Interviews

Interview de Morjana Alaoui (Martyrs)

26 août 2008 | Par : Damien Taymans

La belle et la bête

Révélée dans le Marock de Laïla Marrakchi en 2006 dans lequel elle incarnait Rita, jeune femme musulmane amoureuse d’un Juif, Morjana Alaoui s’est rapidement imposée comme l’une des actrices les plus séduisantes et les plus talentueuses de ces dernières années. Comédienne accomplie qui ne campe pas mais habite littéralement ses personnages, Morjana séduit autant qu’elle inquiète au sein du film Martyrs de Pascal Laugier, oeuvre subversive saisissante. Focus sur le tournage du film et sur ses sentiments à l’égard de l’un des films les plus osés de ces dernières années.

Comment Pascal vous a contactée et vous a vendu le rôle ?

A la suite du désistement de Vahina Gioccante pour le rôle d’Anna, Pascal s’était remis à chercher une actrice. On lui avait parlé de Marock. Peu de temps après, Eskwad, la production, m’a envoyé le scénario de Martyrs. Pascal n’a pas eu vraiment besoin de me vendre le rôle, dès la première lecture du scénario, je voulais absolument faire partie de cette histoire. Pascal et moi avons déjeuné ensemble et dès les premières minutes du rendez-vous, on savait qu’on allait faire Martyrs.

Qu’est ce qui vous a décidé à accepter ce rôle difficile ?

J’ai tout de suite été attirée par le personnage d’Anna. Ce qui m’a plu chez elle c’est sa force et sa complexité. Il y a une contradiction chez ce personnage qui n’est pas forcément apparente. Son extrême bonté en fait quelqu’un de presque abstrait, mais en même temps, elle existe, elle est palpable et profondément humaine. En dehors du personnage d’Anna, j’ai tout de suite été absorbée par l’histoire que raconte Martyrs.

Comment s’est passée l’entente avec Mylène Jampanoi et le reste de l’équipe ?

Il y a eu une réelle entente avec Mylène. On s’est beaucoup vues à Paris avant le tournage, on a dû apprendre à se connaitre pour pouvoir travailler ensemble. Sur le plateau, pas le temps de faire du copinage, trop de plans à tourner, pas assez de jours de tournage. On se comprenait d’un regard. Le reste de l’équipe était super, ils m’ont beaucoup soutenu. Tout le monde était très encourageant et solidaire.

Votre rôle dans Martyrs est assez physique, comment vous êtes-vous préparée ? Avez-vous subi une préparation spécifique ?

La préparation physique était très structurée. Avec notre coach Gaelle Cohen, on a dû répéter toutes les cascades du film. Il fallait être en super forme physique pour tenir le rythme sur le plateau. J’ai dû perdre du poids pour le rôle. Pendant le tournage, j’ai compris que cette préparation physique était indispensable pour tenir mentalement aussi.

Quel type de directeur d’acteurs est Pascal ?

On avait beaucoup travaillé pendant les répétitions, je connaissais ses attentes pour le rôle d’Anna. Sur le plateau, Pascal m’a laissé ma liberté et mon autonomie dans la construction de mon personnage, tout en restant très à l’écoute.

Comment avez-vous vécu l’après-tournage, c’est difficile de sortir d’un rôle aussi dur physiquement et mentalement ?

Mon implication dans mon personnage était totale, j’étais très concentrée pendant le tournage. Cependant, je n’ai eu aucun mal à sortir de mon rôle. Honnêtement, je n’ai pas encore eu l’occasion de vivre ce "malaise" de l’après-tournage.

Quel regard portez-vous sur le film ? Sur son message et sur ce qu’il véhicule ?

Martyrs est un film d’atmosphère. On est plongé dans un univers très particulier, bouleversant et sincère. Martyrs porte en lui une mélancolie qui m’a énormément émue. C’est un film percutant avec un message fort et radical. Le propos m’a tout de suite accroché, c’est un film qui éveille les consciences et nous met face à la violence des rapports humains.

Comment avez-vous vécu la polémique sur l’interdiction qui a fait rage ?

J’ai été très déçue de savoir que le film pouvait être interdit aux moins de dix-huit ans, d’abord parce que le film ne mérite pas cette restriction. J’ai trouvé ça un peu disproportionné. Ensuite, on sait tous qu’un film qui subit ce genre de censure est rejeté par les exploitants de salles. Je pense que l’actuelle interdiction aux moins de 16 ans est plus adaptée.

Une pétition a été lancée par notre site, un rassemblement s’est organisé et l’équipe du film a reçu de nombreux messages de soutien venant des fans de cinéma de genre. Est-ce que cela vous a conforté dans l’idée que vous étiez sur la bonne voie ?

Je suis convaincue que cette mobilisation a énormément joué en faveur du film. Ca a considérablement contribué à créer un buzz autour de Martyrs. Beaucoup de gens se sont sentis concernés, lors de la manifestation devant le ministère de la culture, la plupart des gens présents n’avaient même pas encore vu le film. C’était un rassemblement contre la censure. Je remercie votre site ainsi les fans de genre qui ont défendu Martyrs.

Le film divise les spectateurs qui l’ont vu. On aime ou on déteste. Qu’est ce que ça vous inspire ? Vous auriez préféré que le film fasse l’unanimité ?

Je m’attendais à ce que les avis autour du film soient très partagés. Martyrs n’a rien du film grand public qui fait l’unanimité. Ce qui compte pour moi, c’est que ce film ne laisse personne indifférent.

Lors de l’avant-première du film vous avez dit à votre père "Papa ce n’est que du cinéma". Comment a-t-il perçu le film ?

J’étais très contente de voir que mon père a eu une perception du film que je trouve très juste, il n’est pas resté focalisé sur la violence physique mais plutôt sur le rapport des personnages à la souffrance. Il est tout de suite rentré dans l’atmosphère du film. Je ne cache pas que je suis très heureuse que le film ait été très bien reçu par l’ensemble de ma famille.

Avant de faire Martyrs, aviez-vous des aprioris positifs ou négatifs sur le cinéma fantastique ?

J’ai été amenée à découvrir cet univers grâce à mon cousin, Alexandre Aja. C’est un monde qui me fascine de plus en plus. Je trouve que ces films peuvent être de bons vecteur d’idées, de réflexions et de prises de position.

(Interview réalisée par Evil Seb et Gore Silclez)

Commentaires

Peu de site peuvent se vanter d’avoir une tenue éditorial tel que votre site, chapeau !

achat d’or

20 francs or 50 francs argent acheter de l’or 40 francs or 100 francs or 10 francs or achat pieces or. Investir dans l’or ou dans l’argent, acheter des pièces en OR ou en ARGENT : site puor investir dans l’or

5 août 2012 | Par Erine

ce film est exeptionnel de toute ma vie j ai 35 ans j en ai vue des films chocs mais la c est surprenant !! actrice merveilleuses sequences qui vous prend au tripes on detourne le regard par moment car c c est tres dur par moments les secnes sont tres choquantes et le mot est faible ; je dois avouer que j y est pris un certain plaisir a le regarder ca m as plus mais pr contre mon inconcient comme on dis m en a fais un peu payer les frais cauchemard la nuit et j ai vomis le landemain mais c est dingue comme c est fort tant emotionnelement que mentalement !!! apres ce film on est un peu ailleur on se pose des questions on change de regard sur l apres !! l au dela ! enfin a voir absolument ames sensible alors surtout a EVITER !!!!!!!§ ABSOLUMENT

22 mars 2009 | Par CAROLE

Ajouter un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Image du jour

Récentes critiques

affiche du film
Ça
2017
affiche du film
The Black Room
2016
affiche du film
Spider-Man: Homecoming
2017
affiche du film
Okja
2017
affiche du film
Underworld: Blood Wars
2016
affiche du film
Wonder Woman
2017

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage