Critique de film

pub

Ju-On: The Grudge

"Ju-On: The Grudge"
affiche du film

Rika, une assistante sociale, se rend dans une maison, sur laquelle pèse une malédiction, pour s'occuper de Sashie, une vieille dame alitée. Elle y découvre un petit garçon enfermé dans un placard, avant d'être agressée par un esprit malfaisant. Quelques jours auparavant, Hitomi, le fils de Sashie, s'était également fait attaquer par le spectre après avoir été témoin de l'apparition du même petit garçon. Lorsque la soeur d'Hitomi débarque à son tour, elle découvre une Rika en état de choc. Intervient alors Toyama, un policer chargé d'enquêter quelques années plus tôt sur la tragédie qui a secoué cette demeure maudite : un homme y avait tué sa femme, et leur jeune fils n'a jamais été retrouvé...

pub

Les critiques à propos de ce film

Ju-On the grudge - Un original inférieur à son remake…
Par : Damien Taymans

Les fantômes constituent une véritable légende dans la tradition nippone qui se régale de ces histoires mythiques mettant en scène des monstres et des esprits en tout genre. Le cinéma japonais regorge à foison de films sur le sujet depuis les années 60. Plus récemment, c’est le brillant Ring qui a entériné le retour de ces apparitions sur le marché cinématographique asiatique. Le métrage va amener avec lui une foison de films traitant du sujet dont le plus connu est sans conteste The grudge… Avant de réaliser son remake aux States, Shimizu avait créé lui-même l’original dans le pays des sushis.

Ju-On : the grudge est en réalité la version cinéma du Ju-On sorti précédemment pour le marché de la vidéo. Dans la grande tradition asiatique, le film est un métrage froid qui ne laisse aucune place à l’humour. Le genre comme l’histoire sont traités avec sérieux (un peu trop sans doute) et aucun répit n’est laissé au spectateur.

La trame suivie par Shimizu est assez particulière. Contrairement aux films dits classiques se basant sur une histoire traitée de manière chronologique, Ju-On
fait dans l’originalité en proposant au public un éclatement total de son histoire en une série de strates différentes. C’est exactement le même choix qui a été fait pour le remake américain du métrage. Sauf que, avec le temps, Shimizu a pris de l’assurance et a réussi à combler les lacunes de son métrage original. En superposant ses strates de manière assez maladroite et sans jamais utiliser le moindre lien entre celles-ci, Shimizu a pris un risque énorme : il perd nombre de spectateurs et le laisse dans l’embourbement dans lequel il est entré en voyant tant de scènes se succéder sans faire de rapports entre l’une et l’autre. Le réalisateur utilise une mise en scène particulière en utilisant un rythme très peu soutenu ponctué par une montée d’adrénaline subite qui effraie le spectateur. Malheureusement, si l’originalité est bien présente, le métrage ne gagne pas en rythmique ce qu’il perd en circonvolutions.

Néanmoins, Ju-On comporte un grand point positif (et pas des moindres). Ne perdons pas de vue qu’il s’agit ici d’un film d’horreur qui n’a pour unique but que de terroriser ses amateurs. A ce jeu-là, Shimizu part gagnant tant il arrive à susciter l’effroi. Dépourvu de moyens sérieux, le réalisateur décide de mettre en avant des éléments effrayants plutôt que d’exagérer en effets spéciaux parfois fort inutiles. Ainsi, le thème du regard est utilisé à outrance, transformant cet « objet » simple en sujet de hantise parfait notamment dans cette fameuse scène où Kayako glisse dans notre regard par le biais d’une caméra de surveillance. Tout est une affaire de vision : peur de voir ou d’être vu (comme cette fille qui se cache pour échapper aux regards des disparues) qui, bien plus que de découler d’une simple phobie humaine, devient une véritable source d’ennui puisque les victimes meurent après le seul contact visuel avec les Saeki… Pour éviter la mort, aucune alternative n’existe : le regard peut survenir à tout moment, en tout endroit. Shimizu bouleverse même nos réflexes de terreurs nocturnes puisqu’une fille se tapit dans sa couette pour échapper au monstre et n’en est que plus rapidement enlevée.

M’est également besoin de souligner la marque de fabrique du réalisateur : une peur viscérale introduite quasi uniquement par des apparitions simples mais brutales. Pas d’éclatement des tympans dus à une augmentation sonore soudaine, pas de montée musicale si primaire dans le cinéma horrifique. Mis à part quelques saccades gutturales effrayantes, le métrage se contente de faire voir et de faire deviner.

Un bilan mitigé pour cette œuvre originelle qui parvient à faire peur comme il le faut avec peu de moyens mais qui se retrouve amputée des louanges faites à son remake à cause d’une trame scénaristique trop alambiquée.


Oeuvres liées :

Ju-On 2 the grudge (2003)
The Grudge (2004)
The Grudge 2 (2006)

Commentaires sur le film

Un Film génial !

5 etoiles

coups de coeurCoup de coeur !

sérieusement, jai adoré ce film !! je l’ai trouvé génial, je comprend très bien Kayako dedans. Jadore également Toshio je le trouve très mignon mais un peu taré sur les bords ^^"

16 février 2009 à 13:02 | Par Mana

0 etoiles

i want watch this film

27 avril 2009 à 18:04 | Par basma55

3 etoiles

coups de coeurCoup de coeur !

bonjour
sur le film grudge avec du recul : l’aspect socio des gardes à domicile pas fermé volontaire
la malédiction au japon un non chatiment ou non
la le séquentiel temps demande sur le personnage du temps sur les années d’apparition
trop de malédiction o tour l’expression japonaise ? isa

28 septembre 2010 à 15:09 | Par lyîan
Le Meilleur Film D’Horreur.

5 etoiles

coups de coeurCoup de coeur !

Super film, aussi bien que le "remake". Mais si je trouve que "RINGU" d’Heido Nakata est effrayant, je préfère les JU-ON de Takashi Shimizu, car les fantômes sont bcp + présents, et Takako Fuji, qui fait Kayako Saeki, à une expression sur le visage à vous glacer le SANG.

31 mai 2014 à 23:05 | Par raniev44

Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Récentes critiques

affiche du film
Ça
2017
affiche du film
The Black Room
2016
affiche du film
Spider-Man: Homecoming
2017
affiche du film
Okja
2017
affiche du film
Underworld: Blood Wars
2016
affiche du film
Wonder Woman
2017
affiche du film
Pirates des Caraïbes : La vengeance de Salazar
2017
affiche du film
The End
2016
affiche du film
Small Town Killers
2017
affiche du film
The Circle
2017

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage