Critique de film

pub

La isla mínima

"La isla mínima"
affiche du film

Deux flics que tout oppose, dans l'Espagne post-franquiste des années 1980, sont envoyés dans une petite ville d'Andalousie pour enquêter sur l'assassinat sauvage de deux adolescentes pendant les fêtes locales. Au coeur des marécages de cette région encore ancrée dans le passé, parfois jusqu'à l'absurde et où règne la loi du silence, ils vont devoir surmonter leurs différences pour démasquer le tueur.

pub


Trailer - Marshland (2014)
Par : Damien Taymans

Les critiques à propos de ce film

Critique de La Isla minima - Une île dépourvue d’horizon
Par : Nicolas Zinque

Espagne, début des années 80. Franco a disparu depuis quelques temps, laissant ainsi la place à une démocratie balbutiante. Cette phase de transition est propice aux tensions entre adeptes de l’ancien régime et partisans du progrès. Cette dualité est incarnée par les inspecteurs Juan Robles et Pedro Suarez, envoyés en Andalousie pour enquêter sur l’assassinat de deux adolescentes.

La isla mÍnima plonge immédiatement le spectateur dans une atmosphère lourde, presque suffocante. La tension n’émane pas seulement de la disparition des deux adolescentes, elle est liée au contexte socio-politique. Les habitants ne sont pas loquaces et les autorités veulent éviter un scandale qui entacherait la moisson. Quelques phrases, quelques silences, quelques regards suffisent à poser cette ambiance et à représenter le vase clos dans lequel vivent les habitants de cette petite ville. Une impression renforcée par les images sublimes d’Albert Rodriguez et de son chef opérateur Álex Catalán. La caméra capte la misère andalouse d’une manière presque documentaire. Le réalisateur s’est imprégné de l’œuvre du photographe Atin Aya, reconstituant presque certaines photos dans ses plans. La combinaison de ces images avec de somptueux plans aériens de paysages dessine les contours d’une prison à ciel ouvert, dont nombre de jeunes souhaiteraient s’échapper. Paradoxalement, la subtilité dont fait preuve Rodriguez pour amener ce contexte socio-politique peut poser un problème pour les spectateurs non-Espagnols : si l’on connaît généralement bien la dictature, cette période de transition est plus obscure pour nous. Malgré la qualité de l’oeuvre, on ne parvient pas toujours à ressentir le sous-texte, bien qu’on le comprenne. C’est probablement en le revisionnant, une fois imprégné de cette ambiance, qu’on peut savourer le talent de Rodriguez à sa juste valeur.

Par contre, aucune nécessité de revoir le film pour apprécier la caractérisation des protagonistes, ces deux flics, envoyés en « punition » loin de la capitale. Très vite, le passé des deux partenaires de fortune remonte en surface, toujours par esquisses. On cerne peu à peu leur personnalité et leurs méthodes, pour le moins divergentes. Alberto Rodriguez ne tombe pas dans le stéréotype du duo de choc qui se déteste avant de s’apprécier en traversant des épreuves. Ici, la relation reste ambiguë, un peu poisseuse, comme si elle était imprégnée de l’environnement contre lequel les deux hommes essaient pourtant de lutter. La violence, crûe mais jamais excessive, en fait partie. Cette subtile collaboration entre Juan et Pedro, parachevée par l’interprétation nuancée de Javier Gutierrez et Raoul Arévalo, est le moteur du récit. Plus, peut-être, que l’enquête elle-même. Celle-ci ne donne pas toujours le sentiment d’exploiter tout le potentiel des deux hommes. Les personnages subissent plus qu’ils n’agissent dans leurs investigations. En tant que thriller, La isla mÍnima manque donc un peu de percutant.

La isla mÍnima s’affirme comme un pur « film d’ambiance ». Peu importe que l’enquête manque de panache, le récit aspire le spectateur dans un contexte méconnu mais hautement intéressant. L’accueil triomphal en Espagne (le métrage a raflé 10 Goyas, soit l’équivalent local des Césars et des Oscars) et dans plusieurs festivals prouvent qu’Albert Rodriguez a su trouver les images justes pour dépeindre ce début d’ère post-franquiste.


Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Galerie photos

photo 49969 photo 49968 photo 49967
Voir la galerie complète

Récentes critiques

affiche du film
The Babysitter
2017
affiche du film
Ça
2017
affiche du film
The Black Room
2016
affiche du film
Spider-Man: Homecoming
2017
affiche du film
Okja
2017
affiche du film
Underworld: Blood Wars
2016
affiche du film
Wonder Woman
2017
affiche du film
Pirates des Caraïbes : La vengeance de Salazar
2017
affiche du film
The End
2016
affiche du film
Small Town Killers
2017

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage