Interviews

Interview de Mark Pavia (Les amis de King)

1er juin 2008 | Par : Damien Taymans

Quelques avis de personnes qui ont été en relation avec Stephen King pour les adaptations de ses oeuvres...





Tome 1 : Mark Pavia (réalisateur de The night flier)

Quels souvenirs te restent-ils de ton film The night flier ?

Oh la la, tellement ! La première chose qui me vient à l’esprit est l’honneur que j’ai eu de travailler avec Stephen King et le producteur Richard Rubinstein, surtout pour mon tout premier film. Etant un amoureux inconditionnel des histoires horrifiques, King était un Dieu pour moi. Et Zombie (produit par Rubinstein pour Romero) constituait un classique indétrônable. Du coup, travailler avec ces deux géants de surcroît en même temps était comme un rêve devenu réalité.

Le tournage lui-même était génial même si ce n’était pas une mince affaire. Je disposais de 30 jours pour tourner un film et ce, en plein milieu d’un des été les plus chauds à Wilmington en Caroline du Nord. Au final, je suis sorti heureux de cette expérience.

Etait-ce une grande expérience ?

Honnêtement, c’était très amusant. Dans mes rêves les plus fous, je n’aurais jamais imaginé que mon premier film inclurait de travailler avec Stephen. Pourtant, c’est ce qui arriva ! Je venais de terminer un court appelé Drag tiré d’une nouvelle sur les zombies. Stephen et Richard ont vu mon court pendant qu’ils tournaient Le Fléau et ils ont décidé ensemble que j’étais le bon choix pour adapter The night flier. Deux semaines plus tard, j’étais à New York face à eux en train de leur raconter comment je voyais le film, de dresser les plans que j’avais échafaudés. J’ai été engagé et me suis dépêché d’écrire le scénario. Encore aujourd’hui, je ne peux croire que cela m’est réellement arrivé. Quelle chance j’ai eu !

Beaucoup d’adaptations de King sont assez ratées. As-tu eu des difficultés à transposer une de ses nouvelles ?

Etant donné que c’était une nouvelle et non un roman, le plus gros problème était d’atteindre la longueur filmique réglementaire. Habituellement, le problème qui se pose aux adaptations de Stephen King est que le texte original est très long et les réalisateurs doivent amputer une partie de l’écrit tout en restant cohérent.

Pas pour nous. Ce fut même le contraire. Nous avons opté pour l’ajout de la reporter féminine qui rentre en concurrence avec Richard Drees et devient son pire rival. Nous avons également étendu le film et ajouté la séquence en enfer ainsi que le twist final… D’assez bons rembourrages il me semble…

Qui est le pire : Richard Drees ou le vampire ?

Pour moi, Richard Drees est pire que le vampire. Il fait lui-même le choix d’être un bâtard impitoyable. Dwight Renfield, le vampire, ne possède pas d’alternative. Ceci dit, le vampire possède un lien avec Drees. Ils sont frères de sang après tout… (rires)

Si tu devais choisir une adaptation kingienne au cinéma ?

C’est compliqué comme choix. Si je devais en choisir une, ce serait probablement Carrie. Des performances exceptionnelles et un De Palma qui a assommé tout le monde avec ce film. Du pur génie…

Ajouter un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Image du jour

Récentes critiques

affiche du film
Jessie
2017
affiche du film
The Babysitter
2017
affiche du film
Ça
2017
affiche du film
The Black Room
2016
affiche du film
Spider-Man: Homecoming
2017
affiche du film
Okja
2017

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage