Critique de film

Violent Kind (The)

"The Violent Kind"
affiche du film
  • Genre : Science-fiction, Horreur
  • Année de production : 2010
  • Sortie belge : 0000-00-00
  • Réalisateur : Mitchell Altieri, Phil Flores
  • Pays d'origine : USA
  • Durée : 1h25
  • Scénariste : Adam Weis, Mitchell Altieri, Phil Flores
  • Musique : Joshua Myers
  • [
  • Bande annonce
  • ]
  • Casting : Cory Knauf, Tiffany Shepis, Christina McDowell, Bret Roberts, Taylor Cole, Nick Tagas, Joe Egender, Samuel Child, Joseph McKelheer
  • Récompenses : Film le plus MAD au NIFFF 2011

Descendant paumé d’une lignée notoire de bikers ultra violents, Cody se rend à un anniversaire au fin fond d’une forêt (forcément) très sombre. Alors que la fête bat son plein – sexe, drogue et rock’n’roll – Michelle, l’ex de Cody, est retrouvée couverte de sang et en proie à des convulsions terrifiantes. Loin d’être au bout de leurs surprises, Cody et ses potes sont ensuite assaillis par un gang de rockers sortis tout droit des 50’s et arborant des bananes à faire pâlir d’envie Dick Rivers. Il s’avère rapidement que ces nouveaux arrivants ont un objectif pour le moins satanique…

Les critiques à propos de ce film

Critique de The Violent Kind - Rencontre du 5ème type
Par : Quentin Meignant








Autoproclamés Butcher Brothers avant même la sortie de leur premier succès, The Hamiltons, Mitchell Altieri et Phil Flores font partie des cinéastes indépendants américains à tenir à l’œil. Leur amour du genre n’étant plus à prouver, c’est avec grand plaisir qu’on les retrouvait aux commandes de The Violent Kind lors du NIFFF 2011, événement au bout duquel ils ont reçu le prix du film « le plus MAD », décerné par les chroniqueurs de Mad Movies. Le métrage suit Cody, descendant d’un gang de motards ultra-violents, qui vient à peine de sortir de prison. Ce dernier se rend dans un endroit perdu où sa mère a décidé de fêter son anniversaire avec tous les membres du clan. Alors que sexe, drogue et rock’n roll sont au rendez-vous, l’ex de Cody, une chaudasse notoire, est découverte pleine de sang et en proie à des convulsions terrifiantes. Visiblement possédée, la jeune femme s’en prend à tous ceux qui l’entourent. Mais Cody et ses amis ne sont pas au bout de leurs surprises puisqu’ils sont assaillis par un gang de rockers tout droit sortis des années 50. Entre les bananes à la Elvis et les bikers, la lutte va être terrible…

Lançant leur œuvre sur les chapeaux de roues (ce qui tombe bien pour un film de bikers), les Butcher Brothers posent rapidement les bases de leur futur succès : dépeignant avec volubilité les personnages et codes d’une société à part, les cinéastes instillent d’emblée à l’œuvre un caractère très spécial, lorgnant bien souvent vers les classiques du genre. Assez proche d’Easy Rider dans son traitement de base, The Violent Kind bascule néanmoins rapidement vers le surnaturel avec la possession de Michelle, incarnée avec brio par l’excellente Tiffany Shepis. Les effets sanguinolents se multiplient alors avec une certaine réussite, Margaret Caragan et son équipe remplissant parfaitement leur tâche.

Spectaculaire par moments, The Violent Kind s’appuie aussi sur un casting efficace et sur un script pour le moins original. Après avoir fait dans le film de bikers, le métrage évoque aussi bien Evil Dead que La Maison au fond du Parc pour finalement s’orienter vers un final à la Rencontres du Troisième Type. Délire totalement foutraque et joyeusement bordélique, le film des Butcher Brothers fait preuve d’une curieuse alchimie fonctionnant à merveille, sorte de mélange de genres logiquement incompatibles.

Comptant sur une direction artistique au top et sur une bonne humeur jamais démentie, Phil Flores et Mitchell Altieri offrent une nouvelle déclaration d’amour au cinéma de genre et prouvent que ce dernier peut sans cesse se réinventer. Qu’on l’aime ou qu’on le déteste, The Violent Kind est typiquement le genre de film qui ne peut laisser personne indifférent.


Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage