Le loup derrière la bergerie

LE LOUP DERRIERE LA BERGERIE - Avengers XXX - A Porn Parody

1er août 2013 | Par : Alan Deprez (Vivadavidlynch)

Herotic !

J’espère que Le Loup derrière la Bergerie vous a manqué… Il s’était fait désirer, mais le revoici l’œil alerte et le poil brillant, en cette période de vacances estivales partagée entre averses et canicule.

Notre fougueux animal s’attaque ici à un des derniers avatars de la vague de parodies pornos superhéroïques : The Avengers XXX - A Porn Parody , réalisé par l’omniprésent Axel Braun (fils du légendaire Lasse Braun, pour les connaisseurs), qui - depuis quelques années - est devenu un des hommes les plus puissants de la Porn Valley californienne. Un des derniers à pouvoir rassembler des budgets conséquents, pour draguer ouvertement les geeks avec des démarquages hard de grand succès hollywoodiens (souvent conçus sous l’égide du studio Vivid Entertainment).

Une tendance aux « blockbusters pornos » qui s’est avérée grandement facilitée par la législation américaine et ce soudain relâchement autour des licences de personnages issus des comic books. Plus besoin dès lors de s’échiner à leur trouver des pseudos croquignolets rappelant les noms chers aux fanboys ou d’injecter dans son scénario de subtiles (?) variations pour éviter le plagiat, place aux ébats bandulatoires de protagonistes se pavanant avec leur véritable costume (ou presque) !

Lex Steele est Nick Fury dans Avengers XXX - A Porn Parody

A cet égard, Axel Braun - heureux pourvoyeur du hit Star Wars XXX - A Porn Parody - n’a pas chômé. Depuis cet Avengers XXX - pourtant daté de 2013 -, le golden boy a enchaîné sur X-Men XXX : An Axel Braun Parody, Thor XXX, This Ain’t Terminator XXX, Man of Steel XXX, Iron Man XXX, ou encore les séquelles plus ou moins officielles de l’œuvre qui nous intéresse : Avengers XXX 2 : Along Came a Spider et Avengers vs. X-Men XXX : An Axel Braun Parody, surfant en quelque sorte sur les comics mettant en scène les deux groupes de héros. De quoi donner le tournis… Et dire que ce gars a démarré sa carrière dans le gonzo le plus standard et anonyme (via divers opus des séries Fucking Assholes, Squirting, Naughty College School Girls, Dippin’ Chocolate ou Big Cock Seductions - oui, je sais, ça laisse rêveur)…

Normalement, l’ami Axel sera en interview dans le prochain numéro de CinémagFantastique ; je l’ai contacté et ai reçu son approbation. Enfin, s’il n’est pas trop occupé à barboter sous les palmiers des piscines de LA ou à frayer avec le gratin des sauteries de San Fernando…

Pas de sexe sans latex

Axel Braun nous y a habitué : le cast de ses films est toujours à la hauteur et doté des noms les plus hot du business US (du moins, au moment de chaque tournage). The Avengers XXX - A Porn Parody ne changera pas la donne.

Aperçu dans un épisode de Nip Tuck (Kid’s Bedroom Swinger), Lexington Steele (This Ain’t Avatar XXX, Star Wars XXX : A Porn Parody, Jada Stevens is Buttwoman) et son braque surdimensionné incarnent l’éminence grise des Vengeurs, le très stoïque Nick Fury. Selon Mr. Braun, le hardeur serait meilleur dans le rôle que le grand Samuel L. Jackson, pilier de l’adaptation drivée par Joss Whedon. A vous d’en juger…

Brooklyn Lee est une Black Widow bandante à souhait ! Les héros composant le reste de la team sont dévolus à des acteurs coutumiers du fait, pour s’être glissés dans leurs tenues saillantes dans d’autres productions du même acabit. Le truculent Dale DaBone (This Ain’t Jaws XXX, Iron Man XXX : An Axel Braun Parody), absent des scènes hard, récupère le double rôle de Tony Stark/Iron Man. Brendon Miller (This Ain’t The Expendables XXX, Thor XXX : An Axel Braun Parody) est un Thor indescriptible, le bellâtre Xander Corvus (Twilight The Porno and Other XXX Parodies, Spider-Man XXX : A Porn Parody) retrouve la panoplie de Spidey, Eric Masterson (Grindhouse XXX : A Double Feature, Spartacus MMXII : The Beginning) campe un Hawkeye (alias Œil-de-Faucon) un peu benêt et Hulk est porté par les larges épaules de Jordan Lane (A-Team XXX, Saw : A Hardcore Parody). A votre plus grand malheur, sachez qu’il ne baise pas et que le bon Dr. Banner est joué par Corey Matthews, dont c’est la seule apparition créditée.

Côté charme(s) - et c’est là ce qui vous intéresse -, nous sommes loin d’êtres floués. La rousse Brooklyn Lee (Mission Asspossible, Voracious - excellent hard vampirique de John Stagliano) s’empare du rôle de Black Widow (la Veuve noire) avec presque autant de sexyness que la délicieuse Scarlett Johansson. Mais la surprise sera surtout grande pour les fans dans la mesure où les autres performeuses prêtent leur courbes rebondies à des personnages absents du blockbuster hollywoodien.

Spider Man ne s'emmerde pas !

Et pour cause, Jenna Presley (Supergirl XXX : An Extreme Comixxx Parody) est Spider-Woman et l’ex-catcheuse Chyna - star de Chyna is Queen of the Ring - devient le pendant féminin du géant vert, She-Hulk, qui eut droit à son propre film chapeauté par Axel Braun : She-Hulk XXX : An Axel Braun Parody. Scarlet Witch (la Sorcière rouge, apparue en 1964 dans les pages de X-Men #4) prend l’apparence de la craquante Danni Cole (Teen Alien Sex Dreams, About Jessica) et Sharon Carter - membre du SHIELD dont Captain America était tombé amoureux - se pare du boule indécent de la MILF Phoenix Marie (Malice in Lalaland, Batgirl XXX : An Extreme Comixxx Parody).

Sans oublier Miss Marvel, personnage aux nombreuses incarnations (lancé en 1977 par Marvel Comics), qui prend les traits de la bien nommée Lexi Swallow (Clerks XXX : A Porn Parody, Oooops… I Did My Daddy’s Best Friend).

C’en est fini du tour de bandaison. Passons aux choses sérieuse.

Les Vengeurs s’encanaillent

The Avengers XXX - A Porn Parody s’ouvre sur des plans du désert. Vaste étendue d’où émerge un Dr. Banner gîsant à moitié inconscient. Des extraits de JT alarmistes s’ensuivent, exposant les importants dégâts causés en ville par deux monstres verts, que l’on devine être She-Hulk et Hulk (nulle réponse ne nous le certifiera).

Les flashes infos laissent place à une réunion des Avengers orchestrée par le SHIELD, où les débats s’avèrent houleux. Hawkeye se plaint du manque de cachet des lieux et se fait personnellement vanner par Nick Fury. Puis, Iron Man débarque et prend tout ce petit monde de haut, avec le ton sarcastique qu’on lui connaît.

Iron Man version Axel Braun D’emblée, il est difficile de ne pas être bluffé par la qualité des costumes et de la majorité des CGI. Sans être du niveau des effets sortis de l’usine à rêves ILM, force est de constater qu’ils tiennent plutôt bien la route et supplantent aisément - par exemple - les créations numériques hasardeuses du gros des productions Asylum. Dans un même ordre d’idées, l’armure d’Iron Man a de la gueule et est presque aussi rutilante que celle portée par Robert Downey Jr. dans les Marvel movies.

Impossible de ne pas remarquer qu’Axel Braun dispose de moyens sans commune mesure avec les budgets rachitiques du tout-venant branlatoire contemporain. En dehors de ces produits jetables, peu parviennent à rivaliser sur le terrain de la fiction hard (porno scénarisé). Et s’agissant de parodies pour adultes, Braun règne sans partage…

Le première scène de baise ne tarde pas à pointer le bout de son téton (sic), après moins de 5 minutes. Consécutive à l’entrée en scène de Black Widow (Brooklyn Lee), elle marque ses retrouvailles moites avec Hawkeye (Eric Masterson) dans un décor de dortoir aux éclairages rouges et bleus. Comme prévu, Brooklyn Lee y étale tout son métier avec force succion et coups de rein ravageurs. Relativement fidèle au personnage, sa tenue en latex noir - échancrée et aux zips judicieusement placés - devrait agir sur le moindre geek comme le plus puissant des viagras.

Cela même si la demoiselle semble parfois ailleurs et l’acte un peu machinal. Disons que c’est le revers de la médaille du « professionnalisme ». Ce manque de spontanéité serait-il le fléau rampant du porno de ces 20 dernières années ?

Ça se la donne chez les Avengers !

La deuxième scène hard débarque rapidement, juste après que Iron Man se soit fait botter le cul par Hulk. A ce stade, on se rend compte qu’elles se succéderont avec une précision métronomique. A l’ancienne. Et alors que de récentes fictions X - telles Wasteland et Torn - prennent le temps de disséminer celles-ci de manière parcimonieuse au fil de leur récit. Chacun ses priorités.

Ces seconds ébats impliquent l’imposant Nick Fury (Lex Steele) et la dévouée Sharon Carter, soit cette gourmande de Phoenix Marie. Elle ne se fait pas prier pour tâter la grosse matraque de son chef (promotion en vue ?) et ne comptera pas ses efforts, lui indiquant au passage la voie vers son « entrée des artistes ». Par contre, dommage qu’elle ne la ferme pas un peu et se sente obligée de tout commenter. Encore une tare du porno moderne… Foutue époque !

Pour atterrir en douceur, Axel Braun nous sert ensuite les étreintes saphiques poussées entre Scarlet Witch (gironde Danni Cole) et Ms. Marvel (Lexi Swallow) dans une simili-salle d’entraînement. Le reste n’est qu’assez convenu, mais shooté avec efficacité par Eli Cross (le réalisateur de Corruption est un des caméramen attitrés de Braun). Si ce n’est que les costumes colorés des superhéros confèrent aux actes sexuels une originalité propre à exciter les fanboys.

Thor goûte au nectar de She-Hulk Mention spéciale à cette baise entre She-Hulk (Chyna) et Thor (Brendon Miller), rendue atypique - voire incongrue - par la couleur verte couvrant l’entièreté du corps de l’actrice et s’estompant par endroits. Chyna a de la ressource, elle qui a superbement sauté le pas du catch au(x) jeu(x) de boules…

En définitive, cet Avengers XXX est plaisant, mais on aurait tout de même désiré de véritables enjeux narratifs - ici très ténus -, ainsi que plus d’inventivité et de perversité dans les scènes de sexe. A croire qu’ils ont réservé leurs cartouches pour la séquelle du film, qui fait intervenir Captain America. En effet, Avengers XXX - A Porn Parody se conclut par la découverte de son corps prisonnier des glaces arctiques.

NB : Curiosité notable, l’édition collector 2 DVD sortie par Vivid propose une version du film expurgée de ses scènes hard. Je n’ai pas été assez fou pour tenter l’expérience… En bonus : la traditionnelle featurette « Behind the scenes » et une scène coupée entre Jenna Presley et ce grand comique d’Evan Stone.

Ajouter un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Image du jour

Récentes critiques

affiche du film
Ça
2017
affiche du film
The Black Room
2016
affiche du film
Spider-Man: Homecoming
2017
affiche du film
Okja
2017
affiche du film
Underworld: Blood Wars
2016
affiche du film
Wonder Woman
2017

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage