Critique de film

Juan of the Dead

"Juan de los Muertos"
affiche du film
  • Genre : Comédie horrifique - Morts-vivants
  • Année de production : 2011
  • Sortie belge : 0000-00-00
  • Réalisateur : Alejandro Brugues
  • Pays d'origine : Cuba, Espagne
  • Durée : 1h34
  • Scénariste : Alejandro Brugues
  • Musique : Sergio Valdés
  • [
  • Bande annonce
  • ]
  • Casting : Blanca Rosa Blanco, Elsa Camp, Alexis Díaz de Villegas, Jorge Molina, Andrea Duro
  • Récompenses : Prix du Public au Miami Film Festival 2011

Tandis que La Havane est prise d’assaut par une armée de zombies assoiffés de chair humaine, les médias officiels laissent entendre au monde entier que ce désordre est le fait d’un groupe de dissidents politiques soutenus par le gouvernement américain. La ville est prise de panique jusqu’au moment où Juan vient à la rescousse. Il a en effet découvert qu’il pouvait tuer les morts vivants en réduisant leurs cerveaux en bouillie, et il décide donc de monter sa propre affaire sous le slogan : Nous tuons vos chairs et tendres ! . Juan parvient ainsi à se faire un peu d’argent de poche en dézinguant les morts vivants.

Les critiques à propos de ce film

Critique de Juan of the Dead - ¡Que Viva La Lucha !
Par : Quentin Meignant






Depuis le succès d’un certain Shaun of the Dead, le comédie zombiesque fleurissent partout dans le monde, porteurs, à chaque apparition, de grands espoirs (souvent déçus) auprès des fans de ce sous-genre archi-rebattu. Film à part, qui doit sa renommée tant à sa provenance (Cuba) qu’à de première reviews très enthousiastes, Juan of the Dead, dont le titre ne brille pas par son originalité, est parvenu à s’emparer d’un Corbeau d’Argent lors du BIFFF 2012. Le film d’Alejandro Brugués, pour qui il s’agit bien entendu du premier succès « planétaire », prend place à La Havane où a lieu une invasion zombiesque. Alors que le pouvoir en place laisse entendre qu’il s’agit de désordres dus à des dissidents au régime, la ville est bouclée et les survivants se font rares. Juan et ses amis vont tout faire pour survivre et créent une entreprise censée venir en aide aux gens moyennent quelques billets. Si ses poches sont rapidement remplies, il ne fait pas bon vivre à Cuba : le départ de la troupe s’amorce donc.

Doté d’un pitch cousu de fil blanc qui semble ne rien vouloir apporter de supplémentaire au genre, Juan of the Dead surprend rapidement, notamment par son casting. Doté d’acteurs convaincants, le film de Brugués parvient à instiller un caractère particulièrement sympathique à ses différents protagonistes tandis que se profile petit à petit un élément plutôt novateur : la mise sur pieds d’une troupe de loosers qui se fait payer pour dézinguer des morts-vivants. Plein de bonne volonté, le métrage parvient donc à franchir l’écueil du déjà-vu pour s’offrir comme un divertissement un brin original et efficace.

Teinté de la culture nationale, l’ensemble fait même preuve d’un petit esprit critique dans sa seconde partie, évoquant plus qu’à son tour le régime de Castro et tous les problèmes du peuple cubain. Souvent touchante, l’œuvre perd malheureusement de son impact au fil d’une réalisation très brouillonne, d’un montage d’une grande platitude et d’une photographie à la limite de l’amateurisme. Ses détails ne pouvant échapper à l’œil, la répétitivité des séquences comiques commence à se faire sentir dans la dernière partie du film sans pour autant que le résultat global n’en pâtisse vraiment.

Basé sur une idée on ne peut plus basique, Juan of the Dead parvient à sortir des sentiers battus grâce à sa bonne humeur mais aussi à des acteurs très convaincants. Sans constituer la comédie qui pourrait révolutionner un genre comico-zombiesque en perdition, le film d’Alejandro Brugués constitue un mets savoureux dans le domaine.


Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage