Critique de film

Fausto 5.0

"Fausto 5.0"
affiche du film
  • Genre : Fantastique – Sorcellerie et satanisme
  • Année de production : 2001
  • Sortie belge : 0000-00-00
  • Réalisateur : Álex Olle, Isidro Ortiz et Carlos Padrisa
  • Pays d'origine : Espagne
  • Durée : 1h35
  • Scénariste : Fernando León de Aranoa
  • Musique : Josep Sanou
  • [
  • Bande annonce
  • ]
  • Casting : Eduard Fernández, Miguel Angel Sola, Raquel González, Najwa Nimri
  • Récompenses : Silver Raven au Festival International du Film Fantastique de Bruxelles en 2002
    Nominé comme Meilleur Film Catalan aux Butaca Awards 2002
    Grand Prix Gold du Meilleur Film Fantastique européen au Festival International du Film de Luxembourg (Cinénygma) en 2003
    Grand Prix d'Argent du Film Fantastique européen � l'Espoo Ciné International Film Festival 2002
    Meilleur Acteur (Eduard Fernandez et Miguel Angel Sola ex-aequo) � Fantasporto 2002
    Meilleur Film � Fantasporto 2002
    Goya 2002 du Meilleur Acteur Principal (Eduard Fernandez)
    Grand Prix du Festival Fantastic'Arts de Gerardmer en 2002
    Golden Egret du Meilleur Acteur (Eduard Fernandez), de la Meilleure Réalisation (Álex Olle, Isidro Ortiz et Carlos Padrisa) et du Meilleur Film au Miami Latin Film Festival 2003
    Meilleur Acteur Espagnol (Eduard Fernandez) aux Sant Jordi Awards 2002
    Meilleur Acteur (Eduard Fernandez) au Festival de Sitgès 2001
    Nominé comme Meilleur Film au Festival de Sitgès 2001

Responsable d'un service de soins palliatifs, le Dr Fausto est abordé par un certain Santos Vella, qu'il aurait condamné 8 ans plus tôt. Fausto ne s'en souvient pas, et cette miraculeuse guérison contredit toute certitude médicale. Harcelé par cet homme étrange, Fausto craque, et accepte comme cadeau ce qui sera le pire de ses cauchemars.

Les critiques à propos de ce film

Fausto 5.0 - Ange ou Démon ?
Par : Quentin Meignant




Ce film, résultat de la collaboration entre 3 réalisateurs espagnols méconnus, a littéralement fait la course aux récompenses durant l’année 2002. Et quand on voit la qualité de cette oeuvre, on comprend tout à fait l’engouement qu’il a suscité ! Il n’est que très peu question de fantastique dans ce métrage. Si l’on regarde d’un oeil distrait, on assiste à un bon film d’action à la « Endiablé » (de Harold Ramis, avec la charmante Liz Hurley). Mais voilà, ici, il faut se concentrer et se laisser emporter par le rythme, l’horreur et la poésie de ce chef-d’oeuvre !

Un chef-d’oeuvre inclassable, tout simplement parce qu’il est d’une originalité, d’une drôlerie et d’une finesse qui laisse pantois ! La plus grande force du métrage est sans aucun doute l’interprétation sans faille de la paire d’acteurs principaux. Eduard Fernandez a accumulé les Prix grâce à ce rôle et c’est loin d’être un vol : il est tout simplement de la trempe de ces acteurs qui savent jouer avec une justesse parfaite et qui vous font ressentir leurs émotions de manière efficace !

Le jeu de Fernandez est tellement impeccable que l’on en oublierait presque de signaler que Miguel Angel Sola est, lui aussi, totalement éblouissant dans ce rôle de démon moderne. Son humour et ses mimiques sont inimitables et ce rôle a été taillé sur mesure pour lui. Ces acteurs, il faut bien l’avouer, sont aidés par un scénario exceptionnel, parfois difficile à suivre certes, mais dont on tire une certaine jouissance.

Voir le brave docteur Fausto changer totalement de comportement après sa rencontre avec le mal incarné (Santos) a quelque chose de totalement jubilatoire. C’est un peu comme si nous, êtres rationnels d’une société qui l’est tout autant, nous mettions à délirer et à briser une à une toutes les règles de la société. Nous assistons donc à la dégringolade sociale et psychologique d’un médecin qui jusque là, ne laissait aucune place à ses envies et à ses sentiments.

Le pauvre Fausto ira même faire un petit tour au cachot voir comment finissent ceux qui profitent trop et n’ont aucune conscience. De ce point de vue là, on peut donc se dire que Santos Vella est un véritable démon. Mais voilà, la fin nous laisse à penser que, malgré toutes ces péripéties, l’expérience qu’a vécue Fausto a été très hautement positive : il pense à autre chose que son travail, il regarde enfin sa jolie secrétaire avec des yeux de merlan frits et surtout, il VIT ! La dernière réplique synthétise d’ailleurs parfaitement cet manière de voir les chose...

Pour le reste, les effets spéciaux des visions de Fausto sont exceptionnels et la scène gore du rêve est très bien réalisée. Les actrices sont superbes et les décors le sont tout autant. La musique appuie quant à elle parfaitement cette impression de descente aux enfer, un néo-métal hyper violent nous étant proposé.

Un film original, magnifique, qui a toutes les qualités possibles ! Une réussite totale ! On devrait tous avoir un Santos Vella près de nous !

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage