Critique de film

pub

Indiana Jones et la Dernière Croisade

"Indiana Jones and the Last Crusade"
affiche du film

L'archéologue aventurier Indiana Jones se retrouve aux prises avec un maléfique milliardaire. Aux côtés de la cupide Elsa et de son père Henry Jones Sr, il part à la recherche du Graal.

pub


Trailer - Indiana Jones et la dernière croisade (1989)
Par : Damien Taymans


Indiana Jones et la dernière croisade - Bande annonce vo par CineMovies.fr

Les critiques à propos de ce film

Critique de Indiana Jones et la Dernière Croisade - Les Jones : Aventuriers de père en fils !
Par : Romain Mollet
Tags : Aventure

Cinq ans après le choc du Temple Maudit, l’archéologue aventurier revenait pour notre plus grand bonheur dans une nouvelle histoire de chasse aux trésors contre les Nazis. Après l’Arche, c’est au tour du Saint-Graal d’être l’objet de toutes les conquêtes.

Comme pour chaque épisode, le début se révèle être le moment le plus sympathique du film, histoire de nous mettre directement dans l’ambiance. Cette fois-ci, Spielberg nous propose un retour sur la genèse du mythe d’Indiana Jones, ou comment un scout adolescent (River Pheonix, décédé quelques années plus tard) tente de garder la croix de Corrona que des braconniers veulent voler pour gagner du fric. Une aventure épuisante où il héritera du chapeau de son court adversaire, et un certain goût pour le danger qui le poursuivra toujours.

De retour dans les années 30, Indy est chargé de retrouver le Saint Graal d’après les traces d’un autre expéditeur perdu, et ce avec l’aide d’une jeune et belle Allemande, Elsa Schneider, et de ses amis Marcus Brody (Denholm Elliott, tout simplement hilarant) et Sallah. Indy ne va pas tarder à comprendre que l’Homme qui a disparu est son père, et il est alors prêt à tout pour le libérer.

Plus proche dans le fond et dans la forme du premier volet, La Dernière Croisade se révèle être l’épisode le plus drôle de la saga, mais aussi, il est vrai, le moins trépidant. En fait, il a acquis le statut de véritable vilain petit canard auprès des fans à cause de ses trop grandes similitudes avec le premier volet, mais surtout le fait que le film soit axé sur la relation Père/Fils de la famille Jones. Il n’en est pourtant rien, puisque l’aventure est bel et bien au rendez-vous et le duo formé par Harrison Ford et Sean Connery est tout bonnement excellent, voire culte. Si on retrouve encore une fois tous les éléments qui font le bonheur de la saga (le charme fou d’Indy, la course poursuite, le suspens, l’humour -Hitler signant le livre des recherches de son père lors d’un autodafé, gag osé mais efficace- et les fusillades), le film tient vraiment toute sa somptuosité dans le dernier quart d’heure, un final terriblement trépidant et émouvant durant lequel la relation familiale des Jones prend tout son sens, servi par un décor et un éclairage magnifique.

Pas le meilleur épisode de la trilogie, mais un véritable moment de bonheur, excellent dans l’ensemble, servi par un duo d’exception, une excellente mise en scène et un humour omniprésent. Ahhh... Mais qu’est-ce qu’on l’aime cet Indy quand même (et Richard Darbois aussi).


Critique de Indiana Jones et la Dernière Croisade - Allo papa Tango Connery...
Par : Gore Sliclez

Entre le deuxième et le troisième opus de la saga Indiana Jones, Steven Spielberg et Harrison Ford connaissent une époque médiatiquement plus calme. Pour le premier, après les blockbusters du début de la décennie, c’était l’occasion d’explorer des genres plus sombres et plus conventionnels comme les mélos L’empire du Soleil (1987) et La Couleur Pourpre (1985). Pour l’ami Ford, après Star Wars (1977) et Blade Runner (1982), il joue dans des films plus modestes aux succès plus mitigés. L’occasion donc pour les deux compères de revenir s’amuser aux avant-postes et de nous offrir ainsi ce qui s’apparentait à l’époque (le futur leur donnera tort) comme le baroud d’honneur du célèbre aventurier.

Indiana Jones et la Dernière Croisade (titre ambigu s’il en est) débute cette fois-ci sur un portrait familial d’Indiana avec une intro nous présentant un Indy tout jeune et sous les traits du regretté River Phoenix très speedé (hum !) et l’apparition étonnante du père de l’intrépide archéologue (le choix de Sean Connery, ex James Bond, fut une perle de casting). Exit donc la nouvelle nana tant attendue du tombeur (si on oublie la nazie très "grrrrrr") au profit du paternel, le professeur Henry Jones, qui a consacré toute sa vie à la découverte du Saint Graal. Un duo en or qui n’est pas sans rappeler d’autres paires de stars du cinéma d’un certain Gérard Oury avec cet humour ravageur jouant sur les antagonismes et les mises en situation grotesques et qui nous fait rire aux éclats.

Cette fois-ci, bien avant le Da Vinci Code, Spielberg et Lucas nous entraînent à la recherche de la célèbre coupe qui récolta le sang du Christ, l’objet le plus mythique de la chrétienté. C’est donc en Europe qu’une grosse partie de l’histoire se déroule, et plus précisément à Venise et Berlin. Et vas-y qu’on nous ressert les plans de cathédrale, les catacombes, les vieux grimoires et les énigmes latines. Pas de doute, Steven et les scénaristes savent choisir des lieux enchantés et n’hésitent pas pour le coup à nous montrer des courses-poursuites dans la lagune vénitienne, un voyage en Zeppelin et comble de tout, une rencontre involontaire avec le führer en pleine nuit de l’autodafé de 1933. Un p’tit côté As des As bien sympa…

Renouant plus avec le ton du premier épisode de la saga, Indiana Jones et la Dernière Croisade est tout simplement le meilleur épisode de la série. Humour ravageur, stars au charisme inégalable et mise scène virevoltante font de ce film un des chefs-d’œuvre du cinéma d’aventure…


Oeuvres liées :

Les Aventuriers de l'arche perdue (1981)
Indiana Jones et le Temple maudit (1984)
Indiana Jones et le Royaume du Crâne de Cristal (2008)

Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Récentes critiques

affiche du film
The Babysitter
2017
affiche du film
Ça
2017
affiche du film
The Black Room
2016
affiche du film
Spider-Man: Homecoming
2017
affiche du film
Okja
2017
affiche du film
Underworld: Blood Wars
2016
affiche du film
Wonder Woman
2017
affiche du film
Pirates des Caraïbes : La vengeance de Salazar
2017
affiche du film
The End
2016
affiche du film
Small Town Killers
2017

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage