Interviews

Franck Vestiel (Réalisateur d’Eden Log)

24 mars 2008 | Par : Damien Taymans

Clovis dans l’Eden. Révisez votre histoire !






Crédits : Alexandre IsardEtes-vous fan du genre fantastique/science-fictionnel ? Quels sont vos modèles en matière de cinéma de genre ?

Bien sûr, un fan du genre à la base. C’était un cinéma interdit, que nous a ouvert l’arrivée du VHS. Modèle est peut-être un peu fort, mais plutôt inspirateurs, les cinéastes de genre de l’époque : J Carpenter, R Scott, D Argento, G. Romero ...

Comment est né ce film ?

De mon cerveau malade sans doute. D’obsessions nourries par une forme de questionnement et d’inquiétude liée à ce vers quoi nos sociétés nous conduisent, transfigurées par le genre. Par l’envie de faire une expérience, un voyage dans l’obscur, claustrophobique en plaçant le personnage au même niveau que le spectateur. Et plus pragmatiquement, de l’envie de partager une aventure avec Clovis et de la possibilité de la concrétiser après ma rencontre avec Cédric Jimenez, le producteur.

Quelles sont les influences graphiques du film ?

Incontestablement celle de la BD, des dessinateurs du Metal Hurlant, comme Moebius, Druillet, Bilal ... Puis du cinéma des années 80, celui que j’ai commencé par regarder.

Comment s’est passée votre collaboration avec Clovis Cornillac ?

J’aimerais être original mais tous les réalisateurs qui ont travaillé avec lui vous répondront la même chose : professionnalisme, investissement, talent. Je n’aurais pas fait le film si il n’avait pas voulu le faire, je l’ai pensé en me projetant à travers lui.

Est-ce difficile de monter un film de SF en France ?

C’est difficile de monter un film tout court je crois. Maintenant c’est vrai que la SF n’a jamais été un genre majeur du cinéma français même si elle est liée à son histoire ... On ne peut pas le blâmer, le cinéma est un peu vieux chez nous, il n’a parfois pas toute sa mémoire. Il oublie souvent que sa sophistication est le fruit de cinéastes qu’on qualifierait de genre aujourd’hui, Méliès ou Feuillade en tête ... Je suis très curieux de voir comment va être reçu le Babylon A.D. de Kassovitz. Rappelons-nous quand même aussi qu’il y a une majorité de pays dans lesquels c’est tout simplement impossible.

Vous qui avez officié comme assistant réalisateur sur Ils ou Dante 01, quel est votre avis sur le renouveau du cinéma de genre français ?

Je suis toujours aussi dubitatif, il nous manque un peu de recul. On verra ce qu’il reste de ces films dans quelques temps, on verra si les années à venir seront toujours aussi ’productives’, toute proportion gardée, rappelons quand même que les films de genre doivent se compter sur les doigts d’une main en 2007 pour une production nationale de plus de 200 films ... ça relativise ... Nous sommes encore très loin de l’économie, de l’intérêt dont bénéficie la production de genre espagnole.

Comptez-vous persévérer dans ce genre ?

Je n’ai pas ce genre de considération, je tente d’écrire et de développer des projets, c’est aux autres de les définir sous une appellation. Mais j’ai des préoccupations qui peuvent s’y inscrire, on ne se refait pas non plus.

Quels sont vos futurs projets cinématographiques ?

VITAL MECANIC. Un peu tôt pour en parler encore ...

Un tout grand merci à vous, Monsieur Vestiel...

Un tout grand ’de rien’ , Damien.




Interview réalisée par Damien (avec la collaboration d’Evil Seb)

Ajouter un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Image du jour

Récentes critiques

affiche du film
The Babysitter
2017
affiche du film
Ça
2017
affiche du film
The Black Room
2016
affiche du film
Spider-Man: Homecoming
2017
affiche du film
Okja
2017
affiche du film
Underworld: Blood Wars
2016

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage