Scream queen

Michele Morrow

10 avril 2009 | Par : Damien Taymans

Un physique rappelant les soeurs Olsen, un sourire enchanteur et des formes généreuses, Michele Morrow a apparemment tout pour plaire. D’autant que la prêtresse mord la vie à pleines dents, compilant les rôles dans des productions horrifiques indépendantes et s’essayant depuis à l’écriture de scénars. Une femme investie dans un genre qui, paradoxalement, l’effraie. De quoi filer d’inavouables envies de la protéger et de blottir son corps menu dans des bras velus. Passée par la série Alias et aujourd’hui à l’affiche de Bled, petite production vampirique indie, Michele exorcise les fantasmes les plus fous et provoque le développement lingual façon Tex Avery pour tous les voyeurs lubriques qui se repaissent à l’hémoglobine de temps à autre. Nouvelle occasion donc pour notre bon Gore Sliclez pour laisser libre cours à ses pulsions de bucheron...

Vous avez été diplômée en Arts Dramatiques à Seattle et avez directement pris la direction de Los Angeles. Ca a toujours été votre but de faire du cinéma ?

Oui. En réalité depuis ma prime enfance. Ma mère était une actrice de théâtre qui est devenue une critique de film, j’ai ainsi réellement grandi dans les théâtres. J’aime raconter des histoires et j’aime la technologie - ainsi le cinéma est un formidable mélange de mes deux intérêts principaux.

Vous avez ensuite suivi des cours d’improvisation. Est-ce une donnée importante une fois que vous êtes sur le plateau ?

L’improvisation est un élément important pour moi dans le métier d’acteur. La formation m’a enseigné à être spontanée et vivante sur un tournage - même lorsque je me fais dégommer par un horrible monstre.

Ensuite, votre premier film Slaughterhouse of the Rising Sun. Vous êtes-vous d’emblée orientée vers le cinéma d’horreur ? Jeune, comment appréhendiez-vous cet univers particulier ?

(Rires). J’ai grandi dans l’effroi à cause des films d’horreur. Je ne peux pas vous dire combien de fois, enfant, j’ai réveillé mon père au milieu de la nuit et l’ai incité à se rendre au sous-sol afin d’y rechercher des méchants qui peuplaient mes cauchemars. Ce n’était pas spécifiquement ce à quoi je me destinais en tant qu’actrice, mais je dirais que les plateaux de films d’horreur sont extrêmement excitants.

Vous avez également tourné pour la série Alias. Quels changements pointez-vous en comparaison avec les petites productions horrifiques ?

Le monde de la télévision TV est très rapide – tributaire d’une diffusion hebdomadaire, il est très ordonné et constitue une machine précisément huilée. C’est un monde totalement différent de celui du cinéma. Les films disposent d’un tournage plus étendu temporellement et durent habituellement quelques mois. La télévision est en mouvance perpétuelle et ses plateaux sont un lieu très familial sur lequel bossent de concert des tas de gens durant une très longue période. Je préfère la patience d’un plateau de film, mais faire de la télé constitue tout de même un changement agréable.

Vous avez l’un des rôles principaux dans Bled, un film de vampires très original. Pouvez-vous nous en dire plus à propos de cette œuvre ?

Je joue le rôle de Kerra, l’innocente de notre groupe d’amis. L’histoire a lieu à Los Angeles du centre minable et tourne autour d’un cercle d’artistes. Quand une drogue hallucinogène est introduite, elle envoie le consommateur dans une dimension alternative où un vampire sanguinaire l’attend. Mon personnage est une romancière introvertie qui est amoureuse d’Eric, un musicien volage qui compile les maîtresses. Kerra raconte la plupart des événements au public, c’est un personnage effrayé et vulnérable qui fouille et défie sa propre morale. C’est un rôle très émouvant et intense.

Vous avez un rythme de tournage impressionnant : Basement Jack, The Silo, Charm Bracelet, Ashley Ashes tout ça en très peu de temps. N’êtes-vous pas fatiguée par tous ces projets ?

Je ne suis jamais fatiguée. Donnez m’en encore ! (rires)

Quels sont vos modèles, vos icones en matière de cinéma ?

Mary Louise Parker, Betty Davis, Jodie Foster, Natalie Portman, Naomi Watts, Rachel McAdams… Honnêtement, la liste est bien trop longue mais je pense que les noms que je vous ai cites constituent mon top…

Vous êtes également passée à la scénarisation puisque vous co-écrivez notamment Aperture, un thriller surnaturel. Espérez-vous boucler ce projet rapidement ?

Aperture est actuellement en réécriture et j’espère sincèrement qu’on pourra le tourner dès l’an prochain. J’aspire à passer à la production et enfin à la réalisation. Mais pour le moment, je me concentre sur mon travail d’actrice et de scénariste…

Pour Ashley Ashes, vous donnez la réplique à Daniel Baldwin, Clint Howard et Willy Garson. Aux côtés de quels acteurs connus souhaitez-vous jouer ?

Mon rêve est de jouer aux côtés de Robert Downey Jr. Je désire devenir une grande actrice afin de pouvoir le côtoyer un jour. Je pense que tourner dans un Wes Craven pourrait être une magnifique expérience, autant que pour une adaptation de Stephen King.

(Interview réalisée par Mae Nak)

GALERIE

Ajouter un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Image du jour

Récentes critiques

affiche du film
Sx Tape
2013
affiche du film
Open Windows
2014
affiche du film
These Final Hours
2013
affiche du film
La Planète des singes : l'affrontement
2014
affiche du film
Mister Babadook
2013
affiche du film
That Demon Within
2014

Concours

Sondage