Critique de film

Martyrs

"Martyrs"
affiche du film
  • Genre : Horreur
  • Année de production : 2015
  • Sortie belge : 0000-00-00
  • Pays d'origine : USA
  • Durée : 1h30
  • Musique : Evan Goldman
  • [
  • Bande annonce
  • ]
  • Récompenses :

Lucie, une petite fille de dix ans, est retrouvée errant sur la route. Les raisons de son enlèvement restent mystérieuses. Traumatisée, mutique, elle est placée dans un hôpital où elle se lie d'amitié avec Anna, une fille de son âge. 15 ans plus tard, Lucie est toujours hantée par ses démons, mais elle semble avoir réussi à retrouver ses ravisseurs ... Alors que ces deux amies pensent se rapprocher de la vérité, elles vont vivre un véritable cauchemar.

Les critiques à propos de ce film

Critique de Martyrs - Refais-moi mal
Par : Samuel Tubez




C’est à Blumhouse Production que l’on doit ce remake ricain du shocker de Pascal Laugier sorti en 2008. Scénarisé par Mark L. Smith (Motel, The Revenant) et mis en scène par les frères Goetz (Route vers l’enfer), l’entreprise vaut-elle la peine de souffrir une seconde fois ?

Dans l’ensemble, cette « nouvelle » version reprend quasi à l’identique le récit de Lucie, jeune femme torturée dans son enfance qui retrouve ses bourreaux qu’elle exécute froidement au fusil de chasse. Rejointe par son unique amie Anna sur les lieux du crime, elle reste envahie par ses démons tandis qu’Anna découvre l’horrible vérité sur ce qu’a enduré son amie d’enfance. La structure est la même mais l’impact est moindre. Le chemin de croix de Lucie, long, pénible et poussé à son paroxysme chez Laugier est ici allégé, résumé à quelques scènes de tortures succinctes et édulcorées. Alors que le français s’évertuait à livrer un film proche de l’expérimental pourvu d’une esthétique poético-macabre singulière, les américains singent quant à eux le premier torture porn venu et semblent davantage s’intéresser à l’histoire d’amitié entre les deux jeunes femmes meurtries plutôt que sur son concept initial. Que l’on ait aimé ou non le film original, tout le monde s’accordait à dire que son essence est son authentique radicalité. Dépourvu de celle-ci et dénué de tout élément de surprise pour qui connaît le film original, ce remake n’a alors plus aucune saveur si ce n’est éventuellement celle de billets verts rances prêts à sortir des poches des quelques ricains ignorant le film du réalisateur de Saint Ange.

Sa condition de remake appliqué annihilant de fait tout effet de surprise, doublée d’un manque réel d’audace et de radicalité, enlèvent tout l’intérêt à ce remake du percutant Martyrs de Pascal Laugier. Dites adieu à la poésie macabre, l’ambiguïté et le nihilisme qui faisait tout le sel de l’origi


Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage