Critique de film

Monstres contre Aliens

"Monsters vs. Aliens"
affiche du film
  • Genre : Animation, science-fiction
  • Année de production : 2009
  • Sortie belge : 2009-04-01
  • Réalisateur : Rob Letterman & Conrad Vernon
  • Pays d'origine : USA
  • Durée : 1h34
  • Scénariste : Maya Forbes, Wallace Wolodarsky, Rob Letterman, Jonathan Aibel, Glenn Berger & Conrad Vernon
  • Musique : Henry Jackman
  • [
  • Bande annonce
  • ]
  • Casting : Reese Witherspoon, Hugh Laurie, Seth Rogen, Will Arnett, Kiefer Sutherland,... (voix originales)
  • Récompenses : aucune

Le jour de son mariage, la jeune Susan Murphy reçoit sur la têteâ

Les critiques à propos de ce film

Critique de Monstres contre Aliens - La rumba des monstres
Par : Samuel Tubez






Dreamworks propose du lourd avec ce Monstres contre Aliens proposé « in tru 3D » dans les salles équipées. Design parfait, références en pagaille, rythme trépidant, les petits comme les grands devraient être à coup sûr conquis !

Le jour de son mariage, la jeune Susan Murphy reçoit une météorite sur la tête qui la transforme en un monstre de plus de 20 mètres. L’armée entre alors en action sans plus tarder et l’incarcère dans une prison top secrète. Rebaptisée Génormica, Susan fait connaissance avec ses compagnons d’infortune : le brillant Dr Cafard, l’hybride aquatique appelé Maillon Manquant, l’indestructible et gélatineux BOB et le gigantesque Insectosaure. L’heure de la délivrance ne tarde pas à sonner pour tous ces Monstres, car voici qu’un mystérieux et maléfique robot se pose sur notre planète et se met à y causer de sérieux dégâts. Le Président, cédant aux pressions du général Putsch, décide alors d’enrôler les Monstres pour contrer les envahisseurs et sauver le monde civilisé d’une destruction imminente…

A l’image d’un Kung Fu Panda bourré d’influences issues des films d’arts martiaux, Monstres contre Aliens joue avec un autre genre cinématographique que nous chérissons : la science-fiction. Mais là où c’est particulièrement jouissif, c’est qu’il s’agit d’emprunts issus de classiques particulièrement apprécié par les fans. Les monstres sont bien évidemment calqués sur ceux de The Blob, La Mouche noire, L’Attaque de la femme de 50 pieds, Godzilla et L’étrange créature du lac noir mais on retrouve également bien d’autres clins d’œil comme celui fait à Rencontres du troisième type ou même, dans un autre registre, Bullitt. On est en plein dans la formule Dreamworks, celle que l’on chéri ou que l’on déteste, c’est selon, mais ici elle s’avère particulièrement jubilatoire puisqu’elle cause à tous les fantasticophiles avertis. On peut également noter que contrairement à certaines de leurs précédentes productions, les gags font ici presque à chaque fois mouche et que l’on ne nous gave pas de séquences musicales survoltées insupportables. En ce sens, Monstres contre Aliens marquerait presque un tournant plus mature au sein du studio.

Mais cela n’empêche pas le fun d’être accessible à tous et c’est là qu’entre en scène la 3D. Globalement agréable (pas de mal de tête à l’issue de la projection, merci tout va bien), le procédé n’exagère pas sur les effets faciles en envoyant plein de trucs à la tronche du spectateur mais joue plutôt la carte de l’immersion. Ainsi, les rapports de taille entre les personnages sont magnifiquement mis en évidence et l’on joue parfaitement sur la profondeur de champ, rendant le spectacle encore plus impressionnant. Une fois l’expérience vécue en 3D, on en vient même à se dire que le visionnement « classique » doit être quelque peu anodin.

Malgré une seconde partie moins surprenante en terme de scénario, et une vf un peu faiblarde (de Reese Witherspoon, Hugh Laurie et Seth Rogen en vo, on passe à Louise Bourgoin, Stéphane Freiss et Julien Doré en vf, cherchez l’erreur !), Monstres contre Aliens se situe dans le haut du panier du catalogue Dreamworks Animation, notamment grâce à l’immersion offerte par la 3D, et rien que pour ça, ça vaut le déplacement !


Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage