Critique de film

Le Lorax

"Dr. Seuss' the lorax 3D"
affiche du film
  • Genre : Animation, Fantastique
  • Année de production : 2012
  • Sortie belge : 0000-00-00
  • Réalisateur : Chris Renaud, Kyle Balda
  • Pays d'origine : USA
  • Durée : 1h34
  • Budget : 70 millions de dollars
  • Scénariste : Ken Daurio, Cinco Paul, Dr. Seuss
  • Musique : John Powell
  • [
  • Bande annonce
  • ]
  • Casting : Zac Efron, Taylor Swift, Danny DeVito, Ed Helms, Betty White
  • Récompenses : --

Malgré les avertissements du protecteur de la nature, le Lorax, un entrepreneur avide dépeuple une forêt de ses arbres Truffula pour fabriquer des vêtements. Les conséquences sont désastreuses car tous les animaux partent...

Les critiques à propos de ce film

Critique de The Lorax - When nature speaks
Par : Samuel Tubez




Moins célèbre que Le Grinch, Le Chat chapeauté ou même Horton, Le Lorax est la dernière œuvre du fabuleux Dr Seuss a voir le jour sur grand écran sous l’égide d’Illumination Entertainment (Moi, moche et méchant) et Universal Pictures, déjà responsable des récentes adaptations du célèbre artiste. Un gros divertissement pour toute la famille, donc, bien décidé à nous casser les oreilles avec sa morale écolo archi-rabattue.

Dans un monde aseptisé dénué de végétation et dirigé par un mégalo qui vend littéralement à ses ouailles de l’air en bouteille, le jeune Ted va franchir la frontière de la ville afin de trouver un arbre pour sa ravissante voisine dont il est tombé amoureux. Découvrant une nature dévastée, il demandera de l’aide à un vieux grincheux qui lui racontera les circonstances de ce carnage, à savoir son histoire, et sa rencontre avec le gardien de la forêt, le Lorax.

A l’issue de la projection, on se retournera immédiatement vers Wall-E qui, sur un sujet similaire, avait su faire preuve d’intelligence et de subtilité en véhiculant un incroyable flot d’émotions mélancoliques. Rien à voir avec Le Lorax, un divertissement grand public naïf, sans aucune ambiguïté et ultra moralisateur. Le film de Chris Renaud et Kyle Balda (Moi, moche et méchant, paraît qu’il y en a qui aiment…) semble n’être calibré que pour les plus petits qui devraient s’enchanter des belles images et de l’univers aussi chatoyant que délirant du Dr Seuss, qui est ici au demeurant plutôt bien mis en image (et dans une 3D pas trop dégueulasse, pour le coup). Cela et rien de plus, les plus grands risquant par contre d’être terriblement agacés par la naïveté et par le manque de profondeur de l’œuvre, ainsi que par l’omniprésence de chansons très candides (Zac Efron pousse la chansonnette en vo tandis que Kev Adams s’y colle pour la vf). Bref, mieux vaut revoir les versions animées à l’ancienne par Chuck Jones (Horton hears a Who ! et How the Grinch stole Christmas ! avec la voix de Boris Karloff, un régal !) et Hawley Pratt (The Cat in the hat et The Lorax), adaptations courtes mais toujours aussi indétrônables des œuvres du génial illustrateur américain.

Une fois de plus, cette adaptation « moderne » du Dr Seuss à destination des plus petits s’avère décevante, arborant un ton incroyablement moralisateur et n’apportant que très peu d’idées neuves par rapport à l’œuvre originale. Dans un même registre « écolo animé », on préfère de loin le formidable Wall-E.


Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage