Critique de film

pub

Eaters

"Eaters"
affiche du film

Un monde qui se retrouve gouverné par des hordes de morts-vivants après avoir été dévasté par une épidémie mortelle. Enfermés dans une forteresse qui a été transformée en abri et centre de recherche, trois hommes - les chasseurs de zombie Igor et Alen et un scientifique dénomé Gyno - essaient de trouver une réponse à ce qui est arrivé à l’espèce humaine.

pub


Trailer - Eaters (2010)
Par : Damien Taymans

Les critiques à propos de ce film

Critique de Eaters - Bouffés par leur médiocrité
Par : Quentin Meignant
Tags : Zombies, Action, BIFFF 2011

La renaissance du film de zombie à l’italienne ? Tout le monde en rêvait et c’est sans doute pour cela que Eaters, de Marco Ristori et Luca Boni, était tant attendu avant sa projection lors du BIFFF 2011 où il concourait dans la Compétition Méliès. Alors que Lucio Fulci, Umberto Lenzi et bien d’autres avaient laissé une empreinte intemporelle dans l’univers des goules, les deux cinéastes avaient la lourde tâche de rendre grâce à leurs glorieux ainés. Soutenu par Uwe Boll, qui l’a ajouté à son très fourni catalogue, le métrage prend place dans un monde qui a été dévasté par une terrible épidémie et qui est désormais régi par les morts-vivants. Enfermés dans une forteresse, abri transformé pour l’occasion en un centre de recherche, des hommes vont essayer de trouver une réponse à ce qui s’est passé à la race humaine.

Cette réponse doit s’acquérir en sortant de labri… et c’est dès cet instant que les choses se corsent pour Eaters. Luca Boni et Marco Ristori, aussi auteurs du scénario, ne parviennent en effet jamais à rendre l’intrigue un minimum intéressante, préférant balancer a vollo des séquences d’action et de fusillade tout simplement imbuvable. Ce constat intervient dès le début de l’œuvre qui s’étire péniblement sur 1h30, là où un court-métrage sur le même thème et avec le même traitement aurait déjà paru trop long.

Non contents de livrer un spectacle gratuit et de très mauvaise facture au niveau de la mise en scène, les deux « cinéastes » agitent leur caméra dans tous les sens au point de faire d’Eaters un vomitif idéal. Ne maîtrisant en aucun moment les aspects techniques d’une œuvre qu’ils pensent pleine, Boni et Ristori semblent se regarder filmer sabordant le peu d’espoir restant avec une B.O. soûlante à souhait. Créée par le néophyte Justin Bennett, celle-ci se résume en 90 minutes d’hardcore agressif et inutile, à mille lieues du manque de tension dont l’œuvre fait preuve.

Sorte de clip saccadé et vomitif long d’1h30, Eaters est l’une des œuvres les plus détestables jamais élaborées. Jamais dans le ton du zombie flick même le plus minable, le film de Boni et Ristori prouve à lui seul que le cinéma italien aura du mal à sortir la tête de l’eau dans les années à venir, mais aussi qu’Uwe Boll devrait regarder plus attentivement les films qu’il ajoute à son catalogue.


Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Galerie photos

photo 22586 photo 22587 photo 22588 photo 22589
Voir la galerie complète

News associées (1)

janvier 2010
Uwe Boll produit des zombies (...)
30/01/2010

Récentes critiques

affiche du film
The Babysitter
2017
affiche du film
Ça
2017
affiche du film
The Black Room
2016
affiche du film
Spider-Man: Homecoming
2017
affiche du film
Okja
2017
affiche du film
Underworld: Blood Wars
2016
affiche du film
Wonder Woman
2017
affiche du film
Pirates des Caraïbes : La vengeance de Salazar
2017
affiche du film
The End
2016
affiche du film
Small Town Killers
2017

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage