Critique de film

pub

Halloween 2

"Halloween 2"
affiche du film

Michael Myers, échappé de l'hôpital psychiatrique, sème de nouveau la terreur dans la petite ville d'Haddonfield. Les habitants fêtent Halloween, la nuit des sorcières et la police a bien du mal à démasquer le meurtrier.

pub


Trailer - Halloween 2 (1982)
Par : Damien Taymans

Les critiques à propos de ce film

Halloween 2 - Une bonne séquelle
Par : Damien Taymans

Quatre ans après le succès d’Halloween, les producteurs (Irwin Yablans et Moustapha Akkad) décident qu’il est temps de relancer sur le marché une suite au film qui a fait frissonner le monde entier avec Carpenter à la réalisation. Mais ce dernier refuse et se lance finalement en tant que producteur et scénariste (aux côtés de sa fidèle épouse Debra Hill). C’est Rick Rosenthal qui sera choisi comme réalisateur (il signera également un autre métrage de la saga en 2002 sous le nom de Halloween Resurrection).

Le film reprend à l’endroit exact où le précédent avait laissé l’histoire. Le corps de Myers vient de disparaître malgré les six balles reçues du flingue de Sam Loomis. Laurie Strode, quant à elle, a été embarquée d’urgence à l’hôpital le plus proche et tente de récupérer de son stress. Mais la nuit est loin d’être finie car Michael est toujours sur ses traces… Assurant une continuité parfaite, Carpenter réintroduit toute une série d’éléments du premier film : Loomis rappelle les six balles tirées sur le corps de Myers, les événements du premier film sont narrés par les journalistes, tout est mis au point pour que le métrage concorde avec l’opus originel. Bien plus, une scène quasiment similaire (à l’exception de quelques plans) est tournée pour redire ce qui devait l’être.

Reprenant les personnages d’Halloween, à savoir le docteur Loomis et la jeune Laurie Strode, le présent métrage entend rester dans la continuité du chef-d’œuvre et essayer même de l’égaler. Seulement, tout ne se passe pas comme prévu. Rosenthal livre un film en dessous des espérances et dont le ton cadre mal avec l’ambiance instaurée dans le premier film. Ainsi, Carpenter refait totalement le montage et ira même jusqu’à retourner des scènes supplémentaires pour changer quelque peu le rythme du film, rendu trop haletant à son goût. Rappelons que c’était justement cette absence partielle de rythme qui était l’une des forces principales du métrage de Big John.

Au final, Halloween 2 est une bonne suite, empreinte d’idées sympathiques. Elle reste en tout cas dans l’ambiance générée quatre ans plus tôt, ce qui ne sera pas le cas de la majorité des autres séquelles de la saga dont le niveau baissera proportionnellement au fil des métrages. Certaines séquences parviennent même à se hisser au niveau de l’original grâce à une mise en scène calquée sur celle du premier volet et une violence un peu plus dense, moins timorée (avec l’intrusion d’éléments gores timides mais existants)…

En conclusion, le film constitue une suite convenable et reste l’un des meilleurs films du genre.


Oeuvres liées :

Halloween, la nuit des masques (1978)
Halloween 3 (1982)
Halloween 4 (1988)
Halloween 5, la revanche de Michael Myers (1989)
Halloween 6, la malédiction de Michael Myers (1995)
Halloween, 20 ans après (1998)
Halloween Resurrection (2002)
Halloween 2007 (2007)

Commentaires sur le film

4 etoiles

Halloween II est une suite plus que convenable, conservant les éléments et l’ambiance qui avaient fait le succès du premier opus. Carpenter a ouvert une brêche pour inclure une raison potentielle des meurtres qui réside dans l’appartenance du tueur au sein d’une secte, mais l’idée ne sera pas exploitée avant 1995 dans le sixième film de la série. Halloween II demeure, tout de même, la meilleure suite de la saga. C’est un film qui se regarde facilement avec plaisir.

22 septembre 2008 à 16:09 | Par Haddonfield
Le début de la fin.

3 etoiles

Ça a la couleur et l’odeur d’un John Carpenter. Mais ce n’est presque pas un John Carpenter. L’homme d’affaire qu’est Big John saisit l’opportunité d’engranger un peu de blé sans trop se fouler. Mais le réal de génie, qui a déjà tout dit quant à la dépersonnalisation du mal absolu dans le premier opus, et qui lorgne déjà du côté des lunes lovecraftiennes de la déshumanisation absolue qui s’abattront en 1982, a beaucoup de mal à laisser filer son bébé. Aussi, il retouche le montage. Ça se mate sans déplaisir. Mais pris dans ce chassé-croisé Rosenthal/Carpenter, Myers s’expose, et commence dors et déjà à prendre la direction de la personnalité d’un mythe cinématographique qui va noyer le coup de génie originel, changeant le mal insaisissable en bête de foire.

24 août 2013 à 17:08 | Par Fred Bau

Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Récentes critiques

affiche du film
Ça
2017
affiche du film
The Black Room
2016
affiche du film
Spider-Man: Homecoming
2017
affiche du film
Okja
2017
affiche du film
Underworld: Blood Wars
2016
affiche du film
Wonder Woman
2017
affiche du film
Pirates des Caraïbes : La vengeance de Salazar
2017
affiche du film
The End
2016
affiche du film
Small Town Killers
2017
affiche du film
The Circle
2017

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage