HARRY POTTER A L’ECOLE DES SORCIERS de J.K. Rowling

27 octobre 2012 | Par : Chroniqueurs |

Titre Harry Potter à l’école des sorciers

Titre original Harry Potter and the Philosopher’s Stone

Auteur J.K Rowling

Année 1997

Genre Littérature de jeunesse - Fantasy

Editeur Gallimard Jeunesse

Année d’édition 1998

Note 8/10

Résumé

Le jour de ses onze ans, Harry Potter, un orphelin élevé par son oncle et une tante qui le détestent, voit son existence bouleversée. Un géant vient le chercher pour l’emmener à Poudlard, la célèbre école de sorcellerie où une place l’attend depuis toujours. Quel mystère entoure donc sa naissance et qui est l’effroyable V..., le mage dont personne n’ose prononcer le nom ? Voler sur des balais, jeter des sorts, combattre les trolls : Harry Potter se révèle un sorcier vraiment doué. Quand il décide avec ses amis d’explorer les moindres recoins de son école, il va se retrouver entraîné dans d’extraordinaires aventures…

En 1997, après plusieurs années de galère, une anglaise du nom de J.K Rowling, inconnue du public, décide d’écrire son premier roman. Elle s’inspire de sa propre enfance (bien qu’elle ne fut pas orpheline) pour inventer un héros, Harry Potter, dont la destinée ensorcellera l’esprit des millions de fans, spectateurs ou lecteurs, à travers le monde.

Comme dans toute saga livresque, le premier opus est avant tout dévolu à la découverte d’un univers totalement autre. Ainsi, dans un premier temps, le lecteur se familiarise avec un jeune garçon dont la vie ne semble pas « rose » tous les jours. Entre les nuits dans les placards et la maltraitance de sa seule famille, les Dursley, l’écrivain fait étalage d’un quotidien bien sombre, propice à la création, dans l’esprit du lecteur, d’une forme de pitié et d’un attachement sans bornes envers le héros.

Bien qu’il se passe des phénomènes étranges autour de ce jeune garçon, le lecteur attend patiemment le chapitre 4 pour se plonger à proprement parler dans un univers magique, certes moins élaboré que celui du Seigneur des Anneaux, mais tout de même réellement envoûtant. La découverte de l’école de Poudlard ou encore du vocabulaire utilisé par les sorciers ( moldus, quidditch…) favorisent la création d’un véritable mythologie, assez novatrice et accrocheuse. Il est dès lors plaisant de suivre Harry et ses deux meilleurs amis, Ron et Hermione, dans une année scolaire riche d’aventures et de rebondissements. De plus, l’adaptation à cet univers nouveau paraît assez fluide tant le verbe de J.K. Rowling est accessible.

Malgré un manichéisme assez important, Harry Potter à l’école des Sorciers parvient donc à développer des personnages attachants et parfois psychologiquement assez poignants. A ce titre, le fait qu’Harry Potter, héros principal du récit, soit orphelin n’est guère innocent, J.K. Rowling disséminant dans son récit divers protagonistes faisant office de figure idéalisée du père, tels que Dumbledore ou Hagrid. Très intelligent dans sa conception, le roman titille sans cesse la corde de la sensibilité tout en sachant développer l’aspect fantastique de l’ensemble grâce à des endroits et des créatures tout droits inspirés de Tolkien.

Ajouter un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Image du jour

Récentes critiques

affiche du film
The Babysitter
2017
affiche du film
Ça
2017
affiche du film
The Black Room
2016
affiche du film
Spider-Man: Homecoming
2017
affiche du film
Okja
2017
affiche du film
Underworld: Blood Wars
2016

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage