BIFFF 2011

Gazette du BIFFF 2011

19 avril, Jour 13

Compte-rendu de la journée

Dernier véritable jour de cette cuvée 2011, le lundi 18 avril n’a pas laissé nos chroniqueurs indifférent puisque, avides de péloches, ils se retrouvèrent presque au grand complet sur le coup de 13 heures pour l’un des plus beaux cadeaux du BIFFF : la projection d’Akira, encore inédit en version remasterisée. Le chef-d’oeuvre d’Otomo ne manquant pas d’attirer la foule (les parents en profitant pour faire découvrir ce film intemporel à leurs chères têtes blondes), le métrage n’a malheureusement pas bénéficié de conditions de projection idéale, le film étant projeté en DVD. Qu’à cela ne tienne, redécouvrir sur grand écran cette pièce de l’histoire de l’animé avait en soi déjà beaucoup d’importance.

La projection d’Afro Samourai Resurrection passait donc presque inaperçu après cela et si le côté fun du manga ne manqua pas d’émoustiller le jeune public, le film ne pouvait se baser que sur la BO d’RZA pour plus ou moins convaincre l’assistance.

Celle-ci se rendait beaucoup moins nombreuse à la projection des deux premiers épisodes de la saison 3 de True Blood, événement qui n’avait pas réellement sa place dans la programmation du festival bruxellois. Ayant repris des forces, le public se rendait par contre très nombreux à la séance de 20 heures, synonyme de retour aux affaires de John Carpenter avec son très attendu The Ward. Malheureusement, celui-ci constituait en quelque sorte un pétard mouillé qui a engendré quelques perturbations dans le public. Dans une salle archi-comble, quelques huées se faisaient ainsi entendre, la faut à un scénario (pas de Big John) reprenant un à un tous les clichés du genre. Dès lors, si The Ward peut se targuer d’être une réussite technique, son intrigue cousue de fil blanc ne parvient jamais à convaincre.

Il en va de même avec Midnight FM, présenté sur le coup de 22 heures dans la Compétition Thriller. Après une entame plutôt bien gérée et une première moitié de film très agréable, le métrage coréen décélère et s’enferre dans toute une série de lieux communs, virant carrément à la course-poursuite inintéressante.

Tout l’inverse de l’épisode pilote de The Walking Dead qui, après une exposition de qualité, parvient à développer une ambiance aussi lourde qu’intimiste, en parfaite adéquation avec le comic book de Robert Kirkman. Frank Darabont prouvant qu’il est un Maître en matière d’adaptation, on ne peut que regretter que seul le pilote ait été diffusé sur le grand écran du BIFFF. Néanmoins, il reste à signaler que ce type de série n’a guère sa place dans un festival s’intéressant au cinéma de genre, aussi réussie soit-elle.

Ainsi s’achève une nouvelle journée riche en émotions et c’est le coeur gros et rempli de nostalgie que les biffeurs se sont dirigés vers la sortie en se disant qu’il ne restait plus que le film de clôture pour assouvir leur besoin en bien présent de péloches en tout genre.

Reviews des chroniqueurs

Akira

Mae-Nak : 5 étoiles

Un grand classique, pur chef-d’oeuvre de l’imaginaire nippon, malheureusement gâché par la qualité de la projection...

Vivadavidlynch : 5 étoiles

Quel plaisir de redécouvrir le monument d’Otomo sur grand écran. Le Blade Runner du manga animé. Dommage que la qualité de projection n’était pas au rendez-vous.

Sartana : 5 étoiles

5 pour le film, 0 pour la projo !

Winslow Leach : 5 étoiles

Un classique visionnaire et inaltérable...pour ceux qui ne le savaient pas encore.

Afro samurai resurrection

Winslow Leach : 2 étoiles

La B.O. est sympa mais un peu trop omniprésente, le sidekick est juste horripilant et l’histoire ultra-conventionnelle. Sinon, ça reste savoureusement anachronique et funky.

Sartana : 2 étoiles

Un chouette character design opposé à une musique crispante, juste bon à faire un tri dans ma messagerie de GSM.

Mae-Nak : 2 étoiles

Une séquence d’entrée prometteuse, puis... plus rien si ce n’est un BO plutôt convaincante.

Vivadavidlynch : 2,5 étoiles

Beaucoup moins réussi que la série originale, un DTV qui manque de punch et d’inspiration. Heureusement, l’excellente BO de RZA sauve les meubles.

The ward

Vivadavidlynch : 3 étoiles

Petite série B délicieusement rétro et ciselée avec amour, qui pêche par de nombreuses incohérences scénaristiques. C’est bien shooté", les actrices sont à tomber, mais on s’attendait à beaucoup plus de la part de Carpenter. Pas le come-back attendu pour Big John, mais il a encore des choses à nous offrir.

Mae-Nak : 2 étoiles

Si techniquement cela reste plus qu’appréciable, Big John devrait, pour une fois, se baser sur un scénario personnel. Celui des Rasmussen est tout simplement convenu à 200%.

Winslow Leach : 3 étoiles

Sans grand éclat, Carpenter se remet tout doucement dans le bain. Le scénario ressassant les lieux communs fait quand même un peu pitié.

Midnight FM

Mae-Nak : 2 étoiles

Une première partie haletante et de qualité fait place à une course-poursuite plate et sans aucun intérêt...

Vivadavidlynch : 2 étoiles

Beau mais férocement prévisible. Un thriller balisé et convenu comme on sait en produire à foison actuellement chez nos amis coréens.

Walking dead

Mae-Nak : 4 étoiles

Après une entrée en matière maladroite au point de vue de l’adaptation pure et dure du comic book, Darabonjt instaure rapidement une ambiance lourde de très grande qualité, en parfaite adéquation avec le volume 1 des aventures de Rick Grames.

Winslow Leach : 4 étoiles

Un bon début. Bien apocalyptique et désespéré juste comme il faut.

Vivadavidlynch : 4 étoiles

Très bon pilote qui lance la série sur les chapeaux de roue et bénéficie du savoir-faire de Darabont. Beaucoup plus intimiste que ce que l’on aurait pu penser.


Animations

Le Cosplay vu par Raymond Widawski

Image du jour

Récentes critiques

affiche du film
The Babysitter
2017
affiche du film
Ça
2017
affiche du film
The Black Room
2016
affiche du film
Spider-Man: Homecoming
2017
affiche du film
Okja
2017
affiche du film
Underworld: Blood Wars
2016

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage