoindre Damien et Quentin, qui sont enfin arrivés, pour échanger bisous et billets que c’est de retour au Rex (dans une chaleur étouffante) pour The Mooring de Glenn Withrow et c’est là que ma soirée tourne méchamment au vinaigre. Nous suivons un groupe de jeunes adolescentes accros à leurs gadgets électroniques qui partent faire un camp de désensibilisation sur un bateau. Une instructrice et neufs filles qui vont devenir le gibier d’un fou sur un bateau. Alors, ce n’est pas parce que tu fais un survival et que tu t’appelles Gleen Withrow que tu dois nous prendre pour des cons ! C’est une idée intéressante sur papier mais qui se barre en couille à peine commencée. On se demande même si quelqu’un relit les scripts avant de les tourner tellement il y a de fautes dans ce film et que du début à la fin tout est complètement prévisible. Toute au long du film, nous avons droit à du champ/ contre-champ sans aucune originalité malgré des paysages à couper le souffle. Des actrices toutes très douées qui sont purement et simplement sous-exploitées. C’est fort dommage car la première scène est forte en émotion et nous met directement dans l’ambiance pour ensuite nous perdre dans la lenteur du film qui s’écoule sans surprise comme le fleuve sur lequel il est tourné.

Heureusement ma soirée est sauvée par Inbred réalisé par Alex Chandon. On connait tous l’histoire de ces gens qui partent faire un road trip et finissent par être du road kill. Et oui, Inbred ne cherche pas la nouveauté au niveau du scénario. Il s’agit de deux assistants sociaux qui emmènent quatre jeunes dans la campagne anglaise pour les sortir de leur milieu citadin malsain, mais qui vont tomber sur une bande de fous consanguins, comme l’indique le titre. Il faut être honnête… ce n’est pas un bon film mais c’est fun et la bande avec qui j’étais a un rire contagieux donc au final il faut se laisser aller et on passe un très bon moment. Les blagues sont immatures et puériles, l’histoire c’est du déjà-vu mais les scènes gore sont bien foutues. Je n’ai rien d’autre à rajouter à ce film, on s’amuse et des fois c’est la seule chose qui compte !

Image du jour

Récentes critiques

affiche du film
The Babysitter
2017
affiche du film
Ça
2017
affiche du film
The Black Room
2016
affiche du film
Spider-Man: Homecoming
2017
affiche du film
Okja
2017
affiche du film
Underworld: Blood Wars
2016

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage