Interviews

Interview d’Olivier Chateau (Asylum)

10 avril 2008 | Par : Damien Taymans

Un thriller low budget qui promet...






D’où vous est venue cette idée de réaliser un thriller sylvestre ?

Mon univers cinématographique est essentiellement le film de genre. Mon premier long ne pouvait donc qu’être un thriller, et le deuxième en sera un aussi.
Je voulais à la fois un scénario simple et complexe, c’est à dire de faire une histoire intéressante à partir d’une idée toute bête : c’est là que m’est venue l’idée de faire un film quasiment que en forêt où le heros serait enchaîné à un arbre et abandonné là...

La phase de préparation a-t-elle été longue ?

Absolument pas. Je n’ai eu que quelques courtes semaines.
Les dates du tournage ne devaient pas être bougées, il fallait absolument qu’on tienne le planning et que l’on tourne aux dates prévues.
Ce qui était une contrainte car je n’ai pas pu répéter avec les comédiens par manque de temps, sauf avec l’acteur principal Julien Courbey de temps en temps.

Comment avez-vous choisi les lieux pour le tournage ?

Le lien principal, à savoir la forêt, était pour moi au départ un lieu des plus simples à trouver. Et il s’est avéré que ce fut totalement l’inverse. Des forêts, on en visitait beaucoup mais elles faisaient trop forêts classiques, or pour le film je recherchais une forêt avec un look particulier.
Et nous avons trouvé cette forêt à une trentaine de kilomètres de Paris, une forêt privée. Ce que j’ai tout de suite aimé c’est qu’elle avait une forme de cuvette, c’est-à-dire qu’on ne pouvait pas voir l’horizon à partir d’une certaine distance, ce qui est assez stressant quand vous êtes abandonné dans ce genre d’endroit car si quelqu’un venait à vous rendre une petite visite, vous ne le verriez qu’au dernier moment...

Quelles sont vos influences pour ce film ?

J’essaie toujours d’avoir le moins d’influences possible quand je réalise, mais je dois avouer que pour la première partie du film qui ressemble plus à un polar, Tarantino m’influençait assez.

Difficile de mettre ce projet sur pied ? Au niveau logistique ? Et au niveau budgétaire ?

Encore une fois, ce film s’est vraiment fait très facilement, aussi incroyable que celui puisse paraître.
J’ai écrit le scénario, on est rentré en préparation quelques semaines plus tard, nous avons tourné 2 mois après et 4 semaines après, le film était terminé !
C’est surtout la post-production qui a été un long processus. Car forcément nous manquions de budget à ce niveau-là. Quelques mois après la fin du tournage, le film était donc terminé. Mais je n’en étais pas content car avec des producteurs qui sont venus se greffer en court de route au film, nous nous sommes relancés dans une nouvelle post-production (nouveau montage, fx, étalonnage etc).

Le film emprunte quelques similitudes assez ténues il est vrai avec la film Saw qui a fait un carton mais il a pourtant été réalisé avant. N’avez-vous pas eu peur qu’on vous ai volé votre idée ?

C’est très juste. En fait, ma grande peur a été quelques semaines après la fin de mon tournage où j’ai été voir sur le net car les gens parlaient d’un petit film d’horreur qui venait tout juste de sortir en salles aux USA appelé Saw. Et là, j’y découvre la photo d’un homme allongé par terre, attaché au pied par une chaîne ! Là, j’ai vraiment eu peur. Et le plus dur dans tout ça était qu’il fallait que j’attende la sortie du film dans les salles françaises pour juger par moi-même. Donc vous passez par toutes les étapes à ce moment-là. Vous croyez que ce même thème vient d’être exploité et que votre film va tomber à l’eau. Puis quand j’ai enfin vu Saw au cinéma, j’ai été rassuré immédiatement, on n’a que quelques légères similitudes mais nos deux films sont totalement différents....ouf....

Vous avez déjà travaillé avec Julien Courbey sur un de vos courts Entretien d’embauche. Le choix de Julien pour ce rôle s’est-il directement imposé à vous ?

En fait, je l’avoue je n’avais pas pensé à Julien pour le premier rôle. Au départ, je lui avais proposé un autre rôle dans le film qu’il a accepté mais il m’a tout de suite dit que ce qu’il l’intéressait c’était le rôle de Jack. Non pas pour avoir le premier rôle, mais parce qu’il sentait qu’il pouvait construire quelque chose avec ce personnage et ces incroyables situations qui l’entouraient.
On a donc répété ensemble et travaillé le personnage. Et le premier jour de tournage, je savais que j’avais fait le bon choix.

Comment décririez-vous la prestation de Julien Courbey qu’on a l’habitude de voir dans des comédies ?

Pour moi, un comédien doit être capable de tout jouer. Au même titre qu’un réalisateur.
Etant donné que je connaissais Julien depuis quelques temps et que nous sommes amis dans la vie, je sais de quoi il est capable. Donc ce choix était risqué... pour les autres car je savais qu’il ferait un travail formidable. Et aujourd’hui tous ceux qui voient le film sont époustouflés par sa prestation. Il y est juste extraordinaire et il va en étonner plus d’un !

Etes-vous optimiste quant à la sortie en salles du film en France quand on sait que des films de genre à plus gros budgets que le vôtre s’y sont cassé les dents (A l’intérieur, Frontière(s)) ?

La plupart des films de genre français ne sont pas des gros budgets, Frontière(s) et A l’intérieur y compris. Et le mien n’échappe pas à la règle. Sauf que le mien a été fait avec le même budget que "El mariachi" ou "Blair witch". Il ne bénéficie pas d’une grosse sortie France (12 salles env) mais quand vous voyez comment il a été fait, c’est déjà incroyable qu’il sorte, plaise, etc.

Et savez-vous si le film sortira en Belgique ?

On vient de signer avec la société "Visual Factory" qui s’occupe des ventes à l’étranger du film.
J’ai pleinement confiance en cette société car ils adorent le film. Il va être projeté à Cannes cette année en vue du marché du film, donc s’il y a des représentants belges sur place allez le voir et peut-être que vous l’acheterez et qu’il sortira en Belgique. ;-)

Pouvez-vous nous parler de votre futur film intitulé Cibles avec à nouveau Julien Courbey dans un des rôles principaux ?

Cibles sera un thriller. Un plus gros budget (env 2 millions d’euros) et un casting formidable. En 2 mots : un groupe de jeunes se retrouvent dans une forêt d’où il est impossible de sortir, et un sniper embusqué s’amuse à leur tirer dessus pour s’amuser....

Interview réalisée par Damien

Ajouter un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Image du jour

Récentes critiques

affiche du film
The Babysitter
2017
affiche du film
Ça
2017
affiche du film
The Black Room
2016
affiche du film
Spider-Man: Homecoming
2017
affiche du film
Okja
2017
affiche du film
Underworld: Blood Wars
2016

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage