Critique de film

pub

Kill theory

"Kill theory"
affiche du film

Des étudiants fêtant leur diplôme dans une maison de campagne se retrouvent aux prises avec un serial killer qui les force à jouer à un jeu bien morbide.

pub

Les critiques à propos de ce film

Critique de Kill theory - Death by dawn !
Par : Fred Pizzoferrato

Premier long-métrage de Chris Moore (producteur du très efficace Joy ride mais également de American Pie), ce thriller rythmé s’inscrit dans la tradition des slashers mâtinés de torture porn ayant succédé à Saw mais possède suffisamment d’attrait pour maintenir l’attention.
L’intrigue concerne un alpiniste ayant été obligé, au cours d’une mortelle randonnée, de faire le choix cornélien de sacrifier ses trois amis pour sauver sa vie, coupant la corde salvatrice et les précipitant vers la mort, au fond d’un ravin. Hospitalisé chez les dingues, notre homme a été soigné par un psychologue qui lui affirma régulièrement à quel point son attitude avait été mal. Vraiment mal. Pas bien quoi. Libéré après trois années de cabanon, le bonhomme décide de prouver au monde que dans une telle situation extrême chacun aurait agit de manière identique. Une bande de copains partis faire la fête dans une maison isolée lui laisse l’opportunité de tester son hypothèse à partir d’un plan expérimental des plus simplistes : à la fin de la nuit un seul d’entre eux doit rester vivant, l’unique chance de survie pour chacun étant de massacrer tous ses amis. Si plus d’une personne est en vie à 6h, tout le monde meurt !

Kill theory se la joue finaud mais le moins attentif des spectateurs aura reconnu les emprunts évidents du cinéaste qui mixe vaille que vaille Saw, Scream et Battle royale. Le grand avantage du métrage étant de ne durer qu’environ 75 minutes, ce qui laisse peu de temps pour les digressions et évite de se perdre dans une caractérisation inutile. Les personnages sont rapidement brossés et n’évitent pas les stéréotypes coutumiers mais ces quelques traits de caractère sont suffisants pour permettre un minimum d’empathie. Dommage que l’interprétation ne soit pas toujours à la hauteur du propos, certains acteurs se montrant quand même un peu limite lorsqu’ils discutent sur des débats de fond un peu hors de propos. Toutefois, globalement, le casting se révèle de bonne qualité et apparaît certainement plus investi que la majorité des débutants oeuvrant habituellement dans ce genre de productions à petit budget. Nous retrouvons donc les trois couples (le riche et la salope, les deux mal assortis et les amoureux apparemment parfaits) cachant l’un ou l’autre secret et autres coucheries non révélées susceptibles d’envenimer une situation déjà explosive. A leur côté, l’inévitable gros geek sympa mais rancunier et le rebelle dont l’unique intérêt dans la vie réside dans sa moto sont également de la partie. Rien d’innovant et les péripéties et révélations balancées par le scénariste ne s’éloignent pas, elles non plus, des clichés les plus attendus. Les dialogues cherchent par contre à dépasser les banalités d’usage en versant dans une pseudo philosophie pas toujours très convaincante ni bien amenée mais qui change des traditionnels « je vais chercher une bière et je reviens baiser » propres à des kilos de slashers sortis au cours des trente dernières années. Une tentative louable même si partiellement inaboutie.

Très prévisible dans son déroulement, Kill theory n’en reste pas moins franchement divertissant, ne serait ce que par son rythme élevé et ses meurtres bien sanglants survenant à intervalles réguliers. Sans verser dans le malsain ou le vraiment dérangeant, Chris Moore délivre une dose de gore spectaculaire assez réjouissante qui saura satisfaire les fans de ce style de cinéma. Le dernier tiers du film possède en outre une véritable sauvagerie et verse dans un crescendo de brutalité inspiré des « survivals » alors que les anciens amis, pressés par le temps, se laissent aller à leurs plus bas instincts pour survivre jusqu’à l’aube. Le petit clin d’œil final, à l’humour noir assez savoureux, fonctionne efficacement et laisse la porte ouverte à une possible séquelle.

Sans renouveler le moins du monde une recette très classique, Kill theory délivre un spectacle agréable et sa durée restreinte (une heure quinze), associé à une unité de temps (une nuit), de lieu (une maison isolée) et d’action (8 personnages à tuer) bien utilisée en font un divertissement recommandable qui s’élève un peu au dessus de la moyenne des (trop) nombreux films récents utilisant un modèle similaire. Recommandable pour les fans.


Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Récentes critiques

affiche du film
The Babysitter
2017
affiche du film
Ça
2017
affiche du film
The Black Room
2016
affiche du film
Spider-Man: Homecoming
2017
affiche du film
Okja
2017
affiche du film
Underworld: Blood Wars
2016
affiche du film
Wonder Woman
2017
affiche du film
Pirates des Caraïbes : La vengeance de Salazar
2017
affiche du film
The End
2016
affiche du film
Small Town Killers
2017

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage