Critique de film

pub

Memento

"Memento"
affiche du film
  • Année de production : 2000
  • Réalisateurs : Christopher Nolan
  • Scénaristes : Christopher Nolan, Jonathan Nolan
  • Acteurs : Joe Pantoliano, Carrie-Anne Moss, Guy Pearce, Russ Fega
  • Musique : David Julyan
  • Genre : Thriller, Psychologique
  • Pays d'origine : USA
  • Durée : 1h53
  • Budget : 5 millions de dollars
  • [
  • Bande annonce
  • ]
  • Récompenses : AFI Film Award du scénario de l'année en 2002 Nominé aux Oscars du Meilleur montage et Meilleur scénario en 2002 Saturn award du Meilleur thriller en 2002 BSFC Award du Meilleur scénario en 2001 Bram Stoker Award du Meilleur scénario en 2002 Critics Choice Award du Meilleur scénario en 2002 CFCA Award du Meilleur scénario en 2002 Chlotrudis Award du Meilleur réalisateur en 2002 Prix de la critique, prix spécial du jury prix CinéLive au festival de Deauville en 2002 Edgar Award du Meilleur film en 2002 FFCC Award du Meilleur scénario en 2002 Independent Spirit Awards du Meilleur réalisateur, Meilleur scénario et Meilleure actrice de second rôle (Carrie-Anne Moss) en 2002

Leonard Shelby ne porte que des costumes de grands couturiers et ne se déplace qu'au volant de sa Jaguar. En revanche, il habite dans des motels miteux et règle ses notes avec d'épaisses liasses de billets. Leonard n'a qu'une idée en tête : traquer l'homme qui a violé et assassiné sa femme afin de se venger. Sa recherche du meurtrier est rendue plus difficile par le fait qu'il souffre d'une forme rare et incurable d'amnésie. Bien qu'il puisse se souvenir de détails de son passé, il est incapable de savoir ce qu'il a fait dans le quart d'heure précédent, où il se trouve, où il va et pourquoi. Pour ne jamais perdre son objectif de vue, il a structuré sa vie à l'aide de fiches, de notes, de photos, de tatouages sur le corps. C'est ce qui l'aide à garder contact avec sa mission, à retenir les informations et à garder une trace, une notion de l'espace et du temps.

pub

Les critiques à propos de ce film

Critique de Memento - Find him and kill him !
Par : Quentin Meignant
Tags : Psychologique

Christopher Nolan est alors presque inconnu quand il débarque sur nos écrans en 2000 avec Memento. Bien sûr, l’homme avait été l’heureux réalisateur de Following, un thriller envoûtant qui réussit à charmer par sa décontraction visuelle, mais la confirmation devait encore venir confirmer le talent naissant de celui qui, cette année, nous a gratifié du somptueux The Dark Knight. Pour ce faire, il se base sur un scénario co-écrit avec son frère, Jonathan, qui raconte l’histoire de Léonard, un homme frappé d’une forme d’amnésie rare qui doit rechercher le violeur et assassin de sa femme. Le problème, c’est qu’il oublie systématiquement tout ce qui lui est dit et qu’il se voit donc obligé de prendre systématiquement des photos et des notes et, pire, de se faire tatouer certains indices sur le corps.

Jusque là, force est d’admettre que l’on a affaire à un thriller simpliste, entraînant l’interrogation sur la manière dont Nolan va bien pouvoir faire pour transcender un canevas extrêmement classique. Mais, comme on le sait, le bonhomme a plus d’un tour dans son sac et c’est sans problème qu’il nous englobe dans le déroulement de l’aventure. Comment ? En nous présentant un récit à rebours qui nous entraîne dans les tourments vécus par le héros. Le film débute donc par ce que l’on croit être la fin et le fil de l’action va consister en un enchevêtrement d’ellipses à reculons qui a pour but de nous faire découvrir comment le héros en est arrivé à cette situation.

Cette construction pour le moins originale est accompagnée d’une image léchée, savant mélange de noir et blanc et de couleurs, accompagnée d’une musique qui se veut intimiste. Cette plongée dans l’intimité du personnage principal est l’occasion pour Nolan de faire évoluer ses différents protagonistes de manière étonnante. Au fur et à mesure d’une histoire bâtie essentiellement sur les caractéristiques psychologiques de chacun, le réalisateur parvient à inverser les codes qu’il avait mis en place au début du métrage pour surprendre tant et plus avec un machiavélisme étonnant. La maîtrise dans ce domaine est tout simplement exceptionnelle et, hormis une ambiance sonore un peu neutre, on ne peut rien reprocher au film dans sa première partie.

Mais voilà, les bonnes idées ne sont pas éternelles et, très vite, la construction à reculons est à bout de souffle. Le métrage se mord alors inlassablement la queue et on sent que Nolan est lui-même prisonnier de la méthode qu’il a mise au point. De l’innovation à l’agacement, il n’y a qu’un pas que le réal franchit en usant et abusant de répétitions en tous genres et, hormis un final bien agréable, l’enthousiasme suscité par l’originalité du concept fait place à un marasme décevant.

Il n’en reste pas moins que Nolan est tout de même parvenu à construire un polar « cérébral » plutôt captivant. Malgré un manque d’équilibre certain et une fausse prouesse scénaristique, on sort de la vision de Memento avec le sentiment d’avoir assisté à un bon moment de cinéma.

Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Récentes critiques

affiche du film
Ça
2017
affiche du film
The Black Room
2016
affiche du film
Spider-Man: Homecoming
2017
affiche du film
Okja
2017
affiche du film
Underworld: Blood Wars
2016
affiche du film
Wonder Woman
2017
affiche du film
Pirates des Caraïbes : La vengeance de Salazar
2017
affiche du film
The End
2016
affiche du film
Small Town Killers
2017
affiche du film
The Circle
2017

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage