Critique de film

pub

Love Eternal

"Love Eternal"
affiche du film

Ian se retrouve seul à l’âge de 26 ans, incapable de comprendre les émotions humaines. Il se rend dans une forêt enneigée pour mettre fin à ses jours et y découvre le corps sans vie d’une jeune femme. Touché par sa lettre d’adieu, il la ramène chez lui et s’endort paisiblement à ses côtés. Pour la première fois, il comprend qu’il lui est possible d’aimer. Il se voit finalement contraint d’enterrer le corps sous un cerisier mais continue à rechercher la compagnie de défuntes. C’est alors qu’il rencontre Naomi, mère suicidaire qui a perdu un enfant.

pub


Les critiques à propos de ce film

Critique de Love Eternal - Loving the Dead
Par : Samuel Tubez

Adapté de la nouvelle Loving the Dead signée par le japonais Kei Ôishi (également auteur du récit fantomatique Apartment 1303), Love Eternal continue sa tournée des festivals (Fantastic Fest, FEFFS, Sitges, PIFFF) avec son histoire morbide et mélancolique d’amours nécrophiles. Un peu de tendresse dans ce monde de brutes ne vous fera pas de mal…

Fasciné depuis toujours par la mort, Ian vit seul, quasi en ermite, lorsqu’il est sur le point de se donner la mort. Mais la découverte du cadavre d’une jeune femme dans la forêt où il comptait mettre fin à ses jours changera la donne. Il comprend alors qu’il peut lui aussi aimer…mais seulement dans la mort. Il attirera alors vers lui les femmes brisées, qu’il va accompagner jusqu’au bout de leur vie, et vivra avec elles une relation nécrophile…jusqu’aux premiers signes de putréfactions.

D’un sujet de prime abord glauque, le réalisateur Brendan Muldowney (Savage) tire un film poétique et incroyablement mélancolique où il brosse avec justesse des portraits tour à tour beaux et touchants. Il y a évidemment Ian (troublant Robert de Hoog), solitaire désespéré qui va se trouver dans le malheur des autres, mais aussi et surtout toute une palette de personnages féminins marquants, blessés par la vie, par un mari adultère ou tout autre évènement dramatique ayant brisé leur couple et leurs illusions. Autant de personnages torturés qui s’avèrent à chaque fois consistants et qui toucheront, chacun à leur façon, l’un ou l’autre spectateur. L’un des points forts de Love Eternal est donc son écriture faisant la part belle aux personnages, d’où l’on sortira du lot Naomi, une mère esseulée ayant perdu son enfant. Un rôle magnifiquement tenu par Pollyanna McIntosh, à cent mille lieues de la sauvageonne Woman de McKee, dans la peau de ce personnage qui séduira Ian, le troublant, le faisant douter sur ses penchants. Le film met en parallèle la beauté de la mort, dernière échappatoire, ainsi que les drames de la vie, trop cruels à endurer, dans un balai extrêmement mélancolique mais jamais trop déprimant, le réalisateur ayant eu l’intelligence d’insérer ici et là quelques touches d’humour…forcément très noir. La très belle photo signée Tom Comerford évite elle aussi une trop grande noirceur, nous plongeant dans un univers impressionniste très charmeur. Le travail soigné appliqué au son ainsi que la dimension cosmique emmènent même le tout vers un infini tourbillonnant qui nous ferait presque croire en un ailleurs libérateur des vies tristes et monotones que nous pouvons vivre parfois.

A l’opposé du spectaculaire et du trash gratuit (rappelez-vous les Nekromantik de Jörg Buttgereit), Love Eternal est une œuvre berçante transformant l’aspect macabre de la nécrophilie en poésie pure et tenant sa force dans des personnages mélancoliques magnifiquement brossés.


Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Galerie photos

photo 41847 photo 41846 photo 41848
Voir la galerie complète

Récentes critiques

affiche du film
The Black Room
2016
affiche du film
Spider-Man: Homecoming
2017
affiche du film
Okja
2017
affiche du film
Underworld: Blood Wars
2016
affiche du film
Wonder Woman
2017
affiche du film
Pirates des Caraïbes : La vengeance de Salazar
2017
affiche du film
The End
2016
affiche du film
Small Town Killers
2017
affiche du film
The Circle
2017
affiche du film
K-Shop
2016

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage