Critique de film

Paranormal entity

"Paranormal entity"
affiche du film
  • Genre : Horreur
  • Année de production : 2009
  • Sortie belge : 0000-00-00
  • Réalisateur : Shane Van Dyke
  • Pays d'origine : USA
  • Durée : 1h28
  • Scénariste : Shane Van Dyke
  • [
  • Bande annonce
  • ]
  • Casting : Shane Van Dyke Erin Marie Hogan Fia Perera Norman Saleet
  • Récompenses : Aucune

Samantha, son grand frère Thomas et leur mère Ellen sont une famille qui vient de perdre leur père il y a un an. Ellen essaye de rentrer en contact avec son mari, mais la présence qu'elle ressent devient de plus en plus terrifiante. La famille Finley est alors confrontée à un démon particulièrement agressif.

Les critiques à propos de ce film

Critique de Paranormal entity - Mockbuster insipide
Par : Damien Taymans






Tremblez dans les chaumières, les spectres ne cessent plus de secouer les draps de lits, de faire tanguer les crucifix et d’entrebâiller les portes. Pire, ces cuistres se sont débarrassés de leurs draps séculaires et, génération télé-réalité oblige, ont même l’outrecuidance de mettre en avant leur absence devant une kyrielle de caméras. Dans le même temps, leurs amphitryons ne trouvent rien de mieux à faire que de truffer l’entièreté de leur bicoque de caméscopes qui tournent en boucle pour mieux surprendre les timides exhibitionnistes (un comble !). Faisant suite aux mésaventures de Micah et Katie de Paranormal activity, la tribu de Paranormal entity s’adonne aux mêmes délires obsessionnels de la prise sur le vif de ces manifestations spectrales. Durant une heure et vingt minutes, le spectateur suit hagard le jeune Thomas qui s’émerveille devant chaque phénomène inexplicable, sursaute et s’égosille pour épargner au badaud d’avoir à en faire de même.

Cet énième mockbuster produit par The asylum, tourné en moins de temps qu’il n’en faut pour l’écrire, s’approprie le succès de la sensation créée par Oren Peli la même année. A cette différence près que la mise en scène parcimonieusement échelonnée de Peli se voit remplacée par une surenchère de moments supposément angoissants et que la pseudo-mythologie tissée autour de Paranormal activity (certains naïfs ont à nouveau été piégés par l’apparente réalité des faits) ne trouve aucun écho dans cet étron discount. Shane Van Dyke se contente d’enquiller les manifestations fantomatiques risibles (le démon fait des plaisanteries téléphoniques en pleine nuit, joue les somnambules au plafond et fait grimper la facture d’électricité de la maisonnée en allumant le téléviseur) qui émaillent la vie de sa troupe de comédiens amateurs. Quant aux seules vraies tensions potentielles (les filins à clochettes installés à tous les encadrements de portes), elles sont lamentablement ruinées par une shakycam gerbante.

Rien à sauver donc, me direz-vous ? Détrompez-vous, on se gausse du malheur de ces bonnes gens qui se sont amusées à entrer en contact avec un défunt (le père en l’occurrence) et accueillent en contrepartie un farceur invisible et on se plait à comptabiliser le nombre de "Fuck" précautionneusement distillés dans ce qui ressemble à des dialogues. Bon, m’en vais mater Titanic 2, moi...


Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage