Critique de film

Spider-Man 2

"Spider-Man 2"
affiche du film
  • Genre : Fantastique – Super-héros
  • Année de production : 2004
  • Sortie belge : 2004-07-14
  • Réalisateur : Sam Raimi
  • Pays d'origine : USA
  • Durée : 127 minutes
  • Budget : 200 millions de Dollars
  • Scénariste : Alfred Gough, Alvin Sargent, David Koepp, Michael Chabon, Miles Millar
  • Musique : Danny Elfman
  • [
  • Bande annonce
  • ]
  • Casting : Tobey Maguire, Kirsten Dunst, James Franco, Alfred Molina, Rosemary Harris, Dylan Baker
  • Récompenses : Oscar des Meilleurs Effets Visuels en 2004
    Saturn Award du Meilleur Film Fantasy, Meilleur réalisateur (Sam Raimi), Meilleur acteur (Tobey Maguire), Meilleurs effets visuels et Meilleur Scénario en 2005
    BMI Film Music Award (Danny Elfman) en 2005
    Critics Choice Award du Meilleur Film Populaire en 2005
    Empire Award du Meilleur réalisateur (Sam Raimi) en 2005
    Golden Satellite Award du Meilleur DVD en 2005
    Teen Choice Award du Meilleur Film de l'Eté en 2005
    VES Awards du Meilleur Acteur (Alfred Molina), Meilleur Environnement et Meilleur Outstanding Compositing en 2005
    Taurus Award de la Meilleure Cascade en 2005

Ecartelé entre son identité secrète de Spider-Man et sa vie d'étudiant, Peter Parker n'a pas réussi à garder celle qu'il aime, Mary Jane, qui est aujourd'hui comédienne et fréquente quelqu'un d'autre. Guidé par son seul sens du devoir, Peter vit désormais chacun de ses pouvoirs à la fois comme un don et comme une malédiction. Par ailleurs, l'amitié entre Peter et Harry Osborn est elle aussi menacée. Harry rêve plus que jamais de se venger de Spider-Man, qu'il juge responsable de la mort de son père. La vie de Peter se complique encore lorsque surgit un nouvel ennemi : le redoutable Dr Otto Octavius. Cerné par les choix et les épreuves qui engagent aussi bien sa vie intime que l'avenir du monde, Peter doit affronter son destin et faire appel à tous ses pouvoirs afin de se battre sur tous les fronts...

Les critiques à propos de ce film

Critique de Spider-Man 2 - Une toile jouissive !
Par : Romain Mollet


Dans le lot des adaptations Marvel au cinéma, il y a deux genres : les réussites et les grosses daubes. Parmi ces dernières, on peut nommer Elektra, Ghost Rider et Les Quatre Fantastiques et le Surfer d’Argent (entre autres). Et pour l’autre camp, règne en maître sur les X-Men de Synger, la trilogie de L’Homme-Araignée par Sam Raimi, et particulièrement ce second volet, qui a tous les atouts pour être considéré comme un chef-d’oeuvre.

Nous retrouvons donc notre looser préféré Peter Parker (toujours formidablement interprété par Tobey Maguire) qui, après avoir découvert le passage à la maturité dans un très bon premier opus, va faire face à un ennemi commun de tous les mortels : la confiance. Une confiance toujours trahie dans le film, que ce soit dans le couple impossible Peter/Mary-Jane Watson, ou dans ses relations amicales, ou surtout dans son for intérieur. Une période difficile pimentée par l’apparition d’un nouveau super-vilain, le Docteur Octopus, scientifique de génie devenu incontrôlable qui ne rêve que de se venger de celui qui a fait "échouer" son expérience et l’a ruiné. Un personnage intéressant, parfaitement incarné par le génial Alfred Molina, et qui semblerait avoir une trop grande confiance en lui, d’ailleurs.

Sam Raimi a su prouver, tout comme Tim Burton avant lui, qu’un film de super-héros pouvait facilement allier psychologie et spectaculaire, réalité corroborée par le fait que le métrage tourne plutôt autour de l’anodin Parker au lieu du héros Spidey. Et spectaculaire, car l’équipe d’effets spéciaux de John Dykstra a tout simplement fait un travail fabuleux, et contribué à la réussite de cette alliance avec la mise en scène déjantée et originale de Sam (il n’y a qu’à voir la stupéfiante scène de l’hôpital, celle du métro, ou encore cette courte scène où Spider-man se balade en ville, en fait vue à travers un carreau des lunettes du Doc Ock. Court, mais jouissif.)

Bref, Spider-Man 2 s’impose comme l’une des meilleures références du genre, un pur produit fantastique, à la fois jouissif et émouvant comme on aimerait en voir plus souvent en ce moment. Pourtant 4 ans, c’est pas si vieux !


Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage