Critique de film

pub

The Station

"Blutgletscher"
affiche du film

Janek est technicien dans une station climatique dans les Alpes. La découverte d’un liquide rougeâtre s’échappant d’un glacier changera à jamais sa vie. En effet, ledit liquide a des effets terribles sur les animaux de la région. Bientôt, Janek doit défendre seul la station face à des hordes de monstres.

pub


Trailer - The Station (2013)
Par : Samuel Tubez

Les critiques à propos de ce film

Critique de The Station - Gloumoutes Attacks !
Par : Samuel Tubez
Tags : Monstres

Remarqué par son Rammbock qui fit le tour des festivals, l’autrichien Marvin Kren part, après les zombies, explorer les glaciers en faisant de The Station (Blutgletscher en vo, prenez un Motilium ça finira par passer !) un film de monstres lorgnant du côté de The Thing.

L’intrigue tourne ainsi autour d’une équipe de scientifiques qui découvre un liquide rouge s’écoulant des glaciers à proximité de leur station d’observation dans les Alpes. Alors que le groupe, au cœur duquel les relations sont pour le moins compliquées, s’apprête à accueillir la visite officielle de la Ministre de l’Environnement, ce « sang du glacier » provoque des effets inattendus sur la faune environnante, créant des hybrides pour le moins monstrueux.

Dans un gros foutoir pas très bien organisé, le réalisateur ne parvient pas à créer le moindre climat de terreur au détour d’un scénario dont la principale erreur est de se prendre bien trop au sérieux. Malgré un humour apparaissant subtilement qu’il semble le plus capable à gérer (notamment via la surprenante nature d’une ministre badass dont le rôle est tenu par sa propre mère !), Marvin Kren échoue à maintenir l’attention du spectateur malgré de très bonnes intentions. Monster movie imprégné d’un esprit « à l’ancienne », The Station présente en effet des créatures pour le moins originales créées majoritairement « en dur », sans CGI, mais que l’on ne pourra malheureusement jamais véritablement admirer à cause d’une mise en scène privilégiant des gros plans allant de pair avec d’incessants mouvements de caméra secouées lors des attaques. Bonjour la gerbe (Blutgletscher !, lâche le réal’ derrière son combo). Côté perso, hormis la môman jouant les dures à cuire, la plupart s’avèrent fades et bâclés, à l’image de sous-intrigues inintéressantes qui ne font qu’allonger le minutage d’un récit qui aurait dès lors pu tenir sur un format court. On aurait donc pu prendre un certain plaisir à voir des personnages un tant soit peu charismatiques se démener face à des renards-scarabées ou autres bouquetins-ours (?!), mais le manque de talent en ce qui concerne l’horreur pure et le sérieux affiché lors de séquences pour le moins risquée (voir le final) finissent la plupart du temps par faire tomber l’ensemble dans un ridicule sans nom.

Nanti de très bonnes intentions et faisant de prime abord furieusement penser à The Thing, l’environnement de The Station s’évapore progressivement au contact d’une mise en scène plate et épileptique doublée d’un ton bien trop sérieux, annihilant à la fois le plaisir ou l’angoisse que l’on était en droit de ressentir devant ce film de monstres à l’ancienne. Grotesque.


Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Galerie photos

photo 42676 photo 42677 photo 42678
Voir la galerie complète

Récentes critiques

affiche du film
Jessie
2017
affiche du film
The Babysitter
2017
affiche du film
Ça
2017
affiche du film
The Black Room
2016
affiche du film
Spider-Man: Homecoming
2017
affiche du film
Okja
2017
affiche du film
Underworld: Blood Wars
2016
affiche du film
Wonder Woman
2017
affiche du film
Pirates des Caraïbes : La vengeance de Salazar
2017
affiche du film
The End
2016

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage