Critique de film

Ghost of Mae-Nak

"Ghost of Mae-Nak"
affiche du film
  • Genre : Fantastique - Esprits
  • Année de production : 2005
  • Sortie belge : 0000-00-00
  • Réalisateur : Mark Duffield
  • Pays d'origine : Thaïlande
  • Durée : 1h41
  • Scénariste : Mark Duffield
  • Musique : Steve Bentley-Klein
  • [
  • Bande annonce
  • ]
  • Casting : Pataratida Pacharawirapong, Siwat Chotchaicharin , Porntip Papanai, Jaran Ngamdee, Meesak Nakarat
  • Récompenses : Aucune

Mak et Nak sont amoureux et heureux de l'être. Donc, ils se marient mais Tick et Tock les cambriolent et subtilisent leurs cadeaux de mariage. La déconvenue est terrible mais bientôt, Mak va mettre la main sur les voleurs. Ceux-ci prennent la fuite et envoient Mak dans le coma. Dès lors, le fantôme de Mae Nak, femme décédée deux siècles plus tôt en mettant son enfant au monde, va entreprendre de venger le jeune couple en éliminant les coupables.

Les critiques à propos de ce film

Ghost of Mae-Nak - Quelle belle culture !
Par : Quentin Meignant


Il ne faut pas s’attendre, avec ce film, à voir ses cheveux se dresser sur sa tête ou à assister aux scènes répugnantes d’une vengeance gore. Cette œuvre se veut avant tout poétique. Elle nous permet de découvrir la culture thaïlandaise, les coutumes de ce formidable pays et surtout, ses légendes.

La légende de Mae-Nak est une histoire qui se raconte encore de nos jours tant dans les maisons de Bangkok que dans les bidonvilles de Chiang Mai. Les mystères de ce pays nous sont présentés sous forme d’une romance entre Mak et Nak, deux personnages un peu niais mais à l’amour attendrissant.

La mise en scène est tellement efficace qu’on en vient même à souhaiter que ce couple attendrissant parvienne à s’en sortir, à vivre heureux et à avoir beaucoup d’enfants.

L’œuvre n’est hélas pas parfaite car le scénario, un peu brouillon, nous fait parfois oublier le but du film et nous égare dans les méandres de l’esprit du réalisateur et d’une culture thaïlandaise beaucoup trop riche pour un seul film. Un film honnête donc et qui ne décevra certainement pas les amateurs de culture asiatique.

Amateurs de frissons, s’abstenir !

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage