Critique de film

pub

Démons 2

"Demoni 2: l’incubo ritorna"
affiche du film

Au septième étage d'un immeuble, la fête bat son plein pour l'anniversaire d'une jeune fille. Le reste de l'immeuble tente de ne pas s'endormir devant un film de démons. La jeune fille pénètre dans sa chambre pour essayer une nouvelle robe quand surgit de son poste de télévision un des terribles démons...

pub


Trailer - Démons 2 (1986)
Par : Damien Taymans

Les critiques à propos de ce film

Critique de Démons 2 - Suite minable
Par : Quentin Meignant
Tags : Diable et démons

Sans doute une des pires suites de l’histoire du cinéma ! Ce n’est pas peu dire ! Vu la qualité du premier opus, nous nous attendions à tout autre chose ! Le démon qui sort de la télévision est l’exemple flagrant que ce film n’aurait sans doute jamais dû exister. Tout ceci est d’un ridicule sans nom !

Lamberto Bava (The Torturer) a essayé de créer une copie conforme de Demoni et il a échoué ! Aucune nouveauté au point de vue des meurtres n’est présente dans ce film et la seule innovation coule complétement l’ensemble de l’œuvre : les démons se déplacent en meute et rient aux éclats, ce qui fait que le film tourne à la bouffonnerie au bout de 10 minutes.

C’est le temps qu’il faut pour comprendre qu’il vaut mieux enlever le film du lecteur… Deux petits points positifs tout de même : lors des mutations, la caméra zoome vers la bouche des acteurs, ce qui nous permet de profiter de la chute des dents, qui se révèle vraiment étonnante. Deuxièmement, la mutation du chien a un petit côté sympathique et est fort réussie.

Ajoutez à tout ceci le happy end habituel (on le tolérait pour le premier opus mais là, vu le jeu des acteurs, on n’en avait pas trop envie) et vous obtenez le résultat le plus pitoyable de toute la filmographie de Lamberto Bava !


Critique de Démons 2 - Suite poussive
Par : Damien Taymans

Tiré d’une brillante idée originelle de Dardano Sacchetti, Démons s’affranchissait finalement de son gimmick « cinéma comme miroir de la réalité » pour n’être plus qu’une course-poursuite bordélique entre démons primitifs et spectateurs pas plus évolués dans les couloirs d’un cinéma démoniaque. Profitant peu de la métaphore inventive, Bava fils, Argento père et Ferrini échafaudèrent une sorte de pendant transalpin aux récents succès zombiesques américains Zombie et Evil Dead sans atteindre la qualité formelle ou structurelle de l’un ou de l’autre.

Plaisanterie de bien mauvais goût, Démons capitalisait uniquement sur les litres d’hémoglobine que Bava déversait et les transformations prosthétiques du fidèle Sergio Stivaletti. Le métrage bénéficie contre toute attente d’une très large distribution et s’impose largement sur la scène internationale. Argento et sa DACFilm Rome remettent directement en chantier une suite au film de Lamberto Bava. L’essentiel de l’équipe technique du premier film à nouveau réunie, le développement de la séquelle peut commencer, à la hâte, afin de coller au plus près, temporellement parlant, du premier opus. Pourtant, si l’intitulé s’inscrit dans la lignée du premier film en mettant en exergue des démons qui n’en sont pas réellement, cette nouvelle volée évite soigneusement l’abouchement avec Démons et emprunte plutôt le chemin du remake inepte. L’invasion démoniaque qui clôturait le premier volet est envoyée au bac et l’immuable quatuor de scénaristes opte pour une relecture sommaire (et tout aussi désordonnée) des événements de 1985. L’écran de cinéma est ainsi troqué pour la lucarne télévisuelle tandis que l’action prend place dans un building et délaisse le sacro-saint cinoche de quartier. Pourtant, la recette reste toujours aussi fade : le parallélisme entre fiction et réalité n’est traité que le temps d’une séquence via un emprunt patent au Videodrome de Cronenberg (le démon qui s’extirpe de l’écran) avant que ne reprenne l’habituelle chasse des forces démoniaques à l’encontre des foules apeurées, cloîtrées dans un immeuble hermétiquement isolé.

A l’image d’Evil Dead 2, Démons 2 expurge tout premier degré et se transforme en une immense farce cartoonesque (ici involontaire) qu’abreuvent une pluie de geysers rouges. Nettement moins travaillés (par faute de temps), les effets de Stivaletti ne réussissent pas à convaincre et se vautrent souvent en grandiloquentes poilades pas toujours très amusantes : l’ersatz de Gremlins au postérieur de babouin et le chien possédé par un modèle réduit d’Alien attestent de cette volonté de s’engouffrer dans le spectacle grand-guignol au gré de substituts cheap en latex et de maquillages imparfaits.

Démons 2, relecture foirée d’une œuvre dispensable, reprend à la lettre tous les gimmicks du premier épisode, au risque de s’embourber dans le « déjà-vu ». Maigre compensation : le boutage de l’incapable Fiore Argento pour un autre membre de la famille, la mignonne Asia qui éblouit la pellicule lors de ses très rares apparitions.


Oeuvres liées :

Démons

Commentaires sur le film

5 etoiles

coups de coeurCoup de coeur !

je conseille pa de le regarder dans le noir et ni tou seul et surtou pa a des enfant deja ma couzine avai 14 ans kan el la vu el a été tromatisé ce film et le pire ke g vu en gros geniale et supert bien fait il reste dans les meilleur ke g vu juske la apré bin a vou de voir

21 avril 2009 à 00:04

5 etoiles

coups de coeurCoup de coeur !

je conseille pa de le regarder dans le noir et ni tou seul et surtou pa a des enfant deja ma couzine avai 14 ans kan el la vu el a été tromatisé ce film et le pire ke g vu en gros geniale et supert bien fait il reste dans les meilleur ke g vu juske la apré bin a vou de voir

21 avril 2009 à 00:04
naze !

1 etoiles

daube Daube !

Après trois visions (une tous les dix ans !) j’en suis maintenant certains, Demons 2 est une suite totalement raté qui ne retrouve jamais l’energie gore de l’original. Une étoile pour quelques grands moments de solitude involontairement hilarants et la présence d’Asia. C’est peu !

2 mai 2009 à 15:05 | Par hellrick

Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Galerie photos

photo 18233 photo 18234 photo 18235 photo 18236 photo 18237 photo 18238
Voir la galerie complète

Récentes critiques

affiche du film
The Babysitter
2017
affiche du film
Ça
2017
affiche du film
The Black Room
2016
affiche du film
Spider-Man: Homecoming
2017
affiche du film
Okja
2017
affiche du film
Underworld: Blood Wars
2016
affiche du film
Wonder Woman
2017
affiche du film
Pirates des Caraïbes : La vengeance de Salazar
2017
affiche du film
The End
2016
affiche du film
Small Town Killers
2017

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage