Critique de film

Iron Sky

"Iron Sky"
affiche du film
  • Genre : Comédie, Science-fiction
  • Année de production : 2012
  • Sortie belge : 0000-00-00
  • Réalisateur : Timo Vuorensola
  • Pays d'origine : Allemagne, Australie, Finlande
  • Durée : 1h33
  • Budget : 7,5 millions d'euros
  • Scénariste : Johanna Sinisalo, Jarmo Puskala, Michael Kalesniko
  • Musique : Laibach
  • [
  • Bande annonce
  • ]
  • Casting : Julia Dietze, Christopher Kirby, Götz Otto, Peta Sergeant, Stephanie Paul, Udo Kier
  • Récompenses :

1945 : Des nazis s’enfuient dans des soucoupes volantes pour créer leur base sur la face cachée de la Lune. Ainsi, ils pourront bâtir une armée plus forte, plus grande et plus puissante pour envahir de nouveau la Terre. 2018 : Ils sont de retour...

Les critiques à propos de ce film

Critique de Iron Sky - Des nazis bien nazes
Par : Quentin Meignant




Prix Prégase du Public et Méliès d’Argent lors du BIFFF 2012, Iron Sky avait tout pour régaler le spectateur. Des nazis (pour une fois pas zombifiés), la face cachée de la Lune et un budget confortable (environ 7,5 millions d’euros, ce qui n’est pas négligeable pour une production européenne), autant de choses qui faisaient de la projection de ce film l’un des grands événements de l’année. Iron Sky, premier long-métrage du finlandais Timo Vuorensola, prend place en 2018 avec le retour d’une poignée de nazis qui, en 1945, suite à la débandade des forces hitlériennes, étaient partis se réfugier sur la face cachée de la Lune. Doté de nouvelles technologies de pointe, ce nouveau Reich compte bien reprendre le pouvoir.

A en lire le pitch et la liste des résultats du BIFFF 2012, on pourrait croire qu’Iron Sky est la bande la plus folle et foutraque de l’année. Néanmoins, le film de Timo Vuorensola est loin d’atteindre ses objectifs, largement éventés durant la promotion de l’œuvre. En effet, alors que le spectateur était en droit de s’attendre à un ensemble extrêmement drôle et à l’action débridée, Iron Sky laisse un goût particulièrement amer dès ses premiers instants. Victime d’une mise en scène extrêmement classique, le film place tout son potentiel financier dans l’étalage de nombreux effets spéciaux certes réussis mais redondants.

L’arythmie de l’ensemble allant de pair avec le manque d’imagination au niveau de la mise en scène et des dialogues, Iron Sky semble d’emblée très long et ne laisse que fort peu de place à une quelconque folie nazie. L’irrévérence de mettre un tel film en boîte cède alors rapidement le pas à un premier degré moralisateur notamment lors d’un final qui laisse pantois. De gros délire, il n’est donc nullement question, Vuorensola et ses scénaristes ne désirant visiblement pas choquer le grand public.

Doté d’effets spéciaux assez impressionnants au vu de son budget, Iron Sky ne bénéficie que de cette qualité visuelle, sorte de publicité pour le travail de l’équipe en place sur le projet. Hormis ces bonnes dispositions, le néant est total et rarement les nazis n’avaient parus aussi nazes dans un film de genre. Préférant s’adresser à un large public plutôt qu’aux véritables fanatiques qui l’attendaient, le film de Timo Vuorensola est consommable mais automatiquement oubliable et laisse un goût extrêmement amer à tous les amateurs de nazisploitation.

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage