Critique de film

pub

The Detective

"C+ jing taam"
affiche du film

Tam est détective privé dans une Bangkok moderne et touffue. Sans réelle activité jusqu'à l'arrivée de Lung, grand échalas terrifié, ses journées semblent se limiter à la monotonie d'une vie faite d'ennuis et de vaines réflexions. Or, ce dernier lorsqu'il entre dans son bureau est persuadé qu'une femme, Sum, veut le tuer...Tam, décontenancé lorsque celui-ci lui montre sa photo, rejette sa proposition jusqu'au moment où ce dernier dépose sur le bureau encombré, une liasse d'argent qui ne laisse pas de doute. Dès lors, notre enquêteur motivé prend les choses en main et part à la recherche de la jeune femme...

pub


Trailer - The detective (2007)
Par : Damien Taymans

Les critiques à propos de ce film

Critique de The detective - Nicky Larson, es-tu là ?
Par : Quentin Meignant
Tags : Psychologique

Oxide Pang qui réalise un film sans son jumeau Danny, avouons de suite que c’est assez rare et que c’est donc avec une certaine curiosité que l’on s’apprête à découvrir le film d’un seul des deux frères.

Après s’être totalement fourvoyés aux States avec le plus que moyen The messengers, les frères Pang ont sans doute eu le besoin de redorer quelque peu leur blason. Quoi de mieux donc que de rentrer chez soi, à Hong Kong, pour réaliser quelques films afin de se refaire une santé. C’est sans doute ce qu’a dû se dire Oxide en lançant le projet The detective, film mettant en scène Tam, un détective aussi nul dans sa profession que drôle par ses multiples gaffes.

Dès le départ, les cartes sont ainsi distribuées. La musique du générique, où l’on peut observer le héros dans son train-train quotidien (on le voit notamment se… brosser les dents !), est une sorte de remix disco japonais du plus bel effet et son caractère amusant donne clairement le ton : Oxide Pang a, en grande partie, voulu nous amuser avec un de ses nouveaux délires.

Ce ton léger est aussi donné par les dialogues enjoués de Tam. Ainsi, le bon Choi vient le voir pour lui déclarer que quelqu’un le suit. Un petit blanc s’ensuit avant que le héros ne dise : « Ben non, y’a personne derrière toi ! ». Certes ce n’est pas très relevé mais ça a la furieuse tendance à nous faire sourire et, après tout, c’est déjà ça !

La suite s’annonce en effet un peu plus chaotique pour Pang qui a visiblement éprouvé quelques difficultés à trouver une vraie intrigue à son métrage. Bien sûr, l’enquête est là et les morts ne tardent pas à pleuvoir, mais on ne peut pas dire que l’ensemble soit haletant ou éprouvant, loin s’en faut !

Ainsi, dès la première scène un peu angoissante, c’est-à-dire la découverte d’un pendu, on comprend que Pang n’est pas à l’aise : la musique est totalement surfaite et le montage laisse à désirer, ce qui engendre une certaine incompréhension et un manque flagrant d’intérêt chez les spectateurs.

Ce manque d’intérêt pour une intrigue qui reste assez floue perdurera hélas jusqu’à la fin du film. Le seul intérêt réside donc en cet humour très puissant qui est dégagé par l’acteur principal, Aaron Kwok, et des dialogues d’une infinie qualité.

En fait, on a clairement l’impression d’assister à un manga tantPang a pioché dans ce registre du début à la fin. Tam est la personnification parfaite de Nicky Larson : coureur de jupon à ses heures, il s’échine maladroitement à faire la lumière sur une affaire où il enchaîne les gaffes et les décès suspects.

C’est ainsi que nous nous laissons tranquillement bercé par une histoire sans queue ni tête qui a tout de même le mérite de faire rire. Les saignements de nez causés par les excitations sexuelles de Tam rappellent avec bonheur ceux de Tortue Géniale de Dragonball. C’est donc aussi avec un brin de nostalgie qui souffle alors sur le public.

Hormis cette qualité humoristique incroyable, on peut aussi relever certains éléments horrifiques assez réussis comme le visage du pendu. Bleui, ce dernier donne réellement une impression d’épouvante, hélas trop rarement ressentie dans le film.

Certaines surprises viennent aussi ébranler les cœurs comme le dénouement d’une course poursuite en voiture où un éléphant meurt, renversé, dans d’atroces souffrances. Assez déroutante, cette scène fait rire et pleurer à la fois et donne un impact supplémentaire à l’action.

Par contre, là où le bât blesse atrocement, c’est lors des déductions fumeuses vers lesquelles nous entraîne Oxide. Lors de ces séquences, on s’ennuie ferme et, surtout, on reste éloignés et indifférents d’une intrigue qui nous laisse totalement froids.

Pang nous sort aussi les violons (au propre comme au figuré) à certains moments en nous narrant la triste histoire de l’enfance de Tam. C’est proprement ridicule et cela interfère complètement avec le reste de l’enquête.

Ces faits seront néanmoins raccordés aux événements présents de manière affreusement ridicule sur la fin, le corps des parents de Tam étant découverts dans une fosse à ordures 30 ans après leur mort.

Le final est d’ailleurs ce qui pouvait arriver de plus préjudiciable à l’œuvre d’Oxide Pang et c’est donc en restant totalement sur notre faim que le film se termine. Le film est donc à voir comme un retour aux sources de la part d’un réalisateur bien sympathique. Très drôle, il faut regarder ce film comme on regarde un manga : en se libérant totalement des idées préconçues sur ce qu’est un vrai bon film !

Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Galerie photos

photo 18884 photo 18885 photo 18886 photo 18887 photo 18888
Voir la galerie complète

Récentes critiques

affiche du film
Ça
2017
affiche du film
The Black Room
2016
affiche du film
Spider-Man: Homecoming
2017
affiche du film
Okja
2017
affiche du film
Underworld: Blood Wars
2016
affiche du film
Wonder Woman
2017
affiche du film
Pirates des Caraïbes : La vengeance de Salazar
2017
affiche du film
The End
2016
affiche du film
Small Town Killers
2017
affiche du film
The Circle
2017

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage