Critique de film

pub

Edge of Tomorrow

"Edge of Tomorrow"
affiche du film

Dans un future proche, des hordes d'extraterrestres extrêmement organisés, appelés les Mimics, ont livré une bataille acharnée contre la Terre, réduisant les grandes villes en cendres et causant la mort de millions d'êtres humains. Aucune armée au monde n'est à même de rivaliser avec la rapidité, la violence et les capacités cognitives exceptionnelles des combattants Mimics, très bien armés, ou de leurs chefs dotés de pouvoirs télépathiques. Mais à présent, les armées du monde ont réuni leurs forces pour une ultime offensive à quitte ou double contre les extraterrestres...

pub


Trailer - Edge of Tomorrow (2014)
Par : Samuel Tubez

Les critiques à propos de ce film

Critique de Edge of Tomorrow - Un jour sans finesse
Par : Seb Brunclair

Dans le futur, une terrible race d’extraterrestres, les Mimics, sème la terreur sur Terre et a déjà anéanti bon nombre de territoires et de vies humaines. Alors que les armées du monde s’apprêtent à unir leurs forces pour livrer une offensive ravageuse menée par des soldats équipés de puissants exosquelettes, le colonel William Cage fait office de porte-parole pour l’armée américaine. Lâche et n’ayant jamais combattu de son existence, le bonhomme va se retrouver forcé de participer à un assaut de grande envergure sur les côtes françaises. Quand un des visqueux aliens lui ôte la vie, le voilà coincé dans une boucle spatio-temporelle, condamné à revivre encore et toujours ses dernières heures, en gardant le souvenir de ses expériences précédentes…

Inévitablement, à la lecture du pitch et durant la première demi-heure du film, on pense instantanément à un croisement entre la Guerre des Mondes et Un jour sans fin pour l’argument de la boucle temporelle, ayant également donné naissance aux plus récents Code Source de Duncan Jones et Haunter de Vincenzo Natali. Et le souci, c’est que le film de Doug Liman (La Mémoire dans la peau, Mr et Mrs Smith), adapté d’un roman japonais intitulé All you need is Kill, n’utilisera jamais son concept de manière subtile et originale.

La progression de l’histoire et les rebondissements sont convenus (si on excepte une scène finale en tous points minable) et Edge Of Tomorrow se révèle bien vite comme une grosse machine efficace, relativement pêchue mais très creuse, heureusement portée par une Emilie Blunt ahurissante de charisme. Excellant dans son rôle de femme soldat badass, elle vole sans peine la vedette à un Tom Cruise fidèle à lui-même, c’est-à-dire convaincant mais presque transparent.

Au final, il n’y a pas grand-chose de plus à rajouter à propos du film de Liman, film qui aurait grandement bénéficié de l’apport d’un réalisateur capable d’y insuffler une vraie identité visuelle, là où cet Edge of Tomorrow a tout du blockbuster générique mais généreux tout juste destiné à accompagner un bon gros paquet de popcorn. C’est toujours ça de pris, cela dit.


Critique de Edge of Tomorrow - Et c’est reparti pour une boucle !
Par : Nicolas Zinque

Après Oblivion en 2013, Tom Cruise poursuit son retour vers la pure science-fiction, sous les commandes d’un Doug Liman, à qui l’on doit des films efficaces (La Mémoire dans la Peau), à défaut d’être toujours brillants (Jumper). Son dernier film, Edge of Tomorrow, est une véritable machine de guerre, qui mitraille le spectateur d’action et de fun.

Edge of Tomorrow agit tel un commando US face à Ben Laden : il tire droit à la cible, sans se préoccuper du reste. Et cela commence dès les premières minutes, quand il s’agit de poser le contexte de l’histoire : un compte-rendu balancé sous forme de nouvelles télévisées. Pas élégant pour un sou, mais redoutable d’efficacité. Même idée sous-jacente quand il s’agit d’évoquer textuellement les batailles les plus violentes du XXe siècle, comme Verdun ou le débarquement de Normandie. Pas besoin de beaucoup de mots pour sous-entendre la boucherie qui s’annonce. Le film se pose comme une étrange fusion (futuriste) d’Il faut sauver le Soldat Ryan et d’Un jour sans fin : l’action d’un côté, l’humour et le concept de la boucle temporelle de l’autre. Doug Liman ne réinvente pas la poudre, à aucun moment il n’innove véritablement. Mais il parvient à extraire le meilleur des concepts qu’il emprunte. Le récit repose entièrement sur ce principe de mort-renaissance, sur cette journée qui ne cesse de rebooter. C’est là que débute un fabuleux exercice d’équilibriste, visant à montrer toujours « la même chose » sans lasser. Pour y parvenir, Liman trouve un rythme tout simplement bluffant, alternant longues scènes et plans très courts, souvent humoristiques, durant lesquels Tom Cruise se vautre misérablement dans ses tentatives.
Même avec les meilleures intentions du monde, les variations de cette construction narrative peuvent vite lasser, et c’est précisément aux moments où naît dans notre cerveau la pensée qu’il faudrait passer à autre chose, que Doug Liman le fait. Au gré d’un scénario et d’un montage – sur ce point- très inspiré, Edge of Tomorrow aligne plusieurs blocs narratifs bien distincts, qui vont parfois lorgner du côté de la course-poursuite ou de l’infiltration. Des bols d’airs nécessaires, et qui renouvellent donc suffisamment les péripéties de Tom Cruise pour qu’on ne s’ennuie pas, d’autant plus que le réalisateur a la sagesse d’user de son concept avec de plus en plus de réserve avec la progression du récit. A l’inverse, il ne s’arrête à aucun moment d’offrir de l’action de qualité. Pas un moment de répit, juste une impression de fun permanent ! On se retrouve comme un petit (ou grand !) enfant au parc d’attraction. Explosions de couleurs, grand huit extra-terrestre,… Edge of Tomorrow fait partie de ces blockbusters qui parviennent à faire accepter ses aspects les moins réussis, en s’offrant généreusement au spectateur. Cette victoire passe par une sobriété, de mise dans la réalisation et les effets spéciaux. Rien de révolutionnaire, rien d’inoubliable, mais le tout fonctionne de manière cohérente (par exemple, la transition entre effets numériques et effets de plateau est invisible). Il en va de même pour les personnages, pas forcément nuancés, mais qui, à défaut d’être des rôles d’anthologie, ne flinguent pas le récit. Une fois l’euphorie et l’adrénaline redescendue, on se rend compte, naturellement, que le scénario dérape plus d’une fois. Des comportements difficilement explicables (le refus de tous les soldats de montrer à Cage où se situe la gâchette de son arme, un artifice scénaristique grossier pour montrer la « virilisation » future du personnage) des bouts de séquences embarrassants à résoudre et expédiés sans explication (l’échappée de l’hôpital ?), des personnages secondaires sous-développés (en partie à cause de scènes coupées, ce qui entraîne d’ailleurs des incompréhensions dans la dernière demi-heure), et une fin qui passe à côté de son sujet,… la liste des incohérences, petites et grandes, ne s’arrête pas là.

On n’ira pas jusqu’à cautionner les errances d’Edge of Tomorrow, mais, pour une fois, celles-ci profitent à une action réussie et à une efficacité de tous les instants. Doug Liman n’est pas le plus grand réalisateur, mais il offre un film d’action prenant et très généreux. Un film sans génie, peut-être, mais un blockbuster qui fait le métier. Et de manière professionnelle.


Commentaires sur le film

4 etoiles

coups de coeurCoup de coeur !

Pour ma part j’ai été agréablement choqué bluffé par ce film, il mérite 4/5.

19 juin 2014 à 06:06 | Par greg

2 etoiles

Scénario original parfois proche des jeux vidéo, je n’ai pas vraiment accroché. Bon effets spéciaux toutefois

5 novembre 2014 à 17:11 | Par lefebvre

Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Galerie photos

photo 46681 photo 46682 photo 46683
Voir la galerie complète

Récentes critiques

affiche du film
Jessie
2017
affiche du film
The Babysitter
2017
affiche du film
Ça
2017
affiche du film
The Black Room
2016
affiche du film
Spider-Man: Homecoming
2017
affiche du film
Okja
2017
affiche du film
Underworld: Blood Wars
2016
affiche du film
Wonder Woman
2017
affiche du film
Pirates des Caraïbes : La vengeance de Salazar
2017
affiche du film
The End
2016

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage