Critique de film

Undead

"Undead"
affiche du film
  • Genre : Horreur - Morts-vivants
  • Année de production : 2003
  • Sortie belge : 0000-00-00
  • Réalisateur : Peter Spierig, Michael Spierig
  • Pays d'origine : Australie
  • Durée : 1h37
  • Budget : 1 millions de dollars australiens
  • Scénariste : Peter Spierig, Michael Spierig
  • Musique : Cliff Bradley
  • [
  • Bande annonce
  • ]
  • Casting : Felicity Mason, Mungo McKay, Rob Jenkins, Lisa Cunningham, Emma Randall, Dirk Hunter
  • Récompenses : Nominé au Meilleur film à Fantasporto en 2003
    Nominé à l'Independent Spirit Award en 2003
    Prix FIPRESCI au festival de Melbourne en 2003
    Nominé au Prix du Meilleur film à Sitgès en 2003

Berkeley, un paisible village australien de pêcheurs, ses gentils habitants, son golf, son lac... Un cadre idyllique jusqu'à ce qu'une pluie de météorites transforme tout être vivant en créature assoiffée de sang. C'est le moment que choisit Rene, beau brun de fille, pour rejoindre la grande ville et tenter une autre vie. Rapidement, elle se retrouve prise en chasse par une bande de zombies affamés de chair fraîche. Seul refuge, la ferme de Marion, l'illuminé du village convaincu d'être en mission pour sauver l'humanité. Très vite, ils sont rejoints par un jeune couple et deux policiers qui ont échappé à l'épidémie. Ces six survivants sont-ils le dernier espoir pour sauver la Terre ?

Les critiques à propos de ce film

Critique de Undead - Des zombies à la sauce western...
Par : Damien Taymans


Les films de zombies constituent l’une des pierres angulaires du cinéma de genre. Représentatifs du cinéma d’horreur, ils sont surtout très représentés dans le panorama cinématographique, devançant les films de vampires et de bêtes tueuses… Les zombie movies se paient en plus le luxe de se constituer en sous-genres très différents : inspiration vaudou, œuvre sociologiques, pamphlets antimilitaristes, comédies gore, … Tout est bon pour élargir les horizons et permettre au thème de varier fréquemment.

Fraîchement débarqué du pays des kangourous, Undead fait partie de la lignée des comédies gore mais amène tout de même son lot de surprises. Il ne se borne pas à reproduire les œuvres précédemment réalisées dans le même genre (même si l’on ressent ci et là les traces indélébiles des Peter Jackson et autres Sam Raimi). Les frères Spierig, à qui l’on devait notamment une trilogie de courts sur le sujet des undeads, s’essaient ici à livrer un pastiche comico-gore des films de morts-vivants, westerns et films de science-fiction.

Le métrage participe agréablement à louer chacun de ces trois genres non sans les tourner en dérision maintes et maintes fois. Les épanchements goresques de certaines scènes raviront les amateurs de ciné d’horreur, les gunfights hyperboliques enchanteront les amateurs du genre spaghetti et les apparitions extraterrestres feront battre le cœur des amoureux des dossiers X. Tout cela servi sur un fond inéluctable de comédie craspeque et de gros humour qui tache. Entre deux cervelles explosées les répliques valent le détour et nous permettent de passer un bien bon moment.

Plus étonnant encore, la technique n’est pas oubliée au profit d’une action rythmée et savoureusement drôle. Les frangins parviennent même en soignant leur image et leurs effets à faire oublier le budget moyen de départ. Certaines productions américaines plus onéreuses n’arrivent pas à la cheville d’un point de vue formel de ce film (pensons à Uwe Boll qui foire films après films malgré des moyens conséquents).

On se dit alors que Undead a de quoi rivaliser avec les plus grands et donner du fil à retordre aux Evil dead, Bad taste ou le plus récent Black sheep… Malheureusement, il n’en est pas ainsi. Si les situations rocambolesques sont le lot flagrant du métrage, il faut avouer que certaines scènes tombent à plat et que l’ensemble, trop porté sur la chose, en subit les conséquences. De même, le manque cruel de scénario se ressent assez rapidement et on a de plus en plus de mal à suivre le tout tant les gags fusent de tous côtés au détriment d’une histoire bâtie sur un filin très fragile.

En définitive, Undead ressemble à l’une de ces machines efficaces mais mal entretenues qui tombent en panne tous les trois jours. Ne prenant pas le temps qu’il faut pour en huiler les pièces maîtresses, les réparateurs Spierig sont parvenus à endommager un dispositif prometteur…

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage