Critique de film

pub

Macabre

"Macabre"
affiche du film

Six jeunes gens partent en virée dans la campagne indonésienne. En chemin, ils croisent Maya, une fille étrange, et arrêtent leurs pérégrinations pour la raccompagner chez elle, dans une maison perdue dans la forêt...

pub

Les critiques à propos de ce film

Critique de Macabre - Macabre a la tronçonneuse
Par : Damien Taymans

Une bande djeunz croise, sur la route de Jakarta, une jeune femme perdue, affolée, catastrophée qui erre sous une averse. Pour secourir la pauvrette et permettre au pataud Eko de conclure avec la donzelle, les itinérants l’embarquent à bord et la ramènent bien gentiment dans son logis. Sur place, ils sont accueillis par toute la sainte famille : les deux frangins rabougris et la mama névrotique qui les convient à partager le repas du soir. Le couteau sur la gorge (symboliquement), l’équipée accepte à contre-coeur de se joindre à eux avant de se retrouver... le couteau sur la gorge (littéralement, cette fois), transformés en méchoui pour cette bande de cinglés...

Macabre a la tronçonneuse. Et le reste des outils aussi d’ailleurs. Incontestablement, cet allongement de leur court-métrage Dara, constitue, pour les Mo Brothers (de leurs vrais noms, Kimo Stamboel et Timo Tjahjanto), un énorme cri d’amour au classique de Tobe Hooper et à tous ses suiveurs survivalesques. Film-hommage à une kyrielle d’oeuvres cultes, anciennes ou récentes (Massacre et Blood feast côté oldies, Nouvelle cuisine et The untold story, dans la catégorie asiat), Macabre s’affranchit de toute inventivité scénaristique pour enquiller les séquences gore, durant lesquelles le gros rouge coule à flots. Décapitations, éviscérations, tronçonnages en bonne et due forme, le tandem de cinéastes ne lésinent sur aucun supplice et offrent aux amateurs de tripailles et autres apprenti-bouchers un étal des plus garnis et coloré.

Rien de bien nouveau en réalité : une entrée en matière lancinante et convenue, des persos transparents et interchangeables (hormis la délicieusement macabre Dara, interprétée par Shareefa Daanish, qui campait également la matrone démoniaque dans le court originel), une atmosphère constamment plombée par les gouailleries lourdaudes disséminées çà et là par le duo de scénaristes (qui avaient pas les Mo apparemment). Mais les nombreuses exécutions sont tellement généreuses en hémoglobine et le registre parodique tellement exacerbé qu’on se prend à s’amuser devant cette pelloche indonésienne qui n’a pas d’autre prétention que celle de nous divertir...

Une modeste production qui compense la naïveté assumée de son script en déversant, sans ingéniosité aucune mais avec les tripes, des litrons de sang sur les morituri en puissance. Burlesque et méga rythmé, Macabre comporte tous les ingrédients du film de minuit à consommer en groupe.


Critique de Macabre - Indonesia Chainsaw Massacre
Par : Quentin Meignant

Présenté en tant que troisième film de la Fantastic Night lors du 28ème BIFFF, Macabre, alias Darah, co-production singapouro-indonésienne, était l’un des véritables OVNI de l’événement bruxellois. Inconnus dans nos contrées, les cinéastes qui ont tourné ce film, Kimo Stamboel et Timo Tjahjanto, surnommés les Mo Brothers, ont pourtant charmé nombre d’experts, dont Brian Yuzna qui a découvert leur premier court-métrage, Dara, en 2007. Le succès de ce dernier fut tel qu’il fut repris dans un film à segments, Takut : Faces of Fear, l’année suivante et qu’il fut la base de Macabre grâce à la bonne volonté de producteurs désirant découvrir l’œuvre en format long. A l’image de nombre de bandes américaines, Macabre met en scène six jeunes gens qui désirant se rendre se rendre en ville et qui, pour ce faire, voyagent dans la campagne indonésienne. En chemin, ils croisent Maya, une fille étrange qui ne manque pas de taper dans l’œil d’Eko, le conducteur du véhicule. Ce dernier convainc les autres de ramener la jeune fille chez elle, dans une maison isolée en lisière de forêt. Le bon accueil des habitants n’est pas pour autant synonyme de sécurité et la bande d’amis ne tardera pas à le découvrir…

Sur base de ce pitch clichéesque à souhait, qui rappelle bon nombre de survivals ricains peu inspirés, les Mo Brothers proposent dès les premiers instants un film gonflé en adrénaline. Ainsi, la séquence initiale, qui n’a pourtant rien à voir avec l’intrigue principale, démontre aussi bien la valeur des cinéastes que la teneur d’un propos qui ne manquera pas d’étonner, le tout sur un rythme assez important. Après quelques minutes passées à présenter raidement les différents personnages, Macabre entre de plein pied dans l’aventure proprement dite en instaurant un climax particulièrement efficace.

Protagonistes troublants et score discret mais tendu ne manquent en effet pas de faire monter la tension de manière indicible. A ce titre, l’interprétation de Shareefa Daanish, dans le rôle de la mère de famille, s’avère être très précieuse et confère à l’œuvre des airs de Massacre à la Tronçonneuse du bout du monde. Ces aspects volontairement angoissants ne tardent pas à se transformer en effusions gores dotées d’effets spéciaux de maquillage assez impressionnants. Ceux-ci, ajoutés à une tension toujours palpable et aux finesses d’un scénario jouant sur les peurs primales, instillent un caractère jubilatoire non-négligeable qui connaître son apogée dans la seconde partie du film qui verra l’arrivée de nouvelles victimes. Se rapprochant fortement du mémorable (du moins concernant son thème) Nouvelle Cuisine de Fruit Chan par son sujet, Macabre s’offre jusqu’à son final comme une bande totalement barrée et haletante de bout en bout.

Après Kala : Dead Time et Forbidden Door, l’Indonésie prouve une fois de plus qu’elle recèle nombre de talents dans le domaine de l’horreur. Macabre étant une pleine réussite, les Mo Brothers ne tarderont sans doute pas à nous resservir un métrage d’une telle intensité, ce qui, soyons clair, ne peut être que bénéfique au cinéma de genre.

Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Récentes critiques

affiche du film
Ça
2017
affiche du film
The Black Room
2016
affiche du film
Spider-Man: Homecoming
2017
affiche du film
Okja
2017
affiche du film
Underworld: Blood Wars
2016
affiche du film
Wonder Woman
2017
affiche du film
Pirates des Caraïbes : La vengeance de Salazar
2017
affiche du film
The End
2016
affiche du film
Small Town Killers
2017
affiche du film
The Circle
2017

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage