Le Gros débarque sur les étagères en octobre !

16 octobre 2013 | Par : Darkness Fanzine | Des livres

« François, adolescent complexé par ses cent-trois kilos, boulimique, partage un morne quotidien entre une mère alcoolique, les moqueries blessantes d’une sœur incroyablement belle et les coups d’un beau-père violent. Rien ne pourrait être pire dans le pire des mondes, et pourtant, pour François, l’horreur ne fait que commencer… »

Au début du mois d’octobre, Didier Lefevre m’a fait passer la préface de son premier roman, Le Gros. Une superbe préface rédigée par Pascal Françaix que l’on connaît déjà pour ses participations régulières au célèbre fanzine Medusa dirigé par le même Didier Lefevre. Mais Pascal Françaix est d’abord une plume, un romancier comptant près d’une dizaine d’ouvrages à son actif. Les mots qu’il pose sur cet avant-propos font mouche, à chaque phrase, après chaque virgule, qualifiant avec justesse ce premier roman très réussi : « Comédie noire, farce bouffonne, polar provincial ancré dans un Nord déprimant, soap opera prolétarien mâtiné d’épouvante, Le Gros adopte des accents multiples pour dire la cauchemardesque banalité du quotidien, sa pesanteur épaisse et suintante. Les images se bousculent et percutent. La main coupée de la sorcière, cachée dans le tiroir d’un établi (ce pourrait être celle d’une Barbara Steele décatie, rongée par l’éthylisme) ; les mouches gobées par François en guise de régime amaigrissant (comment ne pas penser au Renfield de Dracula ?) ; la promenade en forêt qui tourne au massacre (Les Créatures célestes, de Peter Jackson ne sont pas loin) […] Le Gros demande à ses lecteurs des estomacs solides. Vous y trouverez à boire et à manger — et aussi un peu à vomir. Mais quand vous y aurez planté les crocs, il y a fort à parier que vous n’en ferez qu’une bouchée. » Ces mots choisis ont réveillé en moi le souvenir précis du magnifique texte que j’ai eu la chance de découvrir voilà déjà quelques années. Tout m’est revenu. L’odeur du gras qui brûle, le goût des mouches à viande... Tous les personnages et leur médiocrité emplissent encore mes pensées et l’atmosphère d’une lecture captivante. C’est dire toute la puissance et la force de ce roman que je me réjouis de lire à nouveau et, vous l’avez compris, que je vous conseille vivement.

LE GROS
Didier Lefevre
10 euros aux éditions Euryale
Disponible à compter du 31 octobre 2013
ou à réserver maintenant chez Sin’Art en cliquant : ICI.

Ajouter un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Image du jour

Récentes critiques

affiche du film
Ça
2017
affiche du film
The Black Room
2016
affiche du film
Spider-Man: Homecoming
2017
affiche du film
Okja
2017
affiche du film
Underworld: Blood Wars
2016
affiche du film
Wonder Woman
2017

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage