Critique de film

Seconds Apart

"After Dark Originals : Seconds Apart"
affiche du film
  • Genre : Thriller horrifique
  • Année de production : 2011
  • Sortie belge : 0000-00-00
  • Réalisateur : Antonio Negret
  • Pays d'origine : USA
  • Durée : 1h30
  • Scénariste : George Richards
  • Musique : Lior Rosner
  • [
  • Bande annonce
  • ]
  • Casting : Orlando Jones, Edmund Entin, Gary Entin, Samantha Droke, Louis Herthum, Morgana Shaw, Monica Acosta, Gabe Begneaud, Kent Jude Bernard
  • Récompenses :

Seconds Apart met en scène deux jumeaux, nés avec un don de télékinésie, prennent plaisir à tuer leurs camarades sans avoir à lever le petit doigt. Bien que soupçonnés par un policier, les preuves et témoignages se font rares.

Les critiques à propos de ce film

Critique de Seconds Apart - Prosy Games
Par : Quentin Meignant




Depuis sa naissance en 2005, la société de production After Dark tente de se faire une place au soleil au niveau du financement d’œuvres de genre. Si la firme excelle au niveau de la distribution d’œuvres étrangères aux Etats-Unis, on ne peut néanmoins pas affirmer que ce succès soit réellement d’application au niveau de la production avec des œuvres peu inspirées telles qu’An American Haunting ou encore L’effet Papillon 3. C’est dès lors dans le but de sortir la tête de l’eau que la société a décidé de mettre sur pieds un double programme intitulé After Dark Originals, composé du très limité Prowl et de Seconds Apart, tous deux présentés lors du BIFFF 2011. Misant sur le génie étranger, After Dark a embauché le metteur en scène Antonie Negret qui, suite à son thriller Hacia la oscuridad, fut classé parmi les dix meilleurs cinéastes latinos par le Hollywood Reporter en 2008. Celui-ci a donc eu pour mission de réaliser Seconds Apart, un film dont les héros sont des jumeaux malfaisants dotés de pouvoirs télékinésiques. Ces derniers prennent plaisir à torturer et à mettre à mort leurs camarades d’école sans avoir à lever le petit doigt. Bien que soupçonnés par un policier, les preuves et témoignages se font rares.

Lancé par une séquence d’entame impressionnante, Seconds Apart est ce qu’il convient d’appeler un ratage quasi intégral. En effet, alors que l’entrée en matière paraissait convaincante, le scénario, signé par l’inconnu Georges Richards, s’enferre rapidement dans des resucées à peine croyable. Tentant de développer une ambiance et des personnages fort proches de ceux que Michael Haneke avait eu le bonheur de créer à l’occasion de ses excellents Funny Games, Seconds Apart s’approche très fort d’une mouvance reprenant à son compter les piliers du cinéma de genre ;

Dès lors, c’est à une espèce de Funny Games surnaturel que se livre un Antonio Negret peu à son avantage derrière une caméra dont les mouvements furent sans doute fort influencés par les producteurs exécutifs Damian Shannon, Mark Swift et Gregory M. Walker. Film de commande pur jus, Seconds Apart ne fait à ce titre preuve d’aucune originalité au niveau de la mise en scène, du montage et du score, l’action s’enlisant peu à peu dans la platitude la plus totale.

Hormis une introduction plutôt sympathique, qui, réellement, méritait meilleure suite, Seconds Apart constitue une œuvre formatée au contenu totalement dispensable. Quasiment détestable, l’ensemble livré par After Dark devrait malgré tout trouver sa place dans les rayonnages de nos vidéothèques… avant de se retrouver rapidement dans tout vide-grenier qui se respecte à un prix plus que démocratique.


Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage