Critique de film

Retour vers le futur 2

"Back to future Part II"
affiche du film
  • Genre : Comédie, Science-Fiction - Terrestre
  • Année de production : 1989
  • Sortie belge : 0000-00-00
  • Réalisateur : Robert Zemeckis
  • Pays d'origine : USA
  • Durée : 1h48
  • Budget : 40 millions de Dollars
  • Scénariste : Robert Zemeckis, Bob Gale
  • Musique : Alan Silvestri
  • [
  • Bande annonce
  • ]
  • Casting : Michael J. Fox, Christopher Lloyd, Lea Thompson, Thomas F. Wilson, Elisabeth Shue, James Tolkan, Jeffrey Weissman, Casey Siemaszko, Billy Zane, J.J. Cohen, ...
  • Récompenses : Meilleurs effets spéciaux aux Saturn Awards 1991
    Meilleur effets spéciaux aux BAFTA Awards 1990
    Meilleure musique de film aux BMI Film & TV Awards 1990
    AOL Movies DVD Premiere Award aux DVD Exclusive Awards en 2003
    Golden Screen 1990
    Meilleur Acteur (Michael J. Fox) et Meilleure Actrice (Lea Thompson) aux Kids' Choice Awards 1990
    Meilleur Film fantastique familial aux Young Artist Awards 1990

Lors de son premier voyage en 1985, Marty a commis quelques erreurs. L'avenir qu'il s'était tracé n'est pas si rose, et son rejeton est tombé sous la coupe du voyou Griff Tannen, qui veut régner sur la ville. En compagnie de son ami Emmett 'Doc' Brown et de sa fiancée Jennifer, Marty va devoir entreprendre un voyage vers le futur, pour tenter de donner un peu plus de moralité à son héritier. Un voyage aux conséquences dramatiques...

Les critiques à propos de ce film

Critique de Retour vers le futur 2 - Biff au pouvoir !
Par : Quentin Meignant


Retour vers le futur avait marqué les esprits en 1985. Grâce à un final qui ouvrait des portes et à un succès international, un deuxième épisode s’imposait. Il a néanmoins fallu quatre an à Zemeckis pour sortir une suite que la planète entière attendait, prête à rire à nouveau des aventures de Marty McFly et du Docteur Emmett Brown.

C’est donc dans la lignée du premier épisode que se lance ce Retour vers le futur 2 : on revoit les dernières scènes de l’opus précédent où le savant fou vient chercher son jeune ami pour partir dans le futur afin de sauver la descendance de ce dernier. L’aventure nous offre donc une vision d’un monde totalement farfelu en 2015 où voitures volantes concurrencent flying skateboards et hommes bioniques gravement fêlés.

On ne change pas une recette qui fonctionne : délires à gogo et frénésie futuriste sont au rendez-vous. Zemeckis nous offre même un nombre impressionnant de clins d’œil au premier opus en nous balançant une course-poursuite quasi-identiquement jouissive entre Marty et le descendant de Biff, Griff. Très rythmée, la première partie du film, débordant d’humour, est un réel régal pour les yeux et les oreilles.

Mais, après avoir assisté à la déchéance de la famille McFly, on ressent comme un goût de trop peu. Où est donc passée la verve du Docteur Brown ? Beaucoup plus effacé, le personnage méritait une toute autre place dans un métrage qui nous aurait alors régalé. Hélas, en guise de rallonge, des discussions vaines viennent un peu saper l’humour ambiant. Malgré tout, les péripéties entraînent nos héros dans une aventure palpitante qui les mènera jusqu’à une dimension parallèle apocalyptique aux décors exquis. Parfaitement travaillés, ceux-ci sont sans aucun doute l’une des plus grandes réussites du métrage. Le côté lugubre de cette phase du film, contrastant avec la première partie plus aérienne, lui offre un second souffle.

C’est dès lors tambour battant que nos héros vont tenter de s’en sortir, donnant lieu à moult quiproquos hilarants mettant en scène les Marty et Docteur Brown de différentes dimensions qui s’entrecroisent tandis que les voyages à différentes époques se multiplient alors jusqu’à un final vraiment très drôle malgré un goût doux-amer de déjà-vu.

Souffrant des mêmes longueurs que dans l’opus précédent et d’une prévisibilité assez agaçante, la fin de Retour vers le futur 2 prouve que cette suite est inférieure à l’œuvre originale. Malgré tout amusant, le film est à voir comme un sympathique divertissement familial qui garde toute sa candeur et ses bons sentiments.


Oeuvres liées :


Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage